LES DIEUX DE KIRBY (Alex Nikolavitch)

Comme il n’y a pas encore de présentation officielle sur le site des Editions Confidentiel, je laisse le soin à l’auteur de présenter son nouveau livre dès qu’il passera dans le coin.

Le site de l’éditeur : editions-confidentiel.com/

Le blog de l’auteur : nikolavitch-warzone.blogspot.fr/

J’adore la couv’. Y a un côté Strange Spécial Origines !

HAHAHA ! Les infos circulent vite, dites donc !

Bon, ça sort fin septembre, début octobre, ça fera 174 pages et ça coûtera 18 euros. Si vous voulez le commander chez votre libraire (mais c’est encore un peu tôt), dites-lui que c’est distribué par Dilicom.

Pour info, c’est le même éditeur qui avait publié le Comics et Contre-Culture de l’oncle Jimbo.

et voilà le texte de 4ème de couverture :

Jacob Kurtzberg (1917-1993), dit Jack Kirby est l’un des créateurs les plus importants dans le domaine des comic books américains. Il est à l’origine d’une grande partie des personnages qui alimentent la vague de films consacrés aux super-héros : il a créé, avec Joe Simon, puis Stan Lee, les Avengers, les X-Men, les Quatre Fantastiques, Captain America, Hulk, Ant Man, Thor, le Surfer d’Argent… Et il insuffla à ces personnages une énergie qui lui était propre en faisant éclater le cadre de la bande dessinée américaine, en assumant totalement la part de démesure épique du genre. Géants stellaires, dieux cosmiques et puissances de l’espace sont des motifs récurrents et structurant de son œuvre.
En une vertigineuse échelle de Jacob allant de l’humain trop humain jusqu’au dieux créateurs d’univers, Alex Nikolavitch révèle dans cet essai de mythologie comparée les grandes lignes de forces et les systèmes présents dans l’oeuvre de Kirby. Il démontre que Jack Kirby est le créateur d’un système mythologique cohérent pouvant dialoguer avec les anciennes mythologies, celles de la Mésopotamie, de la Grèce ou de la Scandinavie.

Hop, un petit extrait, histoire de montrer à quoi ça ressemble :

Vivement la sortie, belle couverture en passant.

pour la couve, remercie Ortaire de Coupigny, le graphiste (et accessoirement auteur, chez le même éditeur, d’un ouvrage très bien fait sur* les Monstres Hybrides dans l’Art Médiéval*.

Ah, justement, je me demandais ce que valait ce bouquin, quand j’ai regardé ce que les éditions Confidentiel avaient sorti d’autre (il y a un autre bouquin dont le titre et l’auteur me disent très vaguement quelque chose : Comics & contre-culture, par un certain Jean-Marc Lainé) : leur catalogue est plutôt réduit, et le rapport entre les deux bouquins n’est pas flagrant (je n’ai vu que le listing de dilicom, donc pas de synopsis (mais il y a la couverture, qui m’a intrigué)).

Tori.

C’est un tout jeune éditeur, et tout petit.

Mais qui grandira (je les ai mis en contact avec un spécialiste de James Bond et d’Avengers (les vrais, ceux qui portent un chapeau melon et des bottes en peau de vache morte) pour voir si ça pourrait pas donner des bouquins sympas)

Date de sortie officielle le premier octobre.

À 18€.
Et l’ISBN/EAN est : 9782954271354.

Tori.

voilà, aussi.

Je viens de recevoir mon exemplaire. beau bébé, je suis content.

Reçu aussi. Je vais lire ça au calme (j’en connais des passages, mais bon, pas encore lu en entier).
Je signale également la sortie, chez le même éditeur, des , d’Arnaud de CoupignyOtages scandinaves, à Rome et en Inde, essai de mythologie comparée, petit bouquin un peu aride et à la forme universitaire très palpable, mais assez étourdissant, que j’ai eu le plaisir de relire récemment, et dans lequel on apprend plein de choses.

Jim

Quelqu’un l’a vu en librairie ?

Car il n’est toujours pas disponible sur Amazon.

Le Vil Faquin consacre une critique détaillée au bouquin.

[quote=“Le Vil Faquin”] Qui dit édition, dit ouvrage. Et la première chose qui frappe, quand on regarde le petit catalogue, c’est l’uniformité dans le style graphique, avec ces couvertures blanches, sobres. La première chose à remarquer est la matière tout à fait surprenante qui revêt la couverture, du meilleur effet et qui laisse un toucher agréable. Imprimé en France, le papier choisi remplit plutôt bien son office puisque l’ouvrage, très conséquemment illustré, reste lisible. Les impressions sont en noir et blanc ne bavent pas et les contrastes sont plutôt bien rendus, sans effet de tache, même si la résolution choisie ne permet pas parfois de lire les textes présents.

Quant au choix desdites illustrations, dont je pense qu’il a été laissé à l’auteur, il est à noter qu’elles sont toutes remarquablement pertinentes pour servir le propos de ce court ouvrage. Peut-être devrais-je dire très court ? En effet, sur les quelques 165 pages que comptent l’essai et son annexe, on peut en compter (au moins) un tiers occupées uniquement par les illustrations. Deux choses à dire à propos de cela : tout d’abord le fait que l’ouvrage soit directement tirée d’une conférence explique probablement sa courte longueur textuelle ; ensuite, et ce n’est pas rien, la totalité des illustrations exerce avec le texte un véritable dialogue, de ceux-là qui éclairent le propos et ne font pas que l’illustrer. C’est donc une longueur qu’il faut relativiser.
[/quote]

Jim

[quote=“artemus dada”]Quelqu’un l’a vu en librairie ?

Car il n’est toujours pas disponible sur Amazon.[/quote]

C’est disponible en boutique compadre.

OK, merci.

Je viens de me le prendre chez Pulp’s !

Eschatôn Diakonoï? Voilà un titre intriguant.

En voilà un qui aura au moins lu la page “du même auteur”.

E.D., c’est un roman qui creuse un peu certaines de mes obsessions (Jim parlerait de fixettes) sur l’Apocalypse, les rapports entre foi et raison, les systèmes coercitifs, etc.

Les “serviteurs des fins du monde” du titre sont des soldats au service d’une religion cosmique engagés dans une guerre contre des créatures lovecraftiennes. Le récit commence quand leurs pouvoirs psychiques/mystiques leur font inexplicablement défaut alors qu’ils sont engagés dans une opération sur une planète marécageuse…