LA TRISTESSE DU SAMOURAÏ - Victor Del Arbol (Actes Sud)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/81Tlb%2BI26gL.jpg

[quote]Présentation de l’éditeur
Comme souvent au début des histoires il y a une femme sur un quai de gare au petit matin. Mise élégante, talons hauts, gants de cuir, elle dénote parmi des passagers apeurés qui n’osent croire que la guerre est finie. Isabel fait partie du clan des vainqueurs et n’a rien à redouter de ces phalangistes arrogants qui arpentent la gare de Mérida en ce rude hiver 1941. Elle presse la main de son plus jeune fils et écrit à l’aîné, qu’elle s’apprête à abandonner, les raisons de sa fuite. Le train de 4 heures en direction de Lisbonne partira sans elle. L’enfant rentrera seul chez son père, appâté par le sabre de samouraï de ses rêves qu’un homme vient de lui promettre. Isabel disparaît pour toujours. Quarante ans plus tard une autre femme a commis un meurtre et doit comparaître devant la justice des hommes mais pour cette brillante avocate, cela n’a guère d’importance. Elle est atteinte d’une tumeur cérébrale et c’est à sa mémoire qu’elle doit des comptes. Au cours d’un procès mémorable, quelque temps auparavant, elle a réussi à faire condamner un policier véreux, ouvrant sans le savoir la boîte de Pandore. Elle a été manipulée en raison d’une tragédie ancienne dont elle ignore tout. Les rejetons d’une famille maudite cherchent à lui faire payer quatre décennies de vengeance et de haine. Des premières années de l’après-guerre à la tentative de coup d’état de février 1981, après un détour par les steppes de Stalingrad, la saga familiale est lourde de complots, d’enlèvements, de trahisons. Sous un léger vernis de démocrates, les ex-phalangistes continuent de tirer les ficelles. Les personnages et les situations se répondent, marquant trois générations au fer rouge. Les carences affectives ont transformé les enfants en psychopathes, les victimes en bourreaux, le code d’honneur des samouraïs en un effroyable massacre. Et quelqu’un doit laver le péché originel. La Tristesse du samouraï est un étonnant roman policier qui se joue à merveille de l’opacité d’un contexte historique et un intense thriller psychologique qui mène les personnages aux limites de leurs forces pour sauver l’honneur de la lignée.[/quote]

dispo en poche

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41Lky0gmMJL.AA160.jpg

Mise à part,peut être,la fin qui est un petit peu longue à se décanter alors que toutes les pièces du puzzle sont identifiées il n’y a rien à jeter dans la Tristesse du Samouraï.C’est un roman dense,complet,riche et qui fait la part belle autant au genre historique qu’au roman noir.
Meurtres,manipulations,haine,secrets et mensonges nous font voyager de l’immédiat après-guerre en Espagne à 40 ans plus tard avec les conséquences de celle-ci sur 3 familles.
c’était mon 1er Victor Del Arbol (et il me disait à Étonnants Voyageurs que ça n’en serait que meilleur) et ça ne sera pas le dernier.
cela m’a donné également l’envie d’approfondir certains aspects de l’histoire et notamment la Division Azul sur le Front Russe à travers les romans d’Ignacio del Valle