Les Boy's Love 2010 d'Asuka


(Den d Ice) #1

Pas moins de 6 nouvelles séries

Lire la news sur Manga Sanctuary


(Blackiruah) #2

Eh bien, y’a beaucoup de sorties de mangas de ce genre, il y a réellement un public en France pour ce genre ? Ou c’est un vrai pari?


(Hirymoku) #3

Les chiffres de ventes ne doivent pas être mauvais pour que Taïfu y consacre la moitié de son planning mensuel, qu’Asuka ai déjà prévu 2 titres mensuels pour toute l’année 2010 et que Tonkam semble partit pour en sortir 1 par mois. Après parler de “beaucoup de sorties” quand le nombre mensuel varie de 6 à 8 titres, c’est peut-être exagérer :slight_smile: C’est surtout le nombre de titre qui est important car ce sont pour beaucoup des oneshots, d’où les annonces plus fréquentes. Et puis dans le cas présent, on ne peut pas vraiment parler de nouvelles séries puisque ce sont juste les sorties en volumes reliés des titres prépu dans le Be x Boy.

Sinon, quelques erreurs :

  • Silent Love compte 2 volumes, série en cours.
  • Viewfinder compte 5 volumes et il semblerait que la série soit encore en cours.
  • Lovely Teachers compte 2 volumes, série en cours.

EDIT DEN : Merci de ces précisions :wink:

De rien :slight_smile:


(xiaofeng) #4

pour répondre , oui c’est un paris mais gagnant , car on est trés nombreuses a aimer ce genre , par contre pourquoi un tel prix? a chaque fois ils coute presque 2 euros de plus que les autres mangas :confused:

moi j’attends avec impatiente le licenciement de “junjo romantica” qui a mon avis est le meilleur du genre . :wink:


(Sherryn) #5

J’attends tout ça avec impatience ! :smiley:
Je n’ai presque plus besoin d’acheter en allemand maintenant, c’est vraiment agréable… (Enfin, faudra quand même que je fasse un saut à Berne dès que j’aurai des sous).
À part ça, j’avoue que j’en ai un petit peu marre de voir des remarques anti-yaoi à chaque news, sur n’importe quel site d’ailleurs. Si ça vous plaît pas, lisez pas et répondez pas, vous verrez bien aux commentaires qui suivent si y a un public intéressé. Je dis pas ça pour être méchante, mais juste qu’il faudrait bien que ça cesse ^^’’ ce serait vraiment agréable, merci d’avance ^^


(Blackiruah) #6

Ah non ce n’était un commentaire du type, “ah non pas des Yaoi par pitié”, je voulais juste savoir s’il y avait un véritable public pour les yaoi en France. Ce n’est quand même pas si évident étant donné que c’est un sujet délicat dans notre société. C’est quadn intéressant de savoir ceci non?


(chocobo) #7

je lis des yaoi et pourtant moi aussi je me pose la même question, de toutes les personnes qui lises des manga (il y en a beaucoup) que je connais, aucune n’en lis.

perso j’attend silent love ^^


(Mugen shinshi) #8

Regardez le site de Nippon Export, boutique en ligne vendant des mangas en japonais à un public occidental : la moitié de leur catalogue, c’est du yaoi. Donc, oui, il y a clairement un public en occident pour cela. On peut même dire que les éditeurs francophones ont été lents à la détente avant de s’y mettre.


(Sura) #9

Moi, personnellement, je pense que oui, il y a un public en France. Au début (comme à chaque fois) c’est vrai que c’était un pari, mais maintenant, je pense que le public est trouvé ! Le yuri, par exemple, non, n’a pas de public. D’autant plus que si le genre n’aurais pas “son public”, les éditeurs ne rachèterais pas de nouvelles licences assez souvent.


(Blackiruah) #10

Ah bon? Alors le Yaoi a très clairement un marché apparemment mais pas le yuri ? Pourquoi donc ? (PS : je ne suis pas un spécialiste des 2 styles)


(ivan isaak) #11

Il est à l’heure actuelle impossible de dire si le yuri a un marché en France : les titres du genre sortis dans l’hexagone se comptent sur les doigts d’une main (et encore, je suis généreux :mrgreen: ).

Ensuite, le yaoi a un public, c’est indéniable. Mais l’énorme avantage qu’ont les éditeurs a publié ce genre de titres, c’est qu’ils sont extrêmement bon marché (en terme de coût de la licence) et courts (ce qui permet de multiplier les licences et de ne pas avoir besoin de passer par l’éternelle renégociation des droits propre aux séries plus longues). Derrière, ils se blindent : ils ne vendront pas “beaucoup” de volumes (Le jeu du chat et la souris, de très loin le best-seller du genre, s’est vendu à environ 10 000 exemplaires, les autres tournent plus aux alentours de 2 000) mais savent que les fans du genre en achèteront un très grand nombre (de titres différents), la plupart du temps sans s’attarder sur la qualité (comme pour beaucoup de shônen, que ce soit au début ou même encore maintenant…). Ils en profitent donc pour proposer ces titres à des prix que l’on peut qualifier de prohibitifs, avec comme justification le fait que c’est pour eux le seul moyen de continuer à publier des titres du genre…

Fin bref, le yaoi est installé. Maintenant, les Editions H ont pour objectif de proposer des manga pour les homosexuels, avec de vrais hommes (ce sont les termes utilisés par les responsables de la maison d’édition). Est-ce que cela marchera ? Aucune idée mais sait-on jamais…


(Blackiruah) #12

Merci Ivan pour ta réponse, ma foi, forte intéressante. C’est vrai que l’aspect commercial parait justifié si la licence est peu chère. C’est étonnant qu’il se tourne plutôt vers les mangas homosexuels plutôt que les yuris quoique y’a quand même une logique.


(Hirymoku) #13

Mais le yuri aussi c’est du manga homosexuel :stuck_out_tongue:

Pour la demande, il suffit d’aller faire un petit tour du côté du scantrad pour se rendre compte que le yuri a moins de public. Ou du moins que le public n’a pas eu de quoi se développer. Si ces dernières années, le nombre de teams sur le yaoi a explosé, pour le yuri ça reste encore très modéré. Alors forcément, une “communauté” yaoi très active qui réclame des licences à cors et à cris, ça inspire plus confiance à un éditeur pour tenter la chose que quelques commentaires de ci de là qui aimerait que le yuri aussi se développe en France.

Concernant les éditions H, l’expression de “vrais hommes” ne m’inspire pas grand chose. Après tout, il reste dans le domaine du boy’s love donc ils ne pourront pas non plus beaucoup s’éloigner des standards du genre. A moins que dans le futur ils s’intéressent aux vrais mangas gays, mais là non plus, ce ne sont pas des vrais hommes, ce sont des machines de sexe au proportions totalement disproportionnés ^_^""