LA PETITE SIRÈNE (Rob Marshall)

Les soeurs Storms ? Sur l’idée il n’y a rien de choquant, à moins qu’on me démontre en quoi le sexe et la couleur de peau est profondément lié à un personnage défini avant tout comme une tête brulée irresponsable.

En fait je déteste faire dans la généralité. Surtout pour ces questions là. Par exemple, en ce qui concerne Ariel (outre que j’ai pas grand chose à foutre du remake d’un dessin animé qui m’a toujours ennuyé) je ne vois pas ce qui conditionne le personnage à son apparence. De même pour Johnny Storm pour reprendre l’exemple. Mais c’est aussi une question de contexte historique et scénaristique. Un Johnny Storm noir dans une histoire situé dans les années 60 c’est aussi con qu’un James West incarné par Will Smith (bien qu’on soit dans un western fantasmé remarque). Un film, ou série FF, à notre époque et c’est déjà une question qui me parait bien moins stupide à se poser. Déjà parce que la question du militantisme par la représentation au sein d’une oeuvre culturelle n’est pas sale (et amha c’est clairement pas illogique chez Marvel) et parce que c’est aussi entré en résonance avec l’époque. Et quand le but c’est aussi de refléter le public que tu vises c’est pas quelque chose d’incongru*

(et, allons plus loin, ca participe à la vivacité du mythe. Qu’on décide que ces personnages reste figé et c’est la meilleure façon de les voir disparaître peu à peu)

A l’inverse, le remake de St Seiya m’interpelle quand au changement de sexe de Shun. C’est une idée assez stupide pour ce personnage précisément parce qu’on détruit l’avant-gardisme qu’il représentait (un homme totalement en refus du cliché viriliste habituel)

*mais quand j’y réfléchi et histoire de nuancer, ça poserait problème si on doit intégrer la relation The Thing/Human Torch qui elle est définitivement et fondamentalement une relation de frère. Change le sexe de l’un ou des deux et ça ne fonctionne pas. Ou alors on met de coté ce lien mais là c’est clairement un fondement du comic qui est perdu et c’est aussi problématique de vouloir montrer un Batman voulant buter Superman.

bref sur ces question je ne suis personnellement pas du tout fermer à cela. Tout est dans la manière de faire

(comme pour les remakes et les nouvelles adaptations)

Et si on en faisait des siamoises, tant qu’on y est ?
Je suis persuadé que pour peu qu’on fasse un effort, on peut y trouver un soupçon de cohérence.

Ce qui amusant dans ton approche, c’est que ta perception hyper basique du personnage permet de le le décliner à l’infini. Ce qu’il est au départ dans son entièreté, on s’en fout. Tant qu’il est “tête brûlée irresponsable”, il peut-être blanc, noir, jaune, ours polaire ou raton-laveur, ça passe.
Perso, ça me dépasse.

Il y a longtemps que Johnny Storm ne se définit plus aussi simplement. Parce que les temps ont changé. Que les personnages avec un seul trait de caractère fort poussé jusqu’à la caricature, c’était avant. C’est lié à l’évolution de l’écriture selon le public visé ou ses désirs supposés, au public lui-même qui réclame plus d’exigence dans les portraits des personnages qu’il aime suivre (il n’y a qu’à regarder la complexité toujours plus grande des personnages des shows TV… on atteint des sommets de finesse dans la caractérisation, comme dans The Handmaid’s Tale par exemple).

Je loue ton ouverture d’esprit. Sans sarcasme.
Mais les possibles créatifs que tu envisages… Vraiment, je ne pige pas ce qu’il y a de si trippant à tordre un personnage alors qu’il y a tant à faire avec ce qu’il est déjà.

Un personnage n’est jamais figé. Craindre qu’il le soit et le bricoler dans tous les sens, c’est un manque de créativité, pas une preuve de modernité.

Si tu piges pas c’est surement parce que je n’ai jamais écrit cela. Ne confonds pas le fait de ne pas être offusqué ou réticent à des changement sur le principe avec le fait de les trouver intéressantes. Je ne suis pas offusqué ou réticent à l’idée qu’une actrice noire interprète Ariel mais fondamentalement j’en ai rien à foutre parce que bon c’est quand même franchement naze La petite Sirène.

(pour le reste je vais te laisser avec Johnny Storm cette grande figure shakespearienne incomprise et ignorée hein )

Tu fais bien. :slight_smile:

Il a été joué par un rosbif, ça n’a choqué personne.

J’espère que vous finissez par un grand barbecue.

