LE ROY DES RIBAUDS t.1-3 (Vincent Brugeas / Ronan Toulhoat)

Discutez de Le roy des ribauds

Ronan Toulhoat a fait Inktober cet mois-ci, chaque matin, pendant une demi-heure, pour s’échauffer. Et il a tout fait autour du western :

Son FB n 'est pas ouvert à tous. Je les ai donc zieutés sur son Instagram :

Ah bon ? Comment ai-je fait, du coup ?:thinking:

t’as FB Soy ?

Euh … ouais, sûrement !

Les auteurs du Roy des Ribauds, vous le savez déjà tous, livrent leur version de Conan.
Ça se trouve ici :

C’est l’occasion aussi pour moi de vous signaler le début d’une entreprise de haute volée, le réveil de la section franco-belge. Je me suis porté volontaire pour placer quelques liens, changer quelques titres, tout ça… Ça va prendre le temps qu’il faudra, mais c’est sans doute l’occasion aussi, pour les curieux, de venir réagir.
N’hésitez pas, vous êtes les bienvenus.

Jim

Le Roy des ribauds c’est bien, c’est bon, mais pour le coup du duo j’adore vraiment leur taf sur Block 109 et leur tentative de comics à la française avec Chaos Team.

Pour revenir sur conan à noter que cette semaine est sortie la version N&B grand format et que le second tome de Conan est sortit en même temps avec Conan le Cimmérien - La Reine de la côte noire de Morvan et Alary. Lui aussi disponible en grand format N&B dans toutes les bonne boutiques (notamment la mienne).

J’ai lu les trois tomes du Roy des Ribauds, et c’est pas mal, mais c’est loin d’être parfait. Les personnages sont plutôt bien tenus, mais l’équilibre entre un dessin réaliste et une approche plus caricaturale est visiblement assez difficile à trouver, même si on sent des influences allant de John Buscema à Mathieu Lauffray (qui y parviennent). Mais dans l’ensemble, c’est pas mal du tout, y a suffisamment de belles images bien frappantes pour faire passer la pilule.
Après, je ne suis pas tout à fait convaincu de la décompression du récit (c’est clairement écrit selon un rythme comics avec des éléments de Fantasy, mais la vitesse de lecture donne l’impression de tout engloutir trop vite).
Et surtout, il y a des trucs dans la narration que je n’aime pas du tout. Par exemple, à trop vouloir décompresser, il y a certaines grandes cases qui contiennent deux actions qui auraient mieux fonctionné en deux vignettes séparées, de sorte que le résultat donne la sensation qu’il y a des choses passées à la trappe. Dans un ordre d’idée voisin, la fichue habitude de retranscrire des cris en grosses lettres noires dans le décor ne parvient qu’à rendre l’ensemble invisible voire illisible. Ça commence à être mieux géré dans le tome 3, où les cris sont tracés en grosses lettres évidées et remplies de couleurs, donc plus facilement repérables. Mais c’est un peu tardif. D’ailleurs, d’une manière générale, je trouve le bullage assez pourri, notamment quand il s’agit de bulles éclatées.
L’un dans l’autre, ça reste une série intéressante, surtout dans le contexte actuel du franco-belge, qui cherche des portes de sortie afin de s’extirper du format album classique. La série a une forte personnalité, et c’est agréable. Un peu plus de soin dans le dessin, une plus grosse influence de l’école Alex Alice, et ça serait top.
Les planches que je vois ici affichent selon moi les qualités et les défauts du Roy des Ribauds : une énergie folle, une volonté de secouer les habitudes, mais un trait pas encore bien assuré et une narration sans doute trop éclatée.

Jim

Je n’ai lu que le tome 1 (mais j’ai acheté les deux autres), et j’ai bien aimé.
Je compte me relire le tout d’ici trois mois …

Akileos lance un financement participatif pour l’edition intégrale noir et blanc du Roy des Ribauds

A 65 € en EB.

Hum … comment dire. Bon, voici ce que je disais du tome 1 :

image

le dessinateur m’avait dit qu’il y avait un petit côté Trône de Fer, et je comprends pourquoi. Lutte de pouvoir à tous les étages, ambiance un peu crasse dans ce Moyen-Âge réaliste, mais qui laisse sa part quand même à certaine liberté dans le scénario pour nous livrer une histoire romancée assez palpitante, puisqu’elle n’est pas du genre à nous assommer avec des tas de récitatifs et de dialogues (même si quand je tombe sur un scénariste du type Thierry Gloris, je me régale et dans ce cas, qu’importe). Assez efficace donc Brugeas, ce qui donne pas mal de pages dynamiques pour Toulhoat ! Donc ça envoie bien, et si j’ai peut être perdu un peu de temps à savoir qui est qui dans la première moitié (parce qu’avec des « Sire » partout, on ne sait plus trop qui est le vrai « Sire » ! Laughing Et puis le dernier dialogue du chapitre 2 m’a assez perdu, il a fallu quelques pages dans le chapitre 3 pour bien comprendre ce que demandait le Roi de France).

Donc, tout n’est pas parfait, mais ce premier tome bien gras (mais en même temps, je comprends pourquoi il a autant de pages, c’est aussi pour que le lecteur ne se sente pas lésé si cela avait été un bête 46 pages, tout en ayant suffisamment d’action).

Une interview datant de 2016 où Vincent Brugeas évoque la possibilité d’un « western napoélonien » :

itw-ronan-vincent-7

L’idée semble avoir fait son bout de chemin puisque, dans une autre interview de la fin de l’année dernière, le projet est évoqué à nouveau, à côté de la perspective d’un nouveau cycle du Roy des Ribauds :

Intitulée Cosaques, l’histoire serait illustrée par Ronan Toulhoat et Yoann Guillo.

Jim

Ah tiens, ça pourrait être sympa comme thème. Un Eastern napoléonien !