LE DÉCLIC t.1-4 (Milo Manara)

Discutez de Le déclic

Dans un Mad Movies,j’avais lu une preview d’une parodie sexy de James Bond.

Un jour,il est passé à la tv et j’ai regardé:
c’est un épisode du Déclic.

Imaginez James Bond équipé (par erreur)de la boite.

Euh, non, je préfère pas.
:wink:

Jim

Tu ne sais pas ce que tu perds;l’épisode est hilarant.

Le Déclic, je crois que c’est l’album qui m’a fait rencontrer Manara. J’ai du coup catalogué l’auteur en tant qu’illustrateur érotique, ne connaissant pas encore son travail avec Pratt ni sa série Giuseppe Bergman.

Couv_27207

Si le propos du Déclic, au-delà des images coquines, s’intéresse au scandale, aux conventions sociales et au regard d’autrui, je crois quand même que le propos est dilué sur les quatre albums qui composent la série. Selon moi, cette histoire d’un boîtier capable de contrôler les impulsions du cerveau (très Psycho-Man : imaginez un épisode de Fantastic Four écrit et dessiné par Manara) aurait dû s’arrêter au premier tome.

PlancheA_27207

Jim

ça implique un implant greffé dans le crâne.

Dans la version films,cependant,l’implant est abandonné.

Ouaip. Trop répétitif, enchères inutiles !

Dix-huitième livraison de la newsletter « spécial confinement » diffusée par Glénat sur une base quotidienne. Le bulletin donne la parole à un auteur (bien souvent à bédéaste) afin d’évoquer ces temps troublés. Cette fois-ci, la parole est donnée à Milo Manara :

Milo MANARA, comment se passe votre confinement en Italie ? Dans quelles mesures cela vous affecte-t-il ?
Je vis à la campagne, dans la Valpolicella, dans une maison isolée avec un peu d’espace extérieur qui me permet de me déplacer et de ne pas souffrir de cloisonnement. Je ne peux pas me plaindre.
Je peux aussi travailler de manière plus ou moins normale.
Bien sûr, je dois être prudent, car je corresponds exactement au profil de la catégorie de personnes les plus touchées par la Faucheuse.
Dans le travail, les difficultés sont d’ordre moral, et non physique, technique ou logistique.
C’est-à-dire qu’après quelques jours passés assis, le crayon à la main, immobile, à regarder par la fenêtre, avec la feuille de papier immaculée devant moi, je me suis rendu compte que la célèbre phrase de Conrad : « Comment expliquer à ma femme que je travaille en regardant par la fenêtre » n’était plus valable.
Je ne faisais que regarder, je ne travaillais pas du tout. Ce qui se passait m’avait anéanti.
Je pensais en particulier aux médecins et aux infirmières qui, en raison d’erreurs politiques, techniques et administratives, se sont soudainement retrouvés face à un virus qu’ils ne connaissaient pas, souvent sans protection adéquate, pleinement conscients du risque mortel qu’ils couraient et qui, malgré tout, ont continué à faire leur devoir.
Alors, peu à peu, spontanément, le crayon s’est mis à bouger.
Je me suis demandé ce qu’un dessinateur pouvait faire pour se trouver une petite utilité au milieu de la catastrophe et j’ai pensé à adresser un grand merci et un petit encouragement à tous ceux qui ont continué à faire leur devoir pour le bien de tous, en se mettant en danger : ceux qui travaillaient dans les supermarchés alimentaires, ceux qui faisaient le nettoyage dans les hôpitaux, ceux qui garantissaient l’ordre public, ceux qui risquaient aussi leur vie en se précipitant dans les ambulances (j’entendais les sirènes déchirer continuellement le silence de la vallée)…
J’ai une nièce, Diana, qui est infirmière au milieu de l’enfer. Après le premier dessin qui est sorti sur les médias sociaux, elle m’a envoyé un message de remerciement au nom de l’hôpital également : c’est-à-dire qu’ils m’ont remercié !
Par la suite, j’ai reçu de nombreux messages, certains du monde entier, qui m’ont donné le sentiment qu’après tout, en tant que dessinateur, je faisais peut-être quelque chose de vaguement utile.
J’entends souvent les gens dire : « Rien ne sera plus jamais pareil ». Eh bien, j’ai peur de deux choses : la première est qu’après la tempête, tout reprenne comme avant, voire pire. La finance et la spéculation seront encore plus importantes que le sort de peuples entiers.
La seconde, bien sûr, est de nous laisser mourir. Mais plus que la mort, la façon dont nous mourons dans cette horrible épidémie m’angoisse.
Mais à part cela, tout va bien, la nourriture est bonne et le moral est au beau fixe.
Merci pour le quotidien Glénat : c’était nécessaire.
Bonne chance à tous.
Milo

PS : Je sais que je dois une grande partie de mes cinquante ans de carrière à la célébration de la beauté des femmes, étant souvent accusé, peut-être à juste titre, d’être monothématique, voire monomaniaque. À juste titre ou non, j’ai voulu préserver mon vice dans cette circonstance également, en célébrant bien d’autres vertus de la femme, outre la beauté : le courage, l’abnégation, la générosité, la dignité, la grâce… l’intelligence !

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Vous pouvez aller voir les hommages dessinés par Milo MANARA sur sa page Facebook en cliquant ici.

Pour en savoir plus sur l’actualité de Milo MANARA chez GLÉNAT, cliquez ici.

Glénat n’a pas de traducteur ? (humain, je veux dire)

Chouettes images de la part de Manara.
Ça change un peu de voir ses Vénus non dévêtues.
Et il masque un de ses « défauts » : je trouve qu’il a tendance à toujours dessiner ses bouches de la même façon… Comme on ne les voit pas sur ces illustrations, ça ne les rend que plus intéressantes à mes yeux.

Tori.

Je pense que c’est le bon endroit :

Photo by Les Combats Célèbres on January 09, 2021. L’image contient peut-être : texte qui dit ’MANARAK Les combats célèbres dans l'espace inter iconique Franco- comics et manga’.

Pour le personnage de Manara, je ne sais pas, mais la brune, c’est Valentina, de Crepax.

Tori.

Pour la blonde, je parierais plutôt pour l’héroïne du Parfum de l’invisible.

Oui, je viens de tomber sur une illustration où elle a ces vêtements :

Tori.

Ah oui. Merci.