LE SOLITAIRE (Michael Mann)

Le Premier film et premier polar de Michael Mann, pouvant être vu comme une ébauche de Heat.
L’histoire assez classique se centre sur un voleur de bijoux qui veut se ranger après un dernier casse.
La mise en scène est épuré et élégante, faisant la part belle à l’ambiance (digne des films de Mellville) et à l’atmosphère, où l’on retrouve déjà les thématiques récurrentes du réalisateur.
Malgré qu’il soit sorti dans les 80’s, je trouve que l’influence est plus tourné vers les 70’s (La B.O de Tangerine Dream, les gunfights avec ralentis façon Peckinpah) et James Caan y trouve là un des meilleurs rôles de sa carrière.
Finalement c’est un peu comme Drive mais en mieux.

Grosse influence sur “Drive”, en effet, c’est indéniable.

Pour moi, c’est un chef-d’oeuvre absolu, un des meilleurs “premiers films” de l’histoire du cinoche (oui j’y vais franco), que j’ai revu justement il y a quelques semaines à peine.
La séquence finale me donne envie de pleurer de joie.

Je vous le recommande, vous l’aurez compris.

Je suis tout à fait de cet avis, un des meilleurs premiers films au même titre que 12 Hommes en Colère, Assault on precinct 13, Reservoir Dogs, Evil Dead ou encore Little Odessa.

C’est pas plutôt Dark Star, le premier film de Carpenter ?

C’est bien “Dark Star”, même si le film est pas vraiment un projet 100 % pro, puisque je crois qu’à la base c’est le travail de fin d’études de Carpenter… Mais les bios / filmos l’indiquent bien comme le premier Carpenter.

Je ne me souvenais pas que “12 hommes en colère” était le premier Lumet, auquel cas voilà effectivement un autre très grand premier film.

[quote=“Photonik”]
Je ne me souvenais pas que “12 hommes en colère” était le premier Lumet, auquel cas voilà effectivement un autre très grand premier film.[/quote]

On peut d’ailleurs dire qu’il résume les qualités fondamentales de ce grand réalisateur: un sens inné de la mise en scène, une direction d’acteurs remarquable et un humanisme qui traverse l’ensemble de son oeuvre.