LES DOUZE ENFANTS DE PARIS - Tim Willocks (Sonatine)

http://scontent-b-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/v/t1.0-9/10897079_10203412917832838_5102970110324272076_n.jpg?oh=51966bd4c46260b3cd8f0d9fff2e0a64&oe=553FFD2F

[quote]Présentation de l’éditeur:
23 août 1572. De retour d’Afrique du Nord, Mattias Tannhauser, chevalier de Malte, arrive à Paris. Il doit y retrouver sa femme, la comtesse
Carla de La Pénautier, qui, enceinte, est venue assister au mariage de
la sœur du roi avec Henri de Navarre. À son arrivée, Mattias trouve un
Paris en proie au fanatisme, à la violence et à la paranoïa. La
tentative d’assassinat contre l’amiral de Coligny, chef des réformistes,
a exacerbé les tensions entre catholiques et protestants. Introduit au
Louvre par le cardinal de Retz, Mattias se retrouve bientôt au cœur des
intrigues de la Cour et comprend très vite que le sang va couler dans
les rues de Paris. Dans une capitale déchaînée, où toutes les haines se
cristallisent, Carla est impliquée au même moment dans une terrible
conspiration. Plongé dans un océan d’intrigues et de violences, Mattias
n’aura que quelques heures pour tenter de la retrouver et la sauver d’un
funeste destin.
[/quote]

Un chouia moins emballant que " La Religion", la faute à un Mattias encore plus Terminator que lors de ses précédentes aventures.

ouais on s’en rend compte très rapidement mais,après plus 100 pages,ça reste quand même dans le haut du panier

[quote=“barney stinson”]

ouais on s’en rend compte très rapidement mais,après plus 100 pages,ça reste quand même dans le haut du panier[/quote]

Ah ça c’est évident, l’écriture, le souffle épique,etc…ça ne se lit pas, ça se dévore.

au final le seul défaut,pour moi, des Douze enfants de Paris c’est qu’on ne peut que le comparer à La Religion et qu’on avance en terrain connu.
mais à côté de ça c’est le haut du panier. pendant le massacre de la Saint Barthélémy vue du côté du peuple,Mattias Tannhauser traverse Paris pour retrouver sa femme et son enfant à naitre et au milieu du chaos il laisse derrière lui un long sillage de sang.
le souffle épique,la profondeur des personnages,la richesse des dialogues et la magnifique écriture de Tim Willocks sont toujours là.
c’est fort,c’est puissant,c’est à la fois d’une violence incroyable et d’une formidable beauté