LA MANDRAGORE t.1-2 (Sylvain Cordurié / Marco Santucci)

La critique par damss est disponible sur le site

Comme je suis dans un mood franco-belge en ce moment (bon, surtout, l’idée, c’est de faire baisser la pile des trucs à lire, quoi…), j’ai dévoré quelques albums récemment, donc ce premier tome de la Mandragore.

Couv_152289

Alors l’album se passe dans ce que Sylvain Cordurié, le scénariste, appelle le “Sherlockverse”. Donc je m’attendais à de claires connexions entre ce tome et les deux diptyques qu’il consacre à Sherlock Holmes. Par exemple, j’imaginais que la société secrète mise en place dans ce volume était la même que celle que l’on voit dans le premier tome de Sherlock Holmes et le Necronomicon, mais apparemment, non, rien de précis à ce niveau.
Ce n’est pour l’instant pas établi comme un univers partagé (ou alors, les indices m’ont échappé, c’est possible aussi…).

Le “Sherlockverse” se définit dès lors comme une ambiance qui recouvre ces différents récits, plutôt qu’une construction narrative tricotée sur plusieurs séries. C’est pas un souci (sauf pour les voraces d’univers partagés comme moi). Sylvain s’en sort très bien à donner une atmosphère particulière à ces récits victoriens. Les dialogues sont soignés (j’ai repéré une coquille, de l’ordre de la faute de frappe, rien de condamnable), les mystères sont pas mal, les décors sont très chouettes.
Il est servi par un dessinateur de premier ordre qui injecte pas mal de l’énergie des comic books dans le récit. Le seul défaut que je lui trouverais, c’est que son trait est un peu froid et que ses personnages masculins (les plus nombreux) se ressemblent un peu trop (mais là encore, peut-être étais-je inattentif…).
Les mystères sont pas mal, surtout celui autour du peintre, et la manière dont les intrigues sont tissées entre elle fonctionne bien.

J’ai été moins emballé que par le premier Sherlock Holmes et le Necronomicon, mais je suis quand même très content de cette lecture.

Jim

comme je viens de le dire ailleurs,j’ai trouvé ça très bien.

La critique de La mandragore T.2 (simple - Soleil) par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Hop, on remonte le sujet.

Jim

Difficile de résumer le picth, mais dans un Londres de la fin du XIXème siècle, le lien avec les démons est régi par une société secrète (Les Fathers of Realms). Évidemment, cela crée des jalousies avec les autres sociétés secrètes. Et au milieu de cela, il y a Lynn Redstone qui est une sorte d’agent de terrain des Fathers, avec une super force et des sens aiguisés. Et évidemment, tous n’est pas aussi noir et blanc que ce qui semble être.
Y a juste ce qu’il faut comme magie là-dedans pour que cela donne l’impression que c’est presque réaliste. Il y a plusieurs intrigues qui sont lancées, mais elles donnent l’impression qu’elles vont toutes se recouper. C’est assez dynamique, les scènes s’enchaînent rapidement, il y a trois bonnes scènes de combat, dont la première qui m’a presque rappelé du comic book (avec du Venom ou de l’ultimate bouffon). Le dessin est très généreux, beaucoup de détails, même en arrière-plan, sans que cela fasse surchargée. Et un style graphique que j’aime beaucoup.
Vais enchaîner avec le second tome !

Tiens, j’ai pas trouvé. Il y a beaucoup de perso, donc j’ai fait quelques allers-retours pour être sûr que je ne me trompe, mais je trouve que les perso principaux, on les ressort assez bien !

Le diptyque est revenu dans ma pile à lire : l’apparition de Lynn Redstone dans d’autres aventures m’a donné la sensation que j’avais oublié des trucs. Donc je vais relire tout ça et notamment je regarderai de près le boulot de Santucci.

Jim

Je ne sais pas s’il sait tenir les délais, mais punaise, c’est quand même beau ce qu’il produit !

Il est en ce moment sur la série Shazam.

Oui, j’ai vu ça, et j’ai vu aussi qu’il a illustré plein de comics que j’ai lus, sans pour autant avoir identifié son nom.
Mais surtout, je re-regarderai son travail dans La Mandragore, à l’occasion de ma relecture à venir.

Jim

Très belle collaboration avec Marco.
Un garçon à la fois agréable et talentueux.

Sinon, oui, La Mandragore, c’est peut-être le pan le plus ouvertement comics du sherlockverse.

image

Je suis un poil déçu. Déçu, parce qu’à peine surpris par le déroulé, et parce que je ne suis pas sûr d’avoir tout pigé. Pas surpris (même s’il y a quand même des idées intéressantes sur l’utilisation des persos, sur les pouvoirs présentés), parce que finalement, il se passe ce qui pouvait être attendu et que Marcellus fait trop imbattable/invincible, notamment par son attitude. Et finalement, je suis pas sûr d’avoir compris à quoi a servi le passage dans la Psyché.
Cela étant dit, cela reste quand même un diptyque sympa à lire, plein d’idées sympathiques qui agrémentent idéalement l’histoire (la conclusion est plutôt pas mal d’ailleurs), avec des perso très caractérisés et un dessin de Santucci magnifique, bourré de détails (la dernière page est magnifique) et une colo fort adaptée.