L’ŒILLET VERT - Robert S. Hichens (Les Moutons électriques)

[quote]L’œillet vert, « le rayon vert »
*Auteur : Robert S. Hichens
Traduction : Patrick Marcel
Couverture par Melchior Ascaride
ISBN 978-2-36183-237-7
ouvrage broché
14 cm × 17,2 cm
192 pages
diffusion & distribution Harmonia Mundi
parution le 4 février 2016
Prix : 15,00 €

Oscar Wilde dans toute sa splendeur : lorsqu’en 1894 ce roman fut publié anonymement, tout le monde se demanda qui en était l’auteur, mais personne n’eut le moindre doute quant à l’identité des protagonistes, Oscar Wilde et lord Alfred Douglas.

Roman à clef, comédie mordante sur le « Mouvement Esthétique » et portrait au vitriol de la société des Yellow Nineties, les années 1890 anglaises et leurs scandales, cet œillet vert (du nom de la fleur qui servait de symbole aux gays de l’époque) constitue un inédit et précieux témoignage sur Wilde et son entourage, par l’un de ses proches, traduit pour la première fois en langue française.

Journaliste et romancier, surtout renommé pour ses nouvelles de fantastique, Robert S. Hichens (1864-1950) faisait partie des connaissances d’Oscar Wilde qui notaient ses réparties. Mais contrairement à beaucoup d’autres, Hichens conserva pour lui ces aphorismes et déclarations fracassantes, afin d’en alimenter ce roman, qui rencontra un beau succès de scandale à son époque.
Avec la préface de 1949 de l’auteur. Traduction et notes de Patrick Marcel.*[/quote]

Liens :
Le site de l’éditeur : www.moutons-electriques.fr
Le blog de l’éditeur : blog.moutons-electriques.fr
La page facebook de l’éditeur : www.facebook.com/pages/Les-Moutons-Électriques

"]*Les Moutons électriques qui publient de, de… de la littérature générale ? Mais comment est-ce possible ?! Eh bien, dans le cadre de la collection « Rayon vert » j’aime publier des vieux textes, des textes singuliers et oubliés — et si les deux volumes du Zigomar de Léon Sazie, roman-feuilleton policier précurseur de Fantômas, si inscrivent naturellement, mon goût pour l’univers victorien et la chose anglaise ne cesse de me pousser à farfouiller dans les textes de cette période… Et s’il est une personnalité devenue mythique qui m’attire par-dessus tout, c’est bien entendu Oscar Wilde. J’ai déjà publié en « Rayon vert » deux comédies : Le Grand hôtel Babylon et Le Trésor du Faucon, et n’entendant pas m’interdire quoi que ce soit, il m’a semblé logique de proposer cette autre comédie, non policière cette fois : L’Œillet vert. Les Moutons électriques aiment les limites, les frontières des genres, et l’on ne saurait être plus dans les limites qu’ici… En plein dans le souffre et les scandales que ce que l’on a nommé les Yellow Nineties, ces années 1890 qui virent l’ascension puis la chute du grand Oscar Wilde. Le tout sous la plume d’un auteur, Robert S. Hichens, plutôt renommé pour ses nouvelles de fantastique… c’était pour nous, vous dis-je !

Il y a quelques années, j’avais lu une biographie saisissante : The Secret Life of Oscar Wilde, par Neil McKenna (non traduite). Jamais auparavant, sans doute, la société n’aurait-elle permis que l’on écrive une bio aussi… complète, aussi crue : le portrait de Wilde brossé là incluait très largement son homosexualité, ses outrances, son goût du danger… Et c’est en ces pages fascinantes que j’avais appris qu’à l’époque, Wilde avait lancé une mode de l’œillet vert porté à la boutonnière : trempée dans de l’encre, la fleur buvait l’encre bleue jusqu’à se teinter en vert, et cet œillet non naturel devenait ainsi le symbole des gays de la bonne société, un signe d’appartenance à cette portion alors interdite des citoyens. Et j’avais appris, également, qu’une connaissance de Wilde, Robert S. Hichens, resté lui « dans le placard », avait eu la perfidie de publier un roman à clef aussi acide qu’hilarant, où il parodiait le grand homme et ses relations mondaines, lord Alfred en particulier. Ce roman n’avait alors jamais été réédité, mais on le trouvait d’occasion dans son unique réédition de 1949. Je résolus donc de faire paraître en français ce court texte, si incroyable, si drôle, si éclairant sur Wilde ! Et le voici, quelques années plus tard.*

