LE DICO DES SUPER-HÉROS (J.M. Lofficier & J.M. Lainé)

Liens :
Le site de l’éditeur : www.moutons-electriques.fr
Le blog de l’éditeur : blog.moutons-electriques.fr
La page facebook de l’éditeur : www.facebook.com/pages/Les-Moutons-Électriques

je le veux…Et je l’aurai.

Ah ben le voila mon bouquin de l’été prochain!
(oui je sais il parait en novembre, mais je le lirai plus tard)

Incroyable mais vrai:un super-héros que je ne connais pas.

Raison de plus pour le lire.

Ah oui maintenant que tu le dis…

Mais forcément ça ne faisait pas partie de Lug, je ne pouvais pas connaître. Et d’ailleurs la revue en question ne me dit rien du tout non plus.

fr.wikipedia.org/wiki/Zarga

zarga.free.fr/

internationalhero.co.uk/z/zarga.htm

ça m’a l’air bien barré,quand même.

Ah, si tu savais le nombre de héros que j’ai découverts en faisant le bouquin. C’est assez formidable, quand même, de découvrir que les super-héros ne relèvent franchement pas du seul univers américain, mais que de nombreuses traditions existent un peu partout (j’ai découvert par exemple qu’en Australie, certains personnages sont nés parce que le pays bloquait les personnages étrangers (comprendre américains…), dans une sorte de protectionnisme économique (phénomène que je connaissais en Angleterre, voir D-Day : à l’assaut de la forteresse Europe, dont j’ai signé la préface, mais bon…).
Le plus dingue, c’est que je continue à trouver des héros, des auteurs, des séries, mais aussi des planches sur le net. J’ai noté découvert récemment des planches de Darna, la série lancée par Mars Ravelo et Nestor Redondo aux Philippines en 1950. Et ce qui est formidable, c’est le boulot de Redondo avant qu’il devienne Redondo (en 1955, il dessinait déjà comme en 1975 dans Rima the Jungle Girl, mais en 1950, il dessinait comme Wally Wood à une époque où Wally Wood ne dessinait pas encore totalement comme Wally Wood).
Vraiment, ce genre de bouquins, c’est un puits sans fond de découvertes sans cesses renouvelées. J’ai adoré le faire (bossé dessus pendant deux ans, et l’autre Jean-Marc, pendant un an de plus…) et je lui souhaite une belle carrière !

Oui, Zarga, comme plein de personnages anglais (et j’en ai découvert plein, même après avoir fini le bouquin…), il est bien zarbi comme il faut.

Jim

A quand Zarga rencontre Misterlady?

Entre personnages barrés…

Vous évoquez les super-héros indonésiens, comme Sri Asih, Puteri Bintang ou Garuda Putih ?

J’ai été assez surpris, quand je suis tombé sur un poche des années 60 de Spiderman, qui n’avait rien à voir avec le tisseur de chez Marvel, mais était en fait le super-héros (auparavant super vilain) de comics britanniques connu outre-Manche sous le nom de The Spider

Tori.

évoqué aussi par Jean-Patrick Manchette dans “le petit bleu de la Cote Ouest”.

http://imageshack.us/scaled/landing/833/pgck.jpg

On peut voir quelques pages ici pour mieux se rendre compte. :wink:

Je ne savais pas que c’était si connu.
Le numéro que j’ai est celui-ci : http://www.comicbd.fr/bd%20IMAGE%20VENTE/SPIDERMAN%201%2020.jpg

Tori.

Je l’ai connu sur ce site:
internationalhero.co.uk/s/spider.htm

Sur un autre(j’ai oublié lequel),j’ai vu la couverture de l’album lu par le personnage dans la BD dont j’ai posté l’image.

Puis j’ai lu la dite BD et j’ai fais le rapprochement.

Sinon,nous sommes des passionnés donc logique qu’on soit plusieurs à connaitre.

On voit sa tombe dans 'Captain Britain".

Et il a pour ennemis les Sinister 7.

Pour les lecteurs qui lisent l’anglais je ne saurais trop recommander la série Jack Staff de Paul Grist ; l’auteur y utilise avec brio et amour une grande partie du cheptel des super-héros britanniques, tel que The Spider, Janus Stark, Adam Eterno etc…, dont nombre d’entre eux ont connu une traduction en France dans les Petits Formats, principalement ceux de l’éditeur Mon Journal.

Une petite digression, avec le recul il apparaît que la politique éditoriale des Petits Formats était assez proche de ce que propose les manga avec des séries ciblées sur le sport (catch, athlétisme etc…), sur les pirates, les cascadeurs, le western, les tarzanides etc…
Et cette impression est renforcée par le (petit) format et le noir & blanc.

Ceci dit The Spider a également fait une apparition il y a quelque temps dans la série Albion de Lea Moore et de son père.

