KNEEL BEFORE ZOD #1-4 (Joe Casey / Dan McDaid)

Très bon. Joe Casey livre ce qu’on pense être une « bête » bataille entre des Khunds arrogants et maltraités par Zod et Ursa (elle le « coache » sèchement pour qu’il se reprenne), alors qu’ils attaquent New Kandor. Les Khunds changent temporairement le Soleil Jaune en Rouge, tabasse les époux séparés dans la bataille. Le Soleil retrouve sa couleur lentement, Zod se rebiffe, les Khunds fuient mais Zod voir Ursa morte… et elle était enceinte !
Un bon choc. Joe Casey va sûrement utiliser cela pour « remonter » Zod, mais l’effet est bon même s’il est classique. Ça fonctionne, ça se lit bien, c’est intense et Dan McDaid propose des planches réussies et bien nerveuses.

Du classique bien exécuté et amené.

Written by: Joe Casey.

Art by: Dan McDaid.

Covers by: Jason Shawn Alexander, Lucillo Parrillo, Mark Spears.

Description: The aftermath of war! The brutal invasion of New Kandor has cost its supreme ruler everything he holds dear! But there will be a reckoning – and General Zod will not rest until he has enacted his bloody revenge! Let the universe tremble as Casey and McDaid deliver the newest chapter of DC’s darkest cosmic odyssey.

Pages: 32.

Price: $3.99 (variants, $4.99).

Grosse bagarre. Joe Casey livre ici la rage et la vengeance d’un Dru-Zod furieux après la mort d’Ursa, à qui il offre des funérailles (vikings) kryptoniennes sans croire réellement au rite. Il envoie ensuite autant Kandor que l’I.A. Eradicator dans l’espace, sacrifie le monde sur lequel il préparait la Nouvelle Kandor et va châtier les Khunds, qu’il massacre. Il fait exploser leur vaisseau, souffre ensuite et se fait récupérer par un vaisseau mystérieux, mais apprend surtout que les Khunds sont venus car son fils Lor-Zod leur a tout dit sur son monde et ses défenses, pour se venger de son exil ; le rendant ainsi responsable de la mort de sa mère et de l’enfant à naître.
C’est bien ; limité, mais bien. Limité, car ça n’est finalement qu’une grosse bagarre, vite lue mais bien menée par un Dan McDaid bien inspiré et intense. Zod est très bon dans sa fureur, même si les Khunds cèdent vite. On est clairement sur un Zod inspiré par l’extrême violence et puissance du DCEU de Zack Snyder, mais ça fonctionne ici. C’est ainsi bien, malgré tout, car Zod apprend l’origine de la « trahison », et surtout confirme qu’il est bien « faible » de se laisser aller comme cela.

Je suis curieux de la suite, même si le rythme est lent.