"]*D’habitude chez Les Moutons électriques, on s’occupe de fantasy et de science-fiction. Mais voilà qu’un jour je reçois un e-mail dans lequel André-François Ruaud me demande de m’occuper de la couverture d’un roman n’ayant rien à voir avec les genres susnommés, intitulé L’œillet vert, suivi d’un descriptif du livre sachant que ce dernier était toujours en cours de traduction. De sa première traduction en français, excusez du peu ! Et donc de sa première édition française, plus d’un siècle après sa première parution. Je suis certes en terra incognita, mais après lecture de l’e-mail je me dis « Ce soir, je dîne avec Christophe Colomb, Erik le Rouge et autres Buzz Aldrin ! ». Bon, à la table des enfants certes, mais tout de même !

Seulement je fais quoi avec ce livre ? Le titre pourrait être bêtement transposé en image après tout. Malheureusement, piètre horticulteur que je suis, je serais bien en mal de reconnaître un œillet si j’en voyais un. Et puis l’idée d’un personnage fictif (Esmé) dont les lignes proviennent d’un personnage réel (Wilde) m’intéressait bien plus. Donc j’ai réfléchi à une composition qui imbriquerait deux visages de ce cher Oscar. Par exemple une photo de face et une de profil mélangées. Ça pourrait être pas mal ça !

J’ai donc trouvé assez vite un superbe portrait de face réalisé par Napoleon Sarony. Formidable, la moitié du chemin est faite. Bon allez plus qu’à trouver une image de profil et le tour est joué. Et là… Rien. Pire que rien même ! Pas un seul portrait de profil. Incroyable. Internet ne contient donc pas tout, ma vie était un mensonge ? J’ai beau chercher, traquer des blogs américains d’amateurs de Wilde, les contacter pour leur demander d’où viennent leurs images, voir avec surprise et joie qu’ils me répondent et me donnent les contacts de divers « wildophiles » et ayants droit, ne recevoir aucune réponse de la part de ces derniers… J’ai même, c’est vous dire, poussé mes recherches au-delà de la troisième page de Google. Je vous le dis, j’ai fouillé partout. Sans succès.

Puis, au hasard d’une conversation avec un ami dans laquelle je lui racontais mes fouilles archéologiques 2.0, ce dernier m’apprend que Wilde ne s’est jamais fait tirer le portrait de profil car, en bon dandy, il avait honte de son embonpoint et en particulier son double-menton. Elle était donc là la clef de l’énigme ! Dans un excès de peau et de tissus adipeux. Vanité, tu seras la ruine de l’homme et tu as manqué de me coûter une couverture ! Car je n’allais pas baisser les bras face à un simple goitre. Qu’auraient dit Buzz et Erik ?

J’ai donc abandonné mes recherches d’un portrait photographique au profit d’une recherche de statue. J’ai farfouillé chez Madame Tussaud, dans le Merrin Square de Dublin mais là encore les photographes en herbe respectaient la volonté de l’auteur. Jusqu’à ce que, probablement au détour de la septième ou huitième page de recherche, je trouve le Graal. Un buste. Et pris sous tous les angles. Faites donc place Alexandre, Temudjin et Tamerlan. Un nouveau conquérant vient taper dans le buffet des vainqueurs !

J’avais tout ce dont j’avais besoin : un profil pour une silhouette, un portrait de face à y insérer car Oscar Wilde méritait amplement de figurer sur la couverture et… voilà (à prononcer avec l’accent de l’anglophone qui parle en français) ! L’œillet figurera sur les rabats intérieurs, un fond blanc pour rester sobre et bien faire ressortir les visages et juste une touche de vert pour le titre.

C’était prêt, il ne restait plus qu’à lire !*