LES CHRONIQUES DE CORUM t.1-4 (Moorcock, Baron, Shainblum / Mignola, Guice, Thompson)

Chroniques de Corum 01

Date de parution : 23/01/2019 / ISBN : 978-2-413-00917-7

  • Série : CHRONIQUES DE CORUM (LES)
  • Collection : CONTREBANDE

Résumé

Après Le Cycle des Épées de Fritz Leiber voici Corum de Michael Moorcock, le « père » d’Elric, une autre oeuvre de jeunesse de Mike Mignola cette fois en collaboration avec Mike Baron (Nexus, Punisher).

Le Prince Corum Jhaelen Irsei, surnommé le Prince à la robe écarlate, nous entraîne dans un voyage épique et fantastique à travers les quinze plans d’existence de la Terre, au coeur même du temps. Héros malgré lui, il est l’une des nombreuses incarnations du « Champion Éternel » et doit affronter les terribles Dieux du Chaos afin de sauver le monde, mais aussi la femme qu’il aime.

Extrait :

Ah bah voilà !
J’aime quand un éditeur va chercher du patrimonial !
Reste plus à espérer que ça rencontre un franc succès, et que toute la collection Moorcock y ait droit !

Jim

Enorme !!
J’attends ça de pied ferme…

oh oui moi aussi.

Mais c’est quoi, ce truc ? Pinaise, il va me falloir ça, assurément !

Oui, il va falloir leur donner envie de continuer.

C’est drôle, ça me fait penser au style de P. Craig Russell

Je note que ma facture BD va encore augmenter en janvier!
Encore une série qu’il me faut.

ginevra

C’est la série publiée chez First dès 1987.

chronicles-of-corum-cover1

Rappelons que cet éditeur, qui a publié American Flagg!, Nexus, Grimjack, Jon Sable, Badger, Dreadstar ou Whisper, a sans doute été l’indépendant le plus passionnant des années 1980, en éditant certaines des meilleures séries de l’époque, en promouvant toute une génération de jeunes auteurs, et en offrant une alternative crédible aux deux Big Two.
Le lent déclin de First correspond à la montée en puissance de Dark Horse, mais aussi à la construction d’un nouveau catalogue DC en post-Crisis, qui s’appuie sur de nombreux noms venus du petit éditeur (l’editor Mike Gold, puis les auteurs Tim Truman, Mike Grell, John Ostrander, Howard Chaykin, Mike Baron…). Et, au vu du caractère “adulte” des séries publiées, j’aurais tendance à voir en First une sorte d’éclaireur pour la collection Vertigo : dans Grimjack, il y a une tonalité grim & gritty qui ferait passer les aventures du Punisher pour des bluettes printanières, dans Nexus, le thème de la responsabilité et de la justice prend des proportions intéressantes (jusqu’au “crime de guerre”), tandis que la série évoque sans détour le sexe, la famille, la paternité, la drogue, dans American Flagg! on a une vision politique qui ouvre le chemin aux réflexions de Frank Miller, etc etc.
Le catalogue de First, par sa constance et sa durée (les plus longues séries avoisinent les 80 numéros), a contribué à changer le paysage éditorial.

Je pense que l’adaptation d’Elric par Russell avait fortement marqué les esprits. Et Mignola doit beaucoup à Russell, entre autres.

Jim

C’est dommage que First ait bu le bouillon (d’ailleurs, c’est pas lui dont les réserves avaient été inondées ?) car il proposait de sacrées bonnes séries (Dynamo Joe entre autre - Ostrander et Rice se sont retrouvés chez Dc et Dark Horse)

Et les diverses tentatives de reprises chez d’autres éditeurs n’ont jamais porté leurs fruits à long terme. La relance de Nexus chez Dark Horse, sous la forme de différentes mini-séries, a brisé l’élan que connaissait la série régulière. Badger, pareil. Grimjack s’est enlisé dans un long procès qui a bloqué le personnage pendant des années, et les reprises, chez IDW, de Grimjack ou Jon Sable, qu’il s’agisse de rééditions ou de nouveautés, n’ont pas fait de grosses vagues. Vraiment dommage.

Jim

Ah, ayé, c’est officiel ?

Bon, je signe la trad de ce bouquin, (et une pitite postface), et pour moi, c’est une vraie madeleine, parce qu’il y a une trentaine d’années, Corum a été mon premier comics en VO, acheté chez Album. (et dans les pubs, j’ai découvert le reste des titres First, et je suis tombé la tête la première dans Nexus, Badger et Grimjack)

Ah tiens, je ne me souvenais pas que c’était cette série-là.

(Pour la petite histoire, les amis, c’est Monsieur Lavitch qui m’a fait connaître l’éditeur et son catalogue…)

Jim

L’avantage d’habiter sur Paris…

C’est quand même pas sympa de dénoncer son dealer !

1 J'aime

Ma critique :

https://www.sanctuary.fr/avis/129841/

Ta critique très élogieuse tombe à point nommé pour me rappeler de prendre cet album, tiens…

Pinaise, je l’avais oublié. J’aurais pu le prendre à Angoul’ …

je l’ai toujours si tu veux.

Encore faut-il que je passe …