KING SPAWN #1 (McFarlane, Lewis / Collectif)

King Spawn, la nouvelle série du Spawn Universe, sera publiée à partir du mois d’août. Todd McFarlane co-écrit avec Sean Lewis (The Few) et la partie graphique est collective : Javier Fernandez, Brett Booth, Philip Tan, Stephen Segovia, Todd McFarlane et Marcio Takara.

King-Spawn-1

KING SPAWN #1
IMAGE COMICS
JUN210027
(W) Sean Lewis, Todd McFarlane (A) Javier Fernandez, Brett Booth, Philip Tan, Stephen Segovia, Todd McFarlane, Marcio Takara (CA) Puppeteer Lee, Todd McFarlane, David Finch,Sean Murphy
A historical NEW ongoing SPAWN series begins!

The launch of this book, nearly three decades in the making, further expands the SPAWN UNIVERSE with a growing presence of Hell, Heaven, and Heroes here on Earth.

A classic villain from Spawn’s past has begun asserting his powers on Earth by corrupting as many souls as possible. And only Spawn knows that he even exists. Continuing the dramatic battles from SPAWN’S UNIVERSE #1, this is where it all begins!!!

Don’t miss out…the last time a new ongoing SPAWN series launched was in 1992.In Shops: Aug 11, 2021
SRP: $5.99

Je n arrive pas à croire que cet univers partagé avec un seul perso ait la moindre chance de s imposer.

1 « J'aime »

J’aime bien Brett Booth, mais son trait est pas vraiment dans l’ambiance du truc surtout ces couleurs.

Pareil.
D’autant que ce n’est pas une nouveauté, ça fait depuis longtemps qu’il y a des spin off.

Mince, ma série ne se vend plus très bien. Vite, faisons en 5 à partir d elle !

Comme l’a dit Ben, ca fait longtemps qu’il y a des spin-off, même encore à l’époque ou la série se vendait très bien.

Je m en souviens bien.

J ai d ailleurs plus suivi les spin off que la série principale.

Premier aperçu :

JZdxGdfp5bnQ8jrMEyGGZR-1366-80

WQwRm8Lt4UtWpFeCaTuAsR-1366-80

Screenshot_20210726-073412_Facebook

Presque 500 e pour 22 pages de bd et une signature. :pensive:

Oui mais c’est avec un crayon doré

Ah ? Ça me semble rouge, à moi…

Et pourquoi c’est indiqué « 250 copy », alors que le numéro de celle en illustration indique « No 17 of 203 » ? Où sont les 47 manquantes ?

Tori.

Pose pas certaines questions.

Le rouge, c’est l’or de Spawn
(foutu téléphone dans lequel je voyais rien)

Je ne m’en suis pourtant pas servi en remplacement de papier toilette : il n’y a pas de pénurie, en ce moment.

Je compatis.
C’est vrai que selon la luminosité extérieure, la vision des couleurs se modifie.

Tori.

Ce serait un rouleau en or.

La couverture du #4 par Jason Shawn Alexander :

kingspawn_04_a

kingspawn1a

Written by: Sean Lewis, Todd McFarlane.

Art by: Javier Fernandez, Brett Booth, Philip Tan, Stephen Segovia, Todd McFarlane, Marcio Takara.

Covers by: Puppeteer Lee, Todd McFarlane, David Finch, Shawn Murphy, Greg Capullo, Brett Booth, Donny Cates.

Description: A historical new ongoing Spawn series begins! The launch of this book, nearly three decades in the making, further expands the Spawn Universe with a growing presence of Hell, Heaven, and Heroes here on Earth. A classic villain from Spawn’s past has begun asserting his powers on Earth by corrupting as many souls as possible. And only Spawn knows that he even exists. Continuing the dramatic battles from Spawn’s Universe #1, this is where it all begins!

Pages: 48.

Price: $5.99.

In stores: August 25.

kingspawn11

kingspawn12

kingspawn13

C’est joli.

Bon, c’est sympa’ mais ça casse pas trois pattes à un canard.
Ca se lit bien mieux que Spawn Universe #1, qui m’a fait l’effet d’un véritable repoussoir pour « le nouvel univers partagé » lancé par Todd McFarlane (alors que le Spawnverse existe depuis longtemps, mais soit).
Bon, ici, on a donc une autre série sur Spawn, qui a priori se concentrerait sur la lutte d’Al Simmons contre un vieil ennemi, qui revient. J’ai dû lire une quinzaine d’épisodes de Spawn dans ma vie, notamment Les Chroniques de Spawn publiées par Delcourt, mais je n’ai pas reconnu ledit ennemi, qui à mon sens reste encore mystérieux. Mais l’épisode principal est agréable.
Ici, Sean Lewis (aidé aux dialogues par McFarlane, mais je pense quand même que Todd pilote l’ensemble) livre un premier bon récit, lancé via le massacre d’enfants dans une école, pour « attirer » Spawn mais aussi lancer une sorte d’invocation. Al se crispe, crispe tous ceux qu’il croise (She-Spawn, un indicateur du Paradis placé sur Terre comme Sénateur qui fraye avec une démone) et mène une enquête sèche mais réussie. Cela le mène sur la piste de Metatron, son « inverse » : un humain non pas transformé par l’Enfer mais par le Paradis, et qui a continué à servir… même si sa voix peut anéantir l’esprit (le crâne), et qu’il n’est pas blanc-blanc. Metatron est d’ailleurs massacré et laissé à la vue de Spawn pour montrer la puissance du vrai opposant d’Al, qui mène une secte pour châtier leur roi et accélérer son ascension. Ce roi est bien sûr Spawn.
Bon, ça se lit bien, hein. Sean Lewis a un rythme fluide, ça ne va pas super vite mais ça fonctionne. On croise quelques têtes connues, Sam & Twitch font coucou et surtout Javi Fernandez propose de bien belles planches, avec une belle atmosphère et un trait très travaillé.
Après, Todd McFarlane propose des micro-récits sur Haunt (sympa’ de le revoir, par un Stephen Segovia correct), Nightmare (je ne le connais pas, ça ne me donne pas envie de le connaître, malgré le graphisme léché de Marcio Takara), The Hero (moment WTF que j’ai survolé, par un Philip Tan plus en contrôle que précédemment, moins fouilli) et Gunslinger (inintéressant, par un Brett Booth très détaillé).

En soi, ce titre me semble bien « accessoire », car ça pourrait être une saga de la série-mère, sans souci. Mais je pense qu’il fallait meubler « le nouvel univers partagé »…
Quand il s’agit de raconter le début de cette nouvelle saga, les auteurs réalisent un démarrage correct, cohérent, réussi. Quand il s’agit de faire mumuse et des clins d’oeil aux autres jouets, c’est chiant et lourd.

Todd McFarlane devrait se concentrer sur un seul titre Spawn, avec éventuellement une mini-série à côté. Cette explosion de titres me semble bien vaine, même si ce #1 est malgré tout une bonne lecture.