L'ÉCOLE ABRACADABRA t.1-10 (François Corteggiani / Pierre Tranchand)

Discutez de L’école Abracadabra

Que de souvenirs… Je lisais ça dans le Journal de Mickey (et je dois avoir un album ou deux).
Une des séries qui m’ont fait découvrir Corteggiani et Tranchand.

Tori.

Idem

J’ai relu la série il y a trois ans. C’était un des piliers du Journal de Mickey à l’époque où je le lisais toutes les semaines. Les compères était déjà à l’œuvre sur la passionnante série Marine (les aventures d’une fille de pirate) et Corteggiani signait aussi les scénar de l’Archer Blanc dessiné par Mitton. Avec Mitton, Corteggioani s’est aussi occupait de la série Noel et Marie publiée dans Pif Gadget et racontant les aventures de deux enfants témoin et acteurs de la Révolution Française (qu’est ce que j’aimerais une réédition de cette BD qui avait fait plongé le gamin de 10 que j’étais en 1989 dans la découverte de cette période)

Bon bref c’est pas tout leur boulot et surement pas les plus connus mais voila pour ce que je connaissais d’eux à cette époque et j’adore toujours encore le trait de Tranchand de cette époque (beaucoup moins fans des Profs).

Poudlard avant l’heure, l’école Abracadabra c’est des gags d’une page sur la vie quotidienne d’une petite école de magie situé dans une ville tout ce qu’il y a de classique. Beaucoup de gag joue sur un principe classique (déjà à l’oeuvre, par exemple, dans Ma sorcière bien ailmée) de la voisine qui confrontait à la magie et souvent victime des blagues de Pic et Pik et que son mari ne croit jamais.

(au fur et à mesure du temps, les auteurs suggéreront d’ailleurs qu’Edmond le mari est lui-même une créature fantastique)

Si elle développe peu ses personnages et se base sur la structure classique 1 page = 1 gag (a une ou deux exceptions prêt), la série développera quand même un sacrée bestiaire et des personnages récurrent (tel le bonhomme de neige)

Mais ce qui me fascinait dans cette série (et ce qui ma encore plu avec cette relecture) c’est cette manière de jouer avec la réalité. C’est de montrer qu’une plongée dans un beau lagon se termine par une remontée dans la baignoire d’une voisin, que la forêt voisine de l’école est rempli de troll et de spectre, qu’on voyage vraiment dans le temps pour étudier la préhistoire etc.

Un chouette redécouverte même si j’ai l’impression que cette ancienne édition ne comporte pas tous les gags (et qu’ils ne sont pas dans l’ordre)

Noël et Marie, je dois avoir un tome, quelque part. Faut que je regarde.
Le Mitton de cette période, un dessinateur de comics qui découvre à la fois la liberté et les contraintes inhérentes au franco-belge, je le trouve super.

Jim

Pour Noel et Marie j’avais trouvé le 1er tome mais les deux suivants j’ai jamais réussi (bon pas énormément cherché aussi hein). Je l’ai relu il y a quelques années, j’aime toujours autant malgré (surtout peut-être) ses excès historique marchant sur l’histoire

Triste nouvelle que le décès de François Corteggiani :

Jim

Ce qui est le plus triste c’est qu’en dehors des site de BD et l’Huma, il n’y a aucun article même court sur les médias généralistes.

Si, dans la presse régionale :

Les autres médias ont mis un peu plus de temps… Le Figaro et Ouest-France ont chacun publié un article :

https://www.ouest-france.fr/culture/bande-dessinee/francois-corteggiani-l-un-des-auteurs-de-pif-le-chien-est-mort-f0816168-3a95-11ed-9b76-9edc71c5adb1

Bon, retenir qu’il était un des auteurs de Pif en oubliant tous les personnages qu’il a créés, ça m’agace un peu.

Tori.