LÉGENDES : LES ENCHANTÉS (Nick Percival)

Les éditions Nickel, label franco-britannique qui publie notamment les oeuvres de son co-créateur Pat Mills (Requiem, Claudia, etc.) ont sorti en novembre dernier cet ouvrage qui reprend le graphic novel Legends: the Enchanted paru chez Radical en 2010.

Ca fait déjà un petit moment (novembre dernier) que c’est sorti, mais perso je ne m’en suis aperçu que parce que je suis tombé dessus dans les rayonnages de mon boucher-pharmacien. D’autant plus que l’éditeur n’a semble-t-il aucun site web pour communiquer, pas même un fesse-bouc ou une connerie du genre, juste un vieux myspace pas mis à jour depuis deux ans (et un fansite sur Requiem qui cause un peu des autres projets).

Voilà. Si ça ne vous parle pas beaucoup, imaginez-vous Pinocchio, le Petit Chaperon Rouge ou le Jack de Jack et le Haricot Magique dans un univers post-apo tendance punk avec un peu de démons. C’est un univers assez particulier, où les héros de contes de fées sont des espèces de super-héros invulnérables… Jusqu’au jour où ils ne le sont plus, invulnérables. Et là, les morts s’enchaînent, parce que quelqu’un en a visiblement après eux.

Faut pas s’attendre à un Fable steampunk, ça fait plus penser à un Defiance sur fond de récits folkloriques. L’idée de départ n’est pas plus conne qu’une autre, mais le storytelling n’est pas génial, s’attardant sur des scènes pas forcément intéressantes pour finalement bâcler la fin. Au dessin, c’est du photoshopping, mais ce n’est pas repoussant. Je ne sais pas si le “magiquement fées” de la présentation (qui est reprise en quatrième de couv’ et à l’entrée du bouquin) est fait exprès, ceci dit l’ouvrage est relativement propre en terme d’orthographe, en dehors d’un “on” qui remplace un “ont” en milieu de bouquin.

Nickel a aussi réédité l’intégralité des “Slaine” paru chez Zenda & Soleil + quelques inédits. Pour les fans de Simon Bisley, son “Four Horsemen of the Apocalypse” est également dispo en VF.

J’avais pris ce tome à sa sortir car Nickel fait en général de l’excellent boulot (sur Slaine y a vraiment une plus-value par rapport à la Vo). Si j’ai globalement apprécié le postulat initial et le travail graphique (qui tend à lornger vers du Clint LANGLEY), j’ai trouvé l’exécution assez lourde et finalement, je n’ai pas été plus emballé que ça. C’est un bouquin sympa, mais pas incontournable.