LE GARDE RÉPUBLICAIN #1-15 (Terry Stillborn / collectif)

Tu y as mis du poulet sauce samouraï ?

Hahahahaha.

Non.

Jim

What ?

Culture japonaise que tu as dit ?

Du tout.
Tu fais un cross-over.

Jim

Et on parle de poulet là, zut ! On respecte bon sang de bonsoir !

Hop, les couleurs sont terminées, et les corrections de lettrage (quelques fautes à pointer, des gras et des italiques à identifier) ont été envoyées à l’instant).

Capture d’écran 2021-11-07 à 13.07.39

Jim

1 « J'aime »

Ah, tiens, intéressant… Bon, il faut que je retrouve mon Paypal…

Tori.

Moi, je sais où est mon chéquier.

Jim

Je n’en ai point.

Quant à Paypal, je ne l’ai utilisé qu’une seule fois…

Tori.

Ah carrément.

(Moi, j’ai une carte, un chéquier et du liquide en poche : il m’est arrivé une fois d’être à Paris quand ma carte a cessé d’être active (comment, je sais pas trop, sa fin de validité était pour plus tard… mais il a fallu la changer quand même en avance…) alors que j’avais utilisé mon dernier chèque… Et donc, impossible de retirer du liquide, de payer par carte ou de faire un chèque, et l’emmerdement de taxer les copains pour tout… J’ai juré que plus jamais, quoi !!!)

Jim

Pendant longtemps, mon seul moyen de paiement était le liquide : je n’avais qu’une carte de retrait…
Quand on ne paie qu’en espèces, on se rend bien plus compte de ce que l’on dépense, je trouve.

Tori.

Moi je veux pouvoir réagir assez vite si besoin. Donc je préfère être équipé. On sait jamais.

Jim

Tout comme Jim. Surtout si je chasse.

Hop, reçu le mien.

Bon, pas encore lu, mais le sommaire se compose d’une histoire avec la nouvelle héroïne, d’une vingtaine de pages réalisées par Lofficier et Constanzo, puis de la réédition du premier épisode d’Ivan Karine, la série dessinée par Chiomenti et publiée dans Rodéo dans les années 1960 (ça sera une double découverte, pour moi qui ne connais la vieille série que de nom).

Ça fera la lecture d’après le déjeuner !

Jim

1 « J'aime »

Rappel, pour commander :

Jim

Bon, c’est tout sympa : une belle slave rencontre le Garde sur les bords de Seine, lui réclamant un joyau mystique gardé par la France depuis longtemps, et susceptible d’alimenter en énergie une ceinture capable de lui faire tenir tête à l’ennemi.
Le gros du récit consiste à retracer la généalogie des héros ukrainiens de l’univers Hexagon (on croise bien entendu Ivan Karine mais aussi un héritier qui permet connecter à d’autres parutions), à travailler la continuité (tiens, Maleficus et les « Doigts de Shivar », qui renvoient à mes épisodes d’Ozark, ça fait plaisir) et à présenter la menace. Celle-ci arrive à la fin de l’épisode, convaincant le Garde de céder le joyau qui pourra s’avérer déterminant dans la guerre.
Sympa, même si la succession de gros plans et les emplacements de bulles plaquées sur les cases sans habillage (ainsi que le noir & blanc) laissent entendre que le bouquin a été fait au plus vite afin d’agréger sans attendre les fonds.
Classique, mais agréable.

Jim

Tiens, un dessin de Delzant qui m’avait échappé, à l’époque :

Jim

Mitton :

Jim