T’aurais pas des envies de viande toi ? :smiley:

Jeanne D’Arc n’était p(l)us celle que l’on croyait.

On ne la pas cru,on l’a cuite.

Elle a frit, elle a tout compris.

Punaise il m’a tué

Et si on a senti une lègère odeur de caramel, c’est qu’elle avait du diabète.

On n’est pas à Rouen…

Tori.

Vous savez pas vous amuser à Orléans.

Tu aimes quand j’ai tellement pas de taff au boulot que je épuiser mon esprit dans les couloirs de ce forum.

Tellement

Elle ne lui prête pas que sa voix, mais aussi son visage.
Et parler du conte d’Andersen est, pour moi, hors de propos, puisque c’est une adaptation du film d’animation de Disney…
En tant qu’adaptation du conte, ils pouvaient bien lui donner le physique qu’ils voulaient, tant que ça respectait un minimum le travail d’Andersen.
Mais en tant qu’adaptation (de remake, même) du film d’animation, je trouve curieux de ne pas garder les références que tout le monde a en tête.

Tori.

Ben, soit c’est le talent de l’actrice qui a soufflé Disney, soit c’est de la comm. adroite (mais d’un cynisme absolu), soit les deux*.
Dans tous les cas, ça n’a rien de curieux. Même dans la pire des hypothèses, c’est tout bénef pour Disney.

Maintenant, fais gaffe, Tori. Tu es à deux doigts de tourner #notmyariel. :slight_smile:

  • perso, je dirais les deux. Depuis l’affaire James Gunn et la lâcheté première de Disney à son égard - leur rétropédalage est à mon sens plus calculé qu’humain - je ne me fais plus d’illusions sur la maison aux grandes oreilles. Remarque, je ne m’en faisais pas avant.
    Même leur position face à Ike Perlmutter - qui a largement fait ses preuves en matière de racisme, lui - est d’une belle ambiguïté. Il faudrait vraiment qu’il nuise aux intérêts de la boîte pour qu’ils le dégagent.

Exactement.
Comme tu le dis, le fait qu’une sirène soit noire ne choque pas : il y en a déjà eu dans d’autres oeuvres de fictions (je pense à l’actuelle série Sirens).
Mais le fait que, pour transposer en film Live son dessin-animé La Petite Sirène, Disney prenne une actrice qui n’est pas blanche et rousse, ça surprend et choque. Notamment parce que, jusque-là, Disney a scrupuleusement cherché à copier/coller les looks : que ça soit dans Cendrillon, Le Livre de la Jungle, La Belle et la Bête et même Maléfique, les personnages sont des retranscriptions fidèles de ceux du dessin-animé. Et pour cause : l’objectif est d’empocher le jackpot en passant l’oeuvre d’une version à l’autre, sans trop s’embêter.
Or, pour La Petite Sirène, Disney prend une actrice qui n’est pas blanche et rousse ; incompréhension générale, puis rejet du principe de quotas ou d’intégration “forcée” de communautés moins vues jusque-là. A tort ou à raison sur le fond, mais le fait de faire d’Ariel un personnage qui n’est pas blanc et roux, c’est maladroit et ça peut être vu comme lourd.

J’ai été ravi de voir des personnages noirs et métis dans La Princesse et la Grenouille, que j’ai beaucoup aimé. Je préfère voir ça que de voir des personnages modifiés pour correspondre à des communautés auxquels ils n’appartiennent pas initialement.

Voilà, c’est ça, surtout : ils avaient, jusqu’à maintenant, gardé l’aspect visuel en se “contentant” d’utiliser des prises de vues réelles plutôt que des images dessinées.
Pourquoi changer sur ce film ?

Ça, ça ne risque pas : je suis plus surpris que mécontent. Ce film ne m’intéresse pas (et ce n’est pas en raison du choix de l’actrice), pas plus que ne m’intéressaient les remakes précédents des films de Disney.
En plus, je crois bien que je n’ai même jamais vu La petite sirène (le film d’animation d’origine)…
Ce qui ne m’empêche pas d’avoir bien en tête l’aspect visuel d’Ariel et, donc, de trouver ce choix de Disney étrange (mais certainement calculé : ça fait réagir et, donc, parler du film… Que certains iront peut-être même voir seulement par soutien).

Tori.

Ceci dit la transposition nette des D.A leur est aussi reproché donc bon…

A ce niveau j’ai envie de dire que n’importe quel choix soumis aux zozos sociaux est forcément critiquable.

1 J'aime