L'ENFER EST VIDE, TOUS LES DÉMONS SONT ICI (Marie Gloris Bardiaux-Vaïente / Malo Kerfriden)

L’enfer est vide, tous les démons sont ici

image

L’héritier du procès de Nuremberg.

Adolf Eichmann est l’un des grands architectes de la « solution finale » mise en place par le IIIeReich. Après la guerre, celui qui a mis tant d’acharnement à organiser et optimiser l’annihilation des juifs parvient à s’exiler en Amérique du Sud où des agents du Mossad le capturent en 1960. Son procès à Jérusalem, l’année suivante, est un événement historique : pour la première fois, les juifs vont eux-mêmes juger officiellement un de leurs bourreaux. Le monde entier a le regard braqué vers la capitale israélienne et les caméras filment l’ensemble de la procédure, du jamais vu. Au cours d’un procès qui dure huit mois, le récit technique de l’industrialisation de la solution finale et les documents d’archives sont présentés, disséqués, commentés. Cent onze rescapés de la Shoah sont appelés à comparaître, chacun d’eux bouleversant l’auditoire. Ce procès judiciaire d’une forte ampleur médiatique et historique - mais également politique - s’enrichit de débats intellectuels, comme le travail d’Hanna Harendt sur la « banalité du mal ». Dans ces mois difficiles, une leçon d’humanité doit passer. Passera-t-elle par une condamnation à mort d’Adolf Eichmann ? L’exécution de celui qui s’est employé à organiser l’extermination de 6 millions d’êtres humains a-t-elle un sens ? Jeanne Amelot, Shimon Abécassis et Hannah Arendt, tous trois présents en tant que journalistes pendant les audiences, s’interrogent.

Nouvelle bande dessinée des auteurs de L’Abolition , L’Enfer est vide, tous les démons sont ici en est le prolongement thématique. La réflexion sur la peine de mort se poursuit et s’insère dans un nouveau cadre historique propice au débat et à la discussion en posant la question des limites. Y a-t-il une exception à l’abolition de la peine de mort pour une société s’il s’agit du pire de ses bourreaux ?

  • Éditeur : Glénat BD (1 septembre 2021)
  • Langue : Français
  • Relié : 128 pages
  • ISBN-10 : 2344040048
  • ISBN-13 : 978-2344040041
  • Poids de l’article : 788 g

Marie Bardiaux-Vaiente est scénariste, docteure en Histoire, militante pour l’abolition universelle de la peine de mort et féministe. Elle témoigne de l’ensemble de ses diverses passions ou centres d’intérêts à travers son activité de scénariste, comme en témoignent Fille d’Œdipe (6 pieds sous terre), Les Reines de sang (Delcourt) ou sa collaboration au collectif Féministes . Elle est scénariste chez Glénat de L’Abolition consacré au combat de Robert Badinter pour l’abolition de la peine de mort et de l’Enfer est vide, tous les démons sont ici sur le procès d’Adolf Eichmann.

Malo Kerfriden est né à Redon en 1972. Petit fils de l’écrivain Breton P.J. Helias, il commence vers 15 ans à participer à des fanzines de bande dessinée. Après des études d’histoire de l’art, il rentre à l’atelier BD des beaux-arts d’Angoulême tout en faisant de la musique dans un groupe signé sur le label Anglais Detour. En 1999, il signe Quarterback avec David Chauvel, Suivront KGB avec V. Mangin, Traffic avec A. Robin, Otaku Blue avec R. Marazano, L a Rage et la Banque avec P. Boisserie et L’abolition avec Marie Bardiaux-Vaïente. Réside en Île-de-France.

Eh eh eh … Il est taquin

Il pense à ses amis, aussi.

Jim

De l’importance du trait d’union : je suppose qu’il s’agit de son petit-fils et non de son petit fils.
Mais bon, comme il est écrit aussi « centres d’intérêts » dans la bio de Marie Bardiaux-Vaïente, je suppose que l’orthographe n’est pas leur priorité (il y a aussi quelques règles typographiques bafouées, d’ailleurs)…

Et puis, il y a ça, aussi :

Tori.