LE MAÎTRE D'ARMES (Xavier Dorison / Joël Parnotte)

Discutez de Le maître d’armes

La critique de Le maître d’armes T.1 (simple - Dargaud) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

La critique de Le maître d’armes T.1 (simple - Dargaud) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

One-shot intense.
Sur fond de guerre de religion, au XVIe siècle, un jeune protestant flanqué de l’ancien maître d’armes de Francois 1er affrontent une troupe d’hommes qui les traque.

Couv_251458

Le charme de ce récit provient de la figure du héros, guerrier vieillissant, sur le retour, fatigué, mais encore plein de ressources. Cette personnalité désabusée nourrit des situations tendues et des dialogues à l’avenant. Et surtout, la présence d’un vieux au générique est toujours plaisante, à l’opposé de tout jeunisme.

Le dessin est spectaculaire, avec des planches savamment composées, des ombres travaillées, des ambiances pesantes mais magnifiques.

En revanche, beaucoup de lecteurs se sont étonnés d’une scène vers la fin, où les courtisans portent des habits qui ne correspondent pas à l’époque du récit. Je n’ai pas creusé davantage, donc je ne sais pas s’il s’agit d’une erreur de documentation ou si les auteurs se sont expliqués sur un message caché (on pourrait voir dans cette scène une portée symbolique, à savoir que l’action du récit se déroule au tournant de l’histoire, à la fin d’une époque et au début d’une autre, même si cela peut paraître capillotracté). Cela dit, la scène en question ne remet guère en question la qualité du récit, au rythme soutenu.

Jim