LA MAISON DANS LAQUELLE (Mariam Petrosyan)

Mariam_Petrosyan


… **[size=150]D[/size]**e l’excellente maison d’édition MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE - dont le travail typographique et l’inouï de ses couvertures & de ses format, est à signaler - je viens de commencer La Maison dans laquelle qui s’il persiste sera sûrement mon meilleur roman de l’année, voire du siècle en cours.

Outre la qualité formelle de leurs ouvrages, les éditions MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE proposent des récits très bigarrés et cosmopolites, et le roman de Mariam Petrosyan (dont la genèse mérite aussi le détour) ne jure pas le moins du monde dans ce succinct panorama que je me permets de dresser.

La Maison dans laquelle ressemble à la rencontre de la Famille Adams et de la mini-série Joe the Barbarian de Grant Morrison, un rencontre impromptue placée sous l’égide d’une sorte de mythologie circassienne. Pour le dire vite.

Une bien belle rencontre (après un peu plus d’un 100taine de pages).

Je suis en pleine lecture (un peu moins de 400 pages soit un gros 1/3) et c’est vraiment excellent.
J’avoue ne toujours pas savoir de quoi ça parle réellement (qu’est ce que la Maison? ou que représente t’elle) mais la construction labyrinthique tient le lecteur en haleine et fait constamment vaciller ses hypothèses et positions.
Au niveau de l’ambiance, ça me fait penser à des romans comme la trilogie de « Gormenghast » de Mervyn Peake, « Sa Majesté des Mouches » de William Golding voire « La maison des feuilles » de Mark Z. Danielewski (plus sur le fond que sur la forme dans ce cas précis).
Je referai un petit point quand je l’aurai achevé!