Kimagure Orange Road - Max et Compagnie - Manga

J’avais un peu peur parce que c’est un shônen romantique, or autant les shôjo romantiques selon lesquels je les aime bien, autant les shônen romantiques j’ai vraiment un mal de chien et j’arrive en principe pas à les aimer. Celui-là ne fait pas vraiment exception à la règle, surtout parce que c’est mou, et que le dessin n’est pas terrible, en tout cas pour ce début ; mais heureusement on nous épargne le fan-service et les petites culottes à foison, ce qui rend l’ensemble beaucoup moins exaspérant que ce dont on a l’habitude. L’humour est assez discret, pas lourdingue pour un sou. Et puis bon, surtout c’est Orange Road, quoi, et un classique comme Orange Road on passe pas à côté, ce serait un crime de lèse-otaku. Vu le temps que j’ai pu passer avec l’anime correspondant, je ne pouvais décemment pas ne pas découvrir l’œuvre d’origine et là c’est vraiment un plaisir.

Comme le premier, une lecture assez languissante, mais néanmoins distrayante. Les sentiments sont tout en légèreté, même si pas d’une grande profondeur, et avec un graphisme et une mise en page assez bof. La nostalgie reste la principale raison de lire ce manga, et à ce niveau je dois dire que j’adore car je me rappelle de plein de trucs.

je dois dire que je ne suis pas d’accord avec toi. Déjà la série a ce même soucis de légèreté ou de lenteur… Le dessin est certe bof mais rappelle toi si tu l’as lu le premier tome de Cat’s eye. En fait Matsumoto va changer son style dans les prochains tome, et même un style géniale mais qui sera refusé par les lecteurs qui vont le faire changer d’avis…
en tous les cas j’adore ce manga. a noter qu’il s’agit de la réédition japonaise qu’on nous propose avec les nouvelles couvertures ainsi que des aikus à chaque chapitre et certainement les quelques pages supplémentaires à la fin du dernier tome (le 18)

C’est quoi donc ces pages supplémentaires, l’histoire qui se prolonge ou un bonus qui n’a rien à voir ?
Si quelqu’un à l’ancienne édition, pourrait-il faire une comparaison (qualité, traduction…) avec cette nouvelle version, histoire de me faire une idée si elle vaut le coup ? Parce que bon repartir pour 18 volumes pour une série que j’ai déjà. :confused:
Merci. :slight_smile:

Si encore il s’agissait d’une deluxe mais là… D’autant que personnellement, malgré le côté nostalgique appréciable, le titre demeure très moyen dans son ensemble.

La critique par Den d Ice est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

pour plus d’infos : madoka.ayukawa.free.fr/kor1024.htm
vous y trouverez plus bas toutes les couvertures prévu jusqu’en 2014.
ils s’agit bien des versions tankobun et non wideban donc sans les fameuses planches en plus dans le dernier tome (en fait ce sont des modifs de l’auteur…

morceaux choisis :
" : les pages 140 et 141 du volume 2 sont des planches supplémentaires par rapport à la version J’ai Lu. Comme il s’agit d’une illustration double page, J’ai Lu l’avait zappée à l’époque, alors qu’il n’y avait pas de problème de mise en page."

“Mais ce qui nous a plu dans cette édition, c’est la particularité des bonus. En effet, on s’en souvient, nous étions étonnés du nombre impressionnant de pages du premier volume (224 pages contre 190). Par rapport à la version J’ai Lu, (outre la vingtaine de pages de pubs), Tonkam a eu la bonne idée d’insérer deux pages de couriers des lecteurs Japonais de l’époque, plus 5 pages du témoignage de l’écrivain de science-fiction Japonais, Kazumasa Hirai, qui tellement accroché sur KOR dans les années 90 qu’il a réalisé un cycle de romans en 9 volumes inspirée de l’oeuvre d’Izumi Matsumoto. Sur le second volume de KOR, il n’y a seulement que deux pages de couriers des lecteurs.”

"Mais ce qui a retenu notre attention, c’est le dos de couverture des tomes. Tonkam a fait très fort. En effet, au dos des deux volumes, nous découvrons avec plaisir les deux premières planches de l’histoire digitalisée en couleur : “KOR Special Music Story” (1997) qui est encore inédite en France.

Il s’agit pour notre part de la plus belle création en couleur d’Izumi Matsumoto à ce jour. Pour cette occasion, le mangaka a travaillé en collaboration avec Chika Terashima qui a réalisé les textes. Cette histoire, extrèmement poétique, fait au total 17 planches en couleur, et que l’on peut retrouver de manière complète dans l’art book d’Izumi Matsumoto “Graphic Anthology” (2001). Tonkam a donc décidé de traduire en français toutes les planches de cette histoire, et d’en présenter une toute nouvelle à chaque parution d’un nouveau tome. Nous espérons que

