LA SEPTIÈME ARME (David Servenay / Jake Raynal)

La_Septi%C3%A8me_arme-7

« Nous sommes en guerre », insistent les responsables politiques de tous bords. Peut-être, mais contre qui ? Le mantra de la « guerre contre le terrorisme » trouve son origine dans une histoire ancienne, et souterraine, qui a inspiré des générations de militaires français et façonné la Ve République : celle de la doctrine de la guerre révolutionnaire.
Surnommée la « Septième arme » par ses partisans, cette doctrine a été théorisée pendant la guerre d’Indochine et mise en œuvre en Algérie et au Cameroun dans les années 1950 et 1960. Elle s’est ensuite répandue dans le reste du monde : aux États-Unis, en Amérique latine et en Afrique, où elle a notamment inspiré les génocidaires du Rwanda.
C’est l’histoire de cette doctrine méconnue, qui maquille la guerre en simple « maintien de l’ordre », que retrace ce récit vertigineux.


Prix : 19,90 €

J’ai vu par hasard, chez mon libraire, cette bédé.
Curieux de son sous-titre « une autre histoire de la République » et déjà un peu sensibilisé à l’essai de Roger Trinquier, et au sinistre parcours de Paul Aussaresses, j’ai l’ai achetée.
Et je l’ai lue [Pour en savoir +].

Scénarisée et documentée par David Servenay, elle bénéficie en outre du dessin très clinique de Jake Raynal [Pour en savoir +], une collaboration d’une efficacité redoutable.

Bien que ne visant pas à distraire ses lecteurs, cette bande dessinée ne se lâche plus une fois commencée.
Édifiant ! (et salutaire en ces temps « d’état d’urgence »).

Merci Artie. ça attise ma curiosité ton article. C’est subtile à comprendre, cette 7ème arme !

Je suis resté intentionnellement évasif, la bédé est tout à fait explicite sur ce qu’est cette “septième arme”, et ses conséquences. Passées, et même futures.

L’idée de ma critique était plutôt d’éveiller l’attention des curieux, pour cette BD passée -me semble-t-il- sous le radar médiatique, plutôt que de tuer dans l’œuf toute velléité de découverte, en en faisant un résumé exhaustif.

D’autant que pour le coup, le dessin participe activement à l’aspect documentaire, et que ce serait bête de s’en passer. [-_ô]

C’est fait !

ça me fait effectivement penser à du Squarzoni

Bon, finalement j’ai ajouté quelques pages supplémentaires [Pour en savoir +].

J’ai créé la fiche série sur BDS.
Merci Artemus pour avoir parlé de ta découverte.

ginevra

Avec plaisir, d’autant que c’est justement aux éditions de La Découverte. [-_ô]

Sujet passionnant, il faut dire.
Je vais regarder chez mon libraire.

Jim

Je viens de le choper, complètement par hasard !
Vais regarder ça tranquillement !

Artie, mon beau-père a avalé la BD le temps de ce début de soirée (je le soupçonne de lire en diagonale). Il a beaucoup aimé (il a mis le nez dedans et il n’en est ressorti que quand j’ai proposé une bière), il a trouvé ça très sérieux dans sa réalisation, et il a même avoué avoir appris deux ou trois bricoles.
Il en a fait l’article autour de la table, c’est dire !

Ouais, totalement.
Le coup de canon dans mon petit cerveau. Un reportage hyper référencé sur différentes guerres depuis 1945 - Indochine, Algérie, Rwanda, … - et ce qu’on y découvre, quand on n’est pas trop au parfum, n’est pas joli joli. Y a pas de quoi être fier de son pays après ça, et les donneurs de leçon devraient un peu balayer devant leur porte. Bref, c’est très intéressant, c’est percutant sans artifice (l’équivalent du “pince sans rire” sérieux), la mise en page et le dessin sont assez judicieux, parce que ça fait l’effet d’un reportage, avec des interviews et des mises en scènes pour insister. Même si l’auteur sait où il veut aller, j’ai l’impression qu’il ne fait que reprendre des infos sans prendre parti (mais bon, on sait de quel côté il se place). Les 100 premières pages sont vraiment détonantes, je les ai lues d’une traite (c’est assez facile tout de même, le commentaire est explicite). Pour la dernière partie, sur les 4 dernières années sur les attentats, j’ai eu plus de mal, parce que j’arrive plus difficilement à faire le lien avec les pages précédentes (je pense avoir compris la bulle “effet boomerang”, mais j’en suis pas sûr), et sûrement parce que je n’ai pas le recul, c’est encore trop frais pour moi. Mais bon, si c’est bien ce que j’ai compris, je trouve en effet que c’est une vraie conclusion, ouverte …

Le sous-titre est “une autre histoire de la République”. En fait, cette BD, c’est une des histoires de la République (à présenter à l’école ? En tout cas, ej suis bien content de l’avoir dans ma bibliothèque).

Un grand merci à toi, Artie.

Avec plaisir !
[-_ô]

Parce contre, comment as-tu compris le lien de la dernière partie avec les 100 première pages ? C’est un effet boomerang de la méthode ? En gros, bien pris qui croyais prendre ?

Il faudrait que je relise, là à brûle-pourpoint je ne me souviens plus trop.

L’infanterie
Les blindés et la cavalerie
L’aviation légère de l’armée de terre
Les troupes de marine
L’artillerie
Le génie
Le train
Le matériel
Les transmissions

J’ai l’impression que dans le compte de six, il manque les armes de soutien, en fait…

Tori.