LE VOYAGE D'ESTEBAN t.1-4 (Matthieu Bonhomme)

Discutez de Esteban

La critique de Esteban T.5 (simple - Dupuis) par vedge est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Ah tiens, 2 tomes !

En fait, y a eu deux tomes sous le titre Le Voyage d’Esteban, et les deux suivants sous le titre Esteban, qui est devenu l’appellation officielle avec les rééditions et l’intégrale.

Jim

J’ai lu le premier tome, et c’est franchement pas mal.

image

Le récit s’ouvre sur une scène pré-générique expliquant les circonstances ayant conduit à la mort de la mère d’Esteban (une séquence qui ne figure pas dans l’édition originale : mon édition d’ailleurs propose la nouvelle couverture, celle de Dupuis, différente de celle de Milan).

PlancheA_332866

Cut, ouverture de l’album avec page de garde, puis on retrouve Esteban qui vient s’engager sur un baleinier, comme harponneur. L’enfant, que tous les marins estiment n’être qu’une demi-portion, rigolent, et voilà le petit nouveau réduit aux tâches subalternes. Mais il obtient tout de même le droit de monter sur une chaloupe et de participer à une chasse.

image

La structure est bien sûr celle d’un récit initiatique, une histoire de formation, de passage à l’âge adulte. Mais Matthieu Bonhomme a l’intelligence de se frotter à l’inévitable modèle, Moby Dick : on retrouve l’obsession pour la baleine qui hante les rues de la ville (même si on est en Terre de Feu et pas à Nantucket), on retrouve la figure du capitaine obsédé et couvert de cicatrices. Mais à chaque fois, l’auteur tord la référence, déjoue les attentes.

image

Il parvient à glisser un peu de poésie dans le monde rude et cruel des baleiniers, notamment avec la scène de souvenirs (évoquée sur la couverture Milan), qui apporte une touche de fantastique et décrit un jeune héros dans son rapport différent au monde et à la nature.

Jim