LES CAHIERS DE LA BD #1-14 + HORS-SÉRIE

Encore heureux !

Tori.

Chez moi, c’est pas les images qui pèsent lourd. Plutôt les PDF d’éditeur et les films.

Jim

L’as-tu lu, Tori ?

Pas encore, mais je l’ai acheté.

Tori.

Bon, j’attends encore un peu, alors. Pour avoir des avis.

Bon, j’ai commencé à le lire et c’est pas mal…Mais j’émets quelques réserves tout de même :
J’ai relevé quelques coquilles (ça arrive, mais c’est toujours pénible), ainsi que des erreurs (ils ont notamment fait la même que Le Doc : ils ont légendé une photo tirée de Tarzan et sa compagne « Maureen O’Hara » au lieu de « Maureen O’Sullivan »).
De plus, on a droit à un entretien avec Chéret et un avec Lecureux, mais ils datent respectivement de 1986 et de 1994…
Ça manque un peu de fraîcheur.
Mais j’ai appris plein de trucs, et ça m’a donné envie de m’acheter la collection (mais le prix me freine rapidement : c’est qu’il y en a un peu, quand même, des albums).
Le gros article faisant le parallèle avec La guerre du feu (le film) est intéressant, aussi.
En revanche l’uchronie est sans intérêt aucun (ils imaginent Rahan paraissant dans une revue d’extrême-droite plutôt que dans Pif).

Tori.

Ah oui … j’avoue que présenté comme ça, ça donne pas envie.

Merci pour ton premier avis.

Je te rassure : ça n’occupe que trois ou quatre pages.

Tori.

Pour Lécureux, ma foi, à cinq ans près, ça sera difficile de faire mieux.

Sur le principe, ça pourrait être intéressant, si le(s) signataire(s) se penche(nt) sur l’atmosphère idéologique de l’environnement éditorial, et comment cela peut influencer une création fictionnelle. Voire comment un personnage peut se prêter à différentes interprétations.
Mais tu sembles dire que ça ne va pas aussi loin.

Jim

Disons que cette uchronie (c’en est une : le climat politique n’est pas le même non plus) est un peu bancale sur certains points. Surtout, sa forme ne m’a pas convaincu : c’est sous forme de dialogue entre deux animateurs de radio (ou un animateur et son invité, je ne sais plus).
En revanche, le personnage de Rahan est totalement modifié (et s’appelle Anhar). Il ne cherche pas à éclairer les hommes de son savoir mais, au contraire, à freiner leur développement… et ça se passe loin dans le futur, dans un climat post-apocalyptique, où l’homme aurait régressé. Il y a un petit côté Kamandi (d’ailleurs, il est dit qu’Anhar cherche à être le dernier garçon sur terre, ce n’est pas anodin).

C’était intéressant, il y avait de bonnes idées, mais c’est mal foutu, c’est pour ça que je n’y ai finalement pas trouvé d’intérêt.

Tori.

Donc, j’ai déjà un peu parlé de la dernière partie des cahiers dans le sujet du livre de Dionnet, et je trouve que l’extrait est quand même bien sympa à lire.
Sinon, j’ai beaucoup aimé les dossiers sur Michel Lépinay et Hara Kiri, Jodo, Andreas. L’interview du trio Seth/Matt/Brown est excellente (j’en attendais pas moins, quand on connait un peu leur production). Le dossier sur l’histoire de France est plutôt sympa dans les problématiques qu’ils posent.
Celui sur Salut les bidasses est un peu trop prise de position, à trop vouloir prendre ceux qui n’appréciaient pas pour des incultes (je n’ai pas l’historique, mais bon, c’est autorisé de trouver un titre comme celui-ci nul).

Ça vient pas de sortir chez altaya and co?

Chez Hachette.

C’est ce qui est indiqué dans le magazine, mais je ne les ai pas vus en kiosque, ni sur journaux.fr (à, part la réédition chez Soleil, je n’ai rien vu)…
Et ça ne change rien au fait qu’il y ait beaucoup d’albums, d’ailleurs… 26 tomes à 19€, ça frise les 500€, quand même.

Tori.

Je crois qu’il y a eu un test l’année dernière, mais que la collection n’a pas encore démarré officiellement…

image

Je viens de le finir (avec un mois et demi d’avance, épatant). Alors, évidemment, l’interview de Jacques Glénat est très intéressante, l’article sur Tarantino est sympa et rigolo, j’ai bien aimé le « what if » sur Blueberry, l’interview de Blain est également intéressante. Les trois dernières parties du magazine ont ma préférence, avec un gros cahier sur le Western, le cahier historique sur Nicole Claveloux que je ne connaissais pas du tout, la rétrospective Mattioli et l’extrait sur Watchmen : Now!

Annoncé pour le 27 mai 2020 sur certains sites marchands

Les cahiers de la BD - hors-série tome 5

image

Qui était réellement Hergé ? Personne ne le sait vraiment, tant l’homme était discret sur sa vie personnelle et l’auteur effacé derrière sa créature omnipotente : Tintin. À travers une nouvelle analyse des différentes interviews qu’Hergé donna tout au long de sa carrière, dans la presse francophone et internationale et à la télévision, Les Cahiers de la BD dressent le portrait d’un auteur ambigu, à la fois maître de sa création et emporté par un succès qui fera naître chez lui une profonde dépression. Le titre de ce hors-série est à prendre au pied de la lettre : Hergé se raconte lui-même, avec plus ou moins de mystère, tout comme la vie d’Hergé peut se raconter de différentes façons. Des premières interviews, dans les années 1930, où la BD est encore considérée comme un divertissement pour les enfants, aux émissions comme « Apostrophe » ou « Les rendez-vous du dimanche », dans lesquelles Hergé passe au mieux pour un amuseur public, ce hors-série exceptionnel montre aussi comment, à travers Hergé et sa créature, la perception de la bande dessinée a évolué. Avec de nouveaux témoignages des principaux biographes et spécialistes du corpus hergéen comme Numa Sadoul, Benoît Peeters et Pierre Assouline.

Date de parution : 06 Janvier 2021

14,90 €

Finalement sorti avant-hier, avec cette couverture :

Il somporte un article sur Le Cri qui tue, suivi d’un petit article sur la venue de Tatsumi et Tezuka à Angoulême en 1982 (où ils sont passés inaperçus).

Tori.
PS : On y voit « Érotisme » (et Wally Wood) remplacé par « Peyo » et « Jeux vidéo » par « Virus »…
PS2 : prochain numéro (prévu pour le 14 octobre !) :

Et un hors-série sur Hergé (pour le 27 août) :

Merci Tori.

L’info que j’avais eue le jour où j’avais posté parlait de janvier 2021.