LES 4400 (Saison 1)

Oui, la fin de la première saison avait fait jaser malgré une superbe montée en puissance. Après, l’ensemble du voyage rattrapait cette destination, et ce final n’était d’ailleurs pas mauvais, juste en-dessous de nos attentes légitimes.

La saison 2 avait pour elle de continuer l’hommage aux X-Men et relançait certains persos, mais l’exécution n’était pas dingue sans que ce soit forcément la faute à la grève. Et cette décision de laisser inachevé l’intrigue autour de la copine de Peter qui ne sera plus jamais adressée, au point de nier tout l’impact de cette saison sur Peter, c’est quelque chose qui m’a un peu gêné jusqu’à la fin de la série qui retrouve un peu de sa superbe sur la saison 3 d’ailleurs, mais sans jamais retrouver le niveau de la première.

Oui.
Mais c’est quand même dommage que, à préparer tellement l’affrontement Peter / Sylar, ça n’en vienne qu’à trois coups de poings échangés.
Ce n’est pas mauvais, mais c’est un ascenseur émotionnel qui descend dans un sens désagréable.

Oui. Et Hiro au Japon avait trop d’exposition, pour une intrigue qui n’en méritait pas tant.

Totalement, même s’il y a une belle dynamique d’équipe dans cet affrontement (d’après mes souvenirs, j’ai jamais revu la série).

Voilà ce qu’il se passe quand on capitalise trop sur les fan-favorites… Et pourtant j’adorais Hiro !

1 « J'aime »

Oui, et le choc de l’explosion finale, le sort incertain de Nathan… il y avait de bonnes choses.
Mais ça manque de 5 vraies minutes de bagarres à super-pouvoirs !

Et je l’ai détesté après ! :smiley:

Un problème de moyens peut-être ?

Le problème de la surexposition, mais peut-être aussi du fait que dès la fin de la saison 1 Hiro a résolu tous ses arcs : il est devenu un vrai héros qui sauve le monde et a réglé ses daddy issues (belle prestation du mythique George Takei, qui a la même époque soigne son image d’icône geek en nous gratifiant d’un rôle dans Command & Conquer : Alerte rouge 3) *, donc que raconter ensuite ? De mon souvenir, il n’y a guère que les tensions qui se creusent entre lui et son acolyte Ando qui sont vraiment intéressantes. D’ailleurs je trouve qu’ensuite Hiro fonctionne surtout bien quand il est mis de paire avec d’autres personnages, moins tout puisqu’on a l’impression d’avoir déjà fait le tour de son développement personnel et de ses pouvoirs dès la première saison. Peut-être la série aurait-elle gagné à avoir un casting tournant d’une saison à l’autre ?

1 « J'aime »

Peut-être, mais c’est dommage qu’une telle montagne accouche d’une souris.

Oui. En tout cas, multiplier les unions / duos / regroupements de figures connues, et développer en parallèle des personnages nouveaux.
Sylar avec les Sud-Américains, olala…

C’est un peu ce qui se passe par la suite, mais cela donne aussi des retournements de caractérisation qui frisent le ridicules : Sylar et Nathan Petrelli en deviennent des girouettes de puissance cyclonique.

Et Sylar DEVIENT Nathan Petrelli. :smiley:

Oui, beau twist !
Pour raccrocher au sujet d’origine, on a quand même deux séries sorties à un an d’intervalle traitant d’êtres à superpouvoirs qui ont eu de très bons retours critiques et publiques sur leurs débuts. Outre les liens à faire avec l’émergence des films de super-héros à ce moment-là, je me demande si le succès des 4400 a pu jouer dans la validation du projet Heroes. Je me rappelle d’une critique enthousiaste dans une émission de Canal +, et de l’incrédulité après visionnage de la bande-annonce des autres chroniqueurs et surtout de la présentatrice qui remarquait que ce n’était pas une série sur des « héros » mais des « super-héros », ce qui témoignait bien que cette figure n’était pas encore reconnue comme représentative de fictions à prendre au sérieux.

1 « J'aime »

Le succès du MCU a définitivement changé bien des choses, oui !

Et que des séries comme les deux qui nous intéressent ici ont peut-être aidé à instaurer chez une partie du public : personnages avec pouvoirs crédibles (dans le sens où il ne s’agit ni d’icônes ni de pantalonnades), des intrigues qui vont à fond dans les concepts (manipulations temporelles, lois gouvernementales…), des univers riches et denses en éléments et personnages, et qui ne renient pas leurs origines comic-bookesques (surtout pour Heroes et la citation directe de Days of Future Past dès l’apparition d’Ando et Hiro).

Ah bah évidemment : malgré ses défauts, Heroes a bien préparé le terrain pour les super-héros. Les années 2000 ont été un échange constant entre films adaptés « officiellement » et productions sur des surhumains, chacun nourrissant l’autre.
Je pense ici à la passerelle Claire Bennett/Wolverine sur la régénération, ou bien les films Push et Jumper qui, s’ils n’ont pas été forcément des succès, ont pu commencer à montrer des capacités que les super-héros qui les avaient inspirés ont, et qui se sont ensuite retrouvés dans leurs films personnels.

Et Mutant X, hein ?! ;p
On rigole, mais Smallville a bien défriché aussi pour l’Arrowverse, et indirectement pour les séries Marvel aussi.

Push qui était même plutôt intéressant, une série TV avait d’ailleurs été envisagée.

Brrr… :smiley:

Oui. D’autant qu’on est passés du « freak-of-the-week » à des saisons, sur la fin, qui adaptent bien et avec ambition, malgré le peu de moyens et le carcan de la chaîne, les comics.

Oui, ça aurait été cool. Mais Chris Evans a été occupé ailleurs. :smiley:

Je ne suis même pas sûr qu’il était impliqué, je crois que l’idée était davantage d’étendre le monde avec un nouveau cast, mais cela restait sans doute beaucoup trop proche de Heroes. Par contre, il me semble qu’il y a eu des comics et/ou des romans dérivés.

Oui, tu as raison, il me semble que son personne ne devait pas réapparaître.
Une mini-série comics a été entre novembre 2008 et février 2009 par WildStorm, écrite par Marc Bernardin et Adam Freeman, et dessinée par Bruno Redondo. C’était un prequel.

Haha.

Avant qu ils aient des pouvoirs alors ? Le truc qui ne sert à rien en somme !

1 « J'aime »

Oui 2 tomes publiés dans la collection Fusion de Panini.

C’est là qu’on voit qu’il y a une différence de génération : moi, les premières séries que j’ai suivies en VO, on s’échangeait des VHS, pas des CD (bon, pour ma part, il s’agissait de séries d’animation japonaise, et ce n’était pas toujours sous-titré en français ou anglais… Je me souviens d’une VHS qui avait trois sous-titres : mandarin à gauche, cantonais à droite et anglais en bas)…
Après, il y a eu le Laser Disc, mais ça coûtait un bras, et je ne connaissais qu’une seule personne qui en avait un (mais, bon sang, quelle qualité, à côté des VHS !).

Tori.

1 « J'aime »

… que l’amour, à offrir en partage…

Jim

3 « J'aime »