Une série assez peu réussie au demeurant (préférez Jack Staff). :wink:

Alors en fait, je crois qu’il s’agirait plutôt d’une référence ou d’un clin d’œil au Miracleman que Mick Anglo a créé en 1960 pour le marché espagnol (en Espagne, il s’appelle Super Hombre ou Mirakel Man : Super Hombre, et dans les « traductions » anglaises, il s’appelle Miracleman). Personnellement, je ne suis pas parvenu à en lire des aventures entières, je n’ai trouvé que des visuels épars (en général, en croisant avec le nom espagnol, sinon on ne s’en sort pas).

http://nsa30.casimages.com/img/2013/01/15/130115014603291624.jpg

C’est d’ailleurs assez amusant, mais si ce Mirakel Man est, comme plein de personnages de Mick Anglo, inspiré du Captain Marvel de Fawcett, j’y trouve, dans les quelques images citées ici, une influence visuelle en provenance du Superman de Wayne Boring (torse barrique, mâchoire large…).

Jim

En fait, ça, c’est une entrée par l’autre Jean-Marc, qui a listé plein de créatures de Mick Anglo, la plupart bâties sur le modèle de Marvelman (c’est-à-dire sur le Captain Marvel de Fawcett, quoi…). Le plus difficile, tout de même, c’est de trouver quelques pages à lire, pour en savoir plus. Sur des personnages comme ça, c’est très dur. On trouve plein de choses sur le net, mais pas tout. De même qu’on trouve plein de choses chez les bouquinistes, mais pas tout.
C’est un peu un “impératif” qu’on s’est fixé, lors de la rédaction (même s’il n’est pas facile de s’y tenir tout le temps), c’est d’essayer de trouver des informations “de première main” sur les personnages, et par cela, j’entends lire quelques pages, voir quelques minutes de leurs aventures sur écran. Par exemple, j’ai trouvé sur une brocante dans mon village des numéros de Fillette, où était publiée la série Durga-Rani (à ma connaissance la seule jungle girl française), dont je n’avais connaissance que par ce que le site Cool French Comics en disait. Même Jean-Marc Lofficier n’avait pas songé à mettre le personnage dans le dico. Mais quand j’ai trouvé ces fascicules, j’ai pu lire des extraits d’aventures et j’ai pu, donc, rédiger l’entrée, avec un peu plus de légitimité, quoi.
Dans le même ordre d’idées, j’ai regardé le serial King of the Rocketmen (très agréable, au demeurant), pour rédiger l’entrée. De même, j’ai revu des épisodes de The Saturdays (que j’adore), j’ai vu des épisodes de JetCat, mais j’ai aussi vu des épisodes de The Galaxy Trio, par exemple. Ce qui permet d’avoir quelques informations supplémentaires, mais également un avis.
Car on arrive ici à une volonté, partagée par les deux auteurs, et qui consiste à présenter, en même temps que le nom et la simple existence des personnages, une opinion. Sans être réellement un “dictionnaire amoureux des super-héros”, l’ouvrage en emprunte certaines des caractéristiques, à commencer par l’affirmation d’un point de vue. Après tout, c’est ce que j’appréciais dans le dictionnaire du cinéma de Bernard Rapp (que je considère comme l’un des meilleurs ouvrages du genre).
Mais pour ce faire, il fallait connaître, au moins un peu, la matière. Parfois, on ne trouve rien, donc l’entrée peut s’avérer un peu sèche et factuelle. Parfois, on trouve des bribes d’informations (et là, bien souvent, merci les collections privées d’amis, mais surtout merci les scannblogs). Et parfois, on trouve, mais trop tard. Par exemple, c’est quand le bouquin était en relecture finale, avant de partir chez l’imprimeur (donc à un stade où, si l’on fait une modif, c’est au mot près, pour ne pas bousculer la maquette), que j’ai trouvé enfin des images de Dyesebel, et surtout où j’ai pu lire, enfin, la centaine de pages du premier récit consacré à Darna, par Mars Ravelo et Nestor Redondo. Enfin, lire, c’est un bien grand mot, puisque c’est en tagalog, et que mon tagalog est un peu rouillé. Mais le scannblog sur lequel les planches étaient présentées proposait des textes en anglais, ce qui m’a aidé pour le contexte (et c’est de la BD, y a des images).
Mais bon, ça, ça arrive à chaque bouquin : quand il part chez l’imprimeur, tu peux être sûr que le jour même tu vas trouver un truc que tu regretteras de ne pas avoir eu l’occasion d’évoquer dans ses pages…

Jim

Cela dis, ça te fait de la matière en cas de ré-édition et c’est ce que je vous souhaite

(hop sur le planning pour futur article celui-là)

Comme chaque année, je vais faire une conférence à Angoulême en janvier prochain. Le sujet en sera “Daredevil a 50 ans !”.
L’organisation ayant constaté, dans les années précédentes, que les conférences attiraient beaucoup de monde et qu’ils étaient obligés de refuser à des personnes l’entrée aux salles, ils doublent certaines d’entre elles.
Donc, pour l’heure, il est prévu que je donne cette conférence deux fois, le vendredi (17h-18h30) et le samedi (15-16h30).
Je vous en reparlerai quand la date approchera.

Jim

Tu veux pas nous faire un Powerpoint pour ceux qui n’auront pas la chance d’assister à ta conférence? :mrgreen:

Un po…un po…

vomit bruyamment