L'APPEL DE LA FORÊT (Chris Sanders)

V1_SY1000_CR0%2C0%2C630%2C1000_AL

DATE DE SORTIE FRANCAISE

19 février 2020

REALISATEUR

Chris Sanders (Lilo & Stitch, Dragons…)

SCENARISTE

Michael Green, d’après Jack London

DISTRIBUTION

Harrison Ford, Bradley Whitford, Karen Gillan, Dan Stevens, Omar Sy…

INFOS

Long métrage américain
Genre : aventures
Titre original : Call of the Wild
Année de production : 2020

SYNOPSIS

John Thornton, un chercheur d’or, perd tout son argent au jeu. Un ancien ami, Hal, lui propose alors de partir à la recherche d’un trésor, en suivant le chemin d’une carte qu’il a mémorisée. Pour ce voyage, Thornton se procure un chien incontrôlable, Buck, qu’il parvient à dresser. Au cours de leur voyage, les deux hommes découvrent une femme, Mercedes, dont le mari a disparu…

La première bande-annonce :

Nouvelle adaptation de l’oeuvre de Jack London (il y a eu notamment celle de William A. Wellman avec Clark Gable et celle de Ken Annakin avec Charlton Heston), la version 2020 de L’Appel de la Forêt est un spectacle hybride, entre prise de vues réelles et animation par ordinateur, procédé qui a ses défauts comme ses qualités. Les producteurs ont opté pour cette solution pour donner aux animaux une large gamme d’émotions et pour éviter que de vrais chiens soient utilisés dans les scènes les plus risquées. Et elles sont assez savoureuses, les réactions de Buck et de ses compagnons, même si les interactions avec les acteurs en chair et en os ne sont pas toujours pleinement convaincantes dans la recherche du réalisme.
Le film de Chris Sanders se perd un peu trop parfois dans le « tout-CGI » et il lisse tout de même le roman de Jack London pour en faire un divertissement familial mais il ne manque pas de coeur, notamment en développant le personnage de John Thornton (campé par un Harrison Ford très touchant) et sa relation avec Buck. Dan Stevens est un peu sous-utilisé mais très bon en méchant et Omar Sy apporte toute la sympathie qu’il faut au responsable du service postal Perrault.
Un joli film d’aventures, certes plein de bons sentiments mais c’est un ton qui ne m’a pas déplu. Et je me suis laissé charmer par Buck qui est vraiment un bon toutou…

1 J'aime