LES CAPTAINZ (Texier / Yoann)


(Team Sanctuary) #1

Discutez de Les captainz


(Jim Lainé) #2

Un héros masqué un brin obsédé : Captain Mystérieux.
Un chien pilotant un exo-squelette : Captain Wawa.
Une télépathe inspirant les pensées les plus noires à ses victimes : Captain Déprime.
Un justicier juvénile capable de chevaucher les ondes : Captain Megahertz.
Un clochard qui se transforme en titan rouge si on l’embrasse : Captain Bisou.

CaptainZ-couv

Voilà l’équipe de bras cassés réunis par Captain Wawa dans le but de traquer et de détruire les aberrations venus d’univers parallèles, depuis que la membrane imperméable les séparant s’est déchirée sous l’effet d’une créature qu’il reste encore à identifier.

CaptainZ-couvBack

À partir de ce postulat passablement classique, Texier construit une intrigue pleine de rebondissements où les personnages se distinguent par leur fainéantise, leur égoïsme et leur incapacité à s’organiser. L’album débute d’une manière sympathique (par le recrutement de Captain Déprime), mais peine à trouver son rythme. À y regarder de plus près d’ailleurs, il semblerait que l’intrigue ait été construite par épisodes, sous forme d’une suite d’histoires courtes. C’est très sensible sur les deux premiers chapitres (le recrutement déjà cité puis l’arrivée de Captain Bisou dans le groupe), ce qui me laisse penser qu’il était au départ envisagé sous la forme d’une prépublication. Mais je ne sais pas où, en fait. Pas chez Spirou, malgré le petite clin d’œil dans les premières pages.

L’intrigue prend de l’ampleur au bout d’une vingtaine de pages, où les choses commencent à prendre une direction précise (plan des héros, identification de l’ennemi, retournement de situation, investissement des personnages dans leur mission). On peut imaginer que, à ce moment, les auteurs travaillent dans la perspective d’un album, plus tellement d’une suite d’histoires courtes. Cela dit, les dates fournies en dernière page près de la signature (2008-2017) laissent entendre que la réalisation de l’ensemble a pris du temps.

Question dessin, c’est vachement chouette. Bon, je suis assez fan du boulot de Yoann en général, que je trouve très dynamique, très vivant, porteur d’une réelle drôlerie plastique, tout en mettant en scène des personnages plutôt agréables. C’est nerveux, parfois un peu brouillon, mais c’est ce qui donne cette énergie. Là, il s’amuse autant avec les codes visuels que son complice avec les codes narratifs, et ça bouge très bien. Il y a de chouettes choses, notamment dans le rendu des pouvoirs de Captain Megahertz.

Pour l’instant, il n’y a qu’un album, sorti l’année dernière. Le Lombard donnera-t-il le feu vert à une suite ? Ça peut être bien sympa, maintenant que les personnages et les auteurs ont trouvé leur rythme.

Jim