LA CHORALE DU DIABLE - Martin Michaud (édition coup d’œil)


(Fab) #1

Présentation de l’éditeur:
Dans ce qui a tout l’air d’être un drame familial, une femme et ses trois enfants sont sauvagement tués à coups de hache. L’auteur présumé du carnage, le mari,s’est suicidé après s’être tranché la langue. Mais est-ce bien ce qui s’est passé ?
Deux jours après, une alerte enlèvement est déclenchée à l’échelle de la province de Québec : une jeune fille dévoilant ses charmes sur Internet a été kidnappée.
Par qui ? Pourquoi ?
Deux énigmes que vont s’attacher à résoudre en parallèle deux policiers au style rentre-dedans : Victor Lessard qui, sans compter les cadavres laissés derrière lui,en voit d’autres surgir de son passé, enlaidis par le temps ; et Jacinthe Taillon,son ancienne coéquipière à la Section des crimes majeurs, qui lui voue une haine infernale.
Naviguant à travers le fanatisme religieux et la perversité de démons ordinaires,ils vont s’engager dans une valse à quatre temps diabolique entre Montréal,Sherbrooke, Val-d’Or et… le Vatican.
Jusqu’à découvrir le secret terrifiant de la chorale du diable.


(Fab) #2

1ère incursion chez Martin Michaud
Je démarre la série des Victor Lessard par le 2ème opus mais ça n’est pas gênant puisque celui-ci revient grandement sur le passé de Lessard et permet de prendre facilement le train en route.
Sur la forme c’est très agréable à lire, c’est bien construit, Michaud alterne bien ses différents fils narratifs et distille parfaitement les rebondissements.
Sur le fond il mêle habilement double drame familial,kidnapping d’une jeune femme, groupuscule secret du Vatican et un semblant de touche de fantastique autour d’un flic attachant au caractère bien trempé.
C’est cru,c’est dur, les persos y laissent des plumes et les références musicales de qualités y sont nombreuses.
1er essai plus que validé et encore plus apprécié car lu sur place à Montréal qui a une place entière dans le récit.