LA FORTUNE DES WINCZLAV t.1-2 (Jean Van Hamme / Philippe Berthet)

J’ai lâché la série Largo Winch depuis quelque temps déjà, mais j’avoue que l’annonce récente a de quoi attirer mon attention : une trilogie intitulée La Fortune des Winczlav, revenant sur le passé familial du milliardaire en baskets.

En voici la couverture normale puis celle de l’édition limitée :

La-fortune-des-Winczlav-Vanko-1848

La-fortune-des-Winczlav-Vanko-1848-Edition-speciale-Limitee

Le projet promet d’être alléchant : le scénario est assuré par Jean Van Hamme, créateur du personnage (issu de romans, rappelons-le, avant qu’il n’en fasse une adaptation BD), et sera illustré par Philippe Berthet, dont on connaît le talent pour les reconstitutions historiques ; le projet est annoncé comme une trilogie, ce qui n’entraînera pas le lecteur trop loin ; et ceux qui ont lu Les Maîtres de l’orge savent que Van Hamme excelle dans l’évocation historique de sagas familiales.

Jim

Tout à fait.

Il le fait dans « XIII:trois montres d’argent »,également

C’est une bonne idée.

Je trouve aussi.
Je vais revenir à cet univers par un biais qui m’intéresse beaucoup, la saga familiale.

En attendant, quelques planches :

La-fortune-des-Winczlav-Vanko-1848-Edition-speciale-Limitee

La-fortune-des-Winczlav-Vanko-1848-Edition-speciale-Limitee-1

La-fortune-des-Winczlav-Vanko-1848

La-fortune-des-Winczlav-Vanko-1848-1

La-fortune-des-Winczlav-Vanko-1848-2

Jim

Quand il s’agit de raconter des sagas familiales, Jean Van Hamme n’a pas perdu la main. On retrouve dans cet album tout ce qui a fait la qualité et le succès des Maîtres de l’orge : des personnages forts, des portraits divers, des anecdotes saignantes et des vengeances retorses.

image

L’album couvre en gros deux générations : le médecin monténégrin qui fuit l’occupation turc et les troubles en Croatie, épouse celle qui l’a été à partir sur le bateau qui les emmène en Amérique… puis les deux fils qu’il reconnaîtra (celui de cette femme aigrie et blessée par la vie, et celui que lui donnera sa deuxième épouse), ces derniers devenant adultes et tentant leur chance à l’ouest, avec des résultats divers.

image

Van Hamme réserve quelques belles surprises au fil de cette évocation de plusieurs décennies de réussites et de souffrances. Là où il est réellement très fort, c’est dans son art de l’ellipse. Il parvient à faire s’entrechoquer des scènes distantes de plusieurs jours, semaines ou mois, et à rendre plus marquants encore les instants passés sous silence. L’ellipse qui entoure le divorce, par exemple, est d’une élégance rare. Une parfaite maîtrise, malgré une petite tendance aux grosses bulles : il aime écouter ses personnages parler. Mais ceux-ci font en général assez mouche, et ne parlent pas tellement pour ne rien dire. Une économie de moyens bien gérée.

image

Là où je suis moins enthousiaste, c’est sur le dessin. Depuis quelque temps, Berthet s’épure, s’assèche. Le summum, à mes yeux, dans la carrière du dessinateur, c’est bien entendu Pin-Up. Il parvenait à avoir la simplification élégante de la ligne claire tout en conservant une graisse d’encrage avec variée, donnant au final un trait rond et très vivant. Un peu, pour faire une comparaison accessible aux amateurs de comics, dans la lignée d’un Russ Manning. Mais depuis quelques albums, son encre s’affine, s’assèche, perd de sa rondeur et, par conséquent, de sa profondeur. Les volumes sont moins sensibles, la profondeur de champ est moins palpable. J’avais déjà senti ça par exemple dans Nico, sans toutefois, à l’époque, mettre le doigt dessus. Mais là, c’est assez explicite. Le dessin est moins bon, les personnages moins séduisants. Les aplats noirs tombent mal et écrasent les cases. Même certaines perspectives et certains décors sont moins travaillés, presque bancals. Il manque définitivement une étincelle, qui semble être perdue désormais.

Jim

La fortune des Winczlav - Tome 2 - Tom et Lisa 1910

Oklahoma, 1910. La vie de Thomas Winczlav, fils de Milan, prend un tournant radical lorsqu’il se découvre héritier des richissimes Whiskies O’Casey, qu’il va devoir partager avec sa sœur jumelle, Lisa… Alors que la Première Guerre mondiale éclate, Thomas ? parfois crédule et souvent volage ? va tenter de faire fructifier son affaire, adoptant le nom de « Winch ». Pendant ce temps, Lisa, femme libre passionnée d’aviation, va se tailler sa place dans un ciel de guerre dominé par un certain Baron rouge…

À travers les destins croisés d’une sœur et d’un frère que tout oppose, La Fortune des Winczlav s’impose comme une saga familiale à la puissance totale, explorant une des périodes les plus troublées de l’Histoire moderne et composant des portraits d’hommes et de femmes aussi marquants qu’un certain Largo… Bon sang ne saurait mentir !

  • ASIN ‏ : ‎ B09SXNRRNJ
  • Éditeur ‏ : ‎ DUPUIS (6 mai 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 56 pages
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1034761050
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 505 g

Donc, on suit dans ce deuxième tome la nouvelle génération, en l’occurrence les enfants jumeaux à qui la tireuse d’élite que nous avons croisée dans le tome précédent a donné naissance.

Tom est un héritier désœuvré qui profite de quelques coups de chance (et qui a hérité des générations précédentes un penchant irrésistible pour la gent féminine) et Lisa a suivi sa mère en France, où elle se passionne pour une technologie nouvelle : l’avion. L’héritage que font les jumeaux rassemble cette petite équipe, que l’on suivra sur une grosse quinzaine d’années. C’est toujours aussi bien écrit, avec un sens des ellipses plus affirmé que jamais et une caractérisation au cordeau. Certains dialogues portent cependant un parfum un brin moderne, sans aller jusqu’à l’anachronisme, et ça attire un peu l’attention.

Mais, comme pour le tome précédent, je reste circonspect par la prestation graphique de Berthet. Quelques visages un peu plats, des personnages qui se ressemblent un peu, des décors sans relief (et je note que Berthet a un assistant, détail que je n’avais pas remarqué dans le tome 1). Si l’on rajoute des chevelures qui changent de couleur d’une case à l’autre, on a des personnages nouveaux qu’il est difficile d’identifier et de suivre (surtout s’il s’agit de femmes qui changent de coiffure). Ce manque de sérieux au niveau des détails visuels se retrouve dans les textes, où l’un des personnages a d’abord 55 ans avant d’en avoir 53 : quand on sait que le récit est linéaire sans flash-backs, ça dénote un certain manque de relecture.

Bref, je reste mitigé : ça a tout pour me plaire (une saga familiale, des personnages marquants, des femmes fortes), mais entre un dessinateur dont l’heure de gloire est visiblement derrière lui et un encadrement éditorial pas au point, mon plaisir est un peu gâché.

Jim

1 « J'aime »

La scénographie (je ne sais pas si ça se dit comme ça) de la première case me parait bizarre, pas naturelle.
(oui, je trouve qu’il y a un truc un trop :pig:)