Le Vagabond de Tokyo (Résidence Dokudami)


(lesendar) #1

Yoshio Hori pourrait être votre voisin, votre ami, pire, voire vous-même. C’est un jeune homme d’une vingtaine d’années qui vit à Tokyo. Auteur de manga assez spéciaux, détestant par dessus tout le travail, rêvant de coucher avec des femmes splendides, et surtout buvant sans cesse comme un trou. Voici brossé en quelques mots le portrait du personnage principal de ce manga. Pourtant, il y a plus. Au delà de l’aspect “sale”, “scabreux”, pervers, il y a l’humour qui cache le côté désabusé et perdu de Yoshio. Et au delà, la réalité que vit l’auteur Fukutami, celle des bas-fonds de Tokyo, de la vie de débrouillardise, des “coups” foireux ou pas. Bref, une chronique sociale cachée sous de l’humour gras et direct.

Fukutami a un trait et un dessin agréables, fluides. On est dans du manga, c’est clair. Des belles planches réalistes, puis des exagérations incroyables lors de situations spécifiques.
Les dialogues sont crus, assez concrets et réaliste vis-à-vis de l’ambiance. Ce qui pourra déplaire à certains, en gêner d’autres (j’l’ai été par moments). Mais d’un autre côté, ça rend le côté pathétique ou sordides de nombreuses situations que vit Yoshio.
Les personnages sont nombreux et permettent de découvrir une véritable fresque sociale. Les bas-fonds sont dépeints tant du côté des maquereaux, des yakuzas, des pervers, des travestis que dans le côté “bonté”, gentil qu’on peut y trouver. Evidemment, Yoshio étant ce qu’il est, on est plus souvent dans le côté “négatif” de ce genre de vie!

Le côté “nouvelles” et condensé d’anciennes publications, les dialogues, les personnages, le dessin, tout contribue à ce qu’on se sente plongé aux côtés du héros, lorgnant par dessus son épaule en même temps qu’il vit sa vie. Sans concessions, on se retrouve dans son intimité, dans ses pensées les plus intimes, tout en vivant avec lui chacune des scènes présentées.

Pour moi, c’est sans aucun doute LE manga de l’année! (Oui oui Rien que ça!)

Par contre, le seul point négatif, c’est qu’il n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains, et qu’il ne vaut mieux pas le feuilletter avant de l’acheter (c’est un coup à mal le juger et à le reposer sans le lire. Ce qui serait vraiment dommage!)