Si l’initiative de Tonkam est intéressante, elle nous fait quand même dire qu’au vu de la qualité extraordinaire des planches de “Music Story”, on aurait pu avoir une édition spécifique complète en grand format. Une dernière chose : faites attention aux deux premières planches de “Music Story” éditées sur les deux volumes de cette réédition. En effet, il y a eu une inversion (involontaire certainement) : la première planche de “Music Story” est en fait au dos du volume 2, la seconde planche étant au dos du premier volume 1. Il faut le savoir."

merci à lui ! son site est extrêmement intéressant pour peu que l’on aime l’oeuvre de Matsumoto et surtout ce n’est pas une série aussi vieille qui n’y parait surtout une fois que vous aurez laissé la série s’installer un peu…

dernière info à connaître sur KOR et surtout Madoka : elle a été la première “Tsundere” de l’histoire du manga ! ^^

dernier dessin en date ( de 2011) de Madoka par son auteur… ^^ Toujours aussi jolie ! ^^ Rhaaa lala je me souviens que dans Animeland, Madoka était chaque année “Personnage féminin préféré de tous les temps” ^^

et pour finir une interview recente de l’auteur : madoka.ayukawa.free.fr/koref36/koref36b.htm
vous y apprendrez comment était perçu ce manga par la jeunesse nippone (tout comme video girl ai une dizaine d’année après ! ^^)

Merci pour les infos yotadelatisane. :smiley:
Les commentaires sont plutôt favorables, je vais aller jeter un oeil en boutique voir si je me laisse tenter.

je t’en prie :wink:

Si on écarte le fait que les dessins soient assez simples et que comparé aux mangas d’aujourd’hui ils peuvent vraiment paraitre décevant c’est un bon manga pour ma part. Et comme c’est dis plus haut il ne faut pas oublié qu’il a bientôt 30 ans.
Je l’ai découvert au Club Dorothée il y a une 20, 25 ans et redécouvert avec l’édition J’ai Lu paru il y a environs 15 ans et j’ai tout de suis accroché. Bon la version animé “made in TF1” était un peu décevante mais la version papier beaucoup mieux.
Pour moi c’est un manga à découvrir, il est court (18 tomes) et donc ne crèvera pas trop votre budget et l’histoire est sympa. Un peu frustrante parfois quand à l’indécision des personnages mais attachante et beaucoup d’humour.

La critique par Den d Ice est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Les deux premiers tomes m’avaient paru plutôt mous. Avec ce troisième cependant, je m’attendais à ce rythme et j’ai par conséquent mieux réussi à en profiter. Les chapitres se séparent assez bien en épisodes, si bien que cette chronique de la vie quotidienne se révèle assez sympa à lire : légère, drôle et soft. Ce troisième volume contient l’inévitable scène de plage, qui n’est donc pas la plus passionnante car définitivement trop souvent vu. Ceci dit, j’ai été très amusée de constater qu’on retrouve bien quelques caractéristiques des années 80, par exemple avec l’absence de téléphones portables ^^. Toujours beaucoup de plaisir pour ma part à découvrir la version papier de ce classique.

Ah Madoka en maillot de bain… Mon amour de jeunesse s’éveille un peu plus à chaque nouveau tome :astonished:
Toujours aussi amusant (bien que les deux soeurs me paraissaient bien plus délirantes dans l’animé d’après les souvenirs que j’en ai), cette comédie sentimentale reste une valeur sûre, encore vaut-il se sentir un minimum en lien avec l’époque de laquelle nous est pondue cette histoire.
Un tome qui joue une nouvelle fois sur un enchaînement de quiproquo et le côté un peu gauche de son héros pour entraîner notre triangle amoureux vers les grands classiques des activités lycéennes durant la période estivale, des situations souvent tendres, rigolotes et toujours emplies de cet esprit de nostalgie en faisant l’un des manga du moment.
Très chouette !

La critique par Den d Ice est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

La critique par Den d Ice est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

“Les jeunes lecteurs s’ennuieront à la lecture de Kimagure Orange Road et trouveront même que nos héros sont démodés. Les relations amoureuses d’aujourd’hui ne se passent pas de cette façon et il est impossible pour eux de se projeter, de se mettre à la place de nos protagonistes. Kyôsuke, Madoka et Hikaru sont trop sages pour eux”

les clannad, kanon et autre kimi no todoke d’aujourd’hui sont de très loin plus niais et sage que KOR…

“Les jeunes lecteurs s’ennuieront à la lecture de Kimagure Orange Road et trouveront même que nos héros sont démodés. Les relations amoureuses d’aujourd’hui ne se passent pas de cette façon et il est impossible pour eux de se projeter, de se mettre à la place de nos protagonistes. Kyôsuke, Madoka et Hikaru sont trop sages pour eux”

les clannad, kanon et autre kimi no todoke d’aujourd’hui sont de très loin plus niais et sage que KOR…

La critique de Kimagure Orange Road - Max et Compagnie T.14 (Réédition Française - Tonkam) par Sherryn est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

La critique de Kimagure Orange Road - Max et Compagnie T.16 (Réédition Française - Tonkam) par Sherryn est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

La critique de Kimagure Orange Road T.17 (Réédition Française - Tonkam) par Sherryn est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary