LES ENFANTS DE LA RÉSISTANCE t.1-6 (Vincent Dugomier / Benoît Ers)

Discutez de Les enfants de la résistance

enfants-resistance-tome-5-pays-divise

Les Enfants de la Résistance

Tome 5 Le Pays divisé

François, Lisa et Eusèbe poursuivent leur combat. Le réseau Lynx a dorénavant pour mission de protéger un « pianiste », un espion en charge de l’émetteur-récepteur qui permet à la Résistance locale de communiquer avec Londres.

Genre : Historique

Public : 9+

Paru le : 25 janvier 2019

Pagination : 56 pages

Format : 22.2 x 29.5 cm

ISBN : 9782803672813

Prix de vente public : 10.95€ - 17.5CHF

712boXcVEhL

L’Allemagne a décidé de faire venir de force des travailleurs français pour faire tourner ses usines. Le STO est instauré. François, Lisa et Eusèbe décident d’aider les récalcitrants à fuir. Mais les autorités ont aussi créé la Milice française et c’est une menace supplémentaire qui se profile pour tous les résistants…

  • Album : 56 pages
  • Editeur : Le Lombard (24 janvier 2020)
  • Collection : Les Enfants de la Résistance
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2803675579
  • ISBN-13 : 978-2803675579
  • Dimensions du produit : 22,2 x 1 x 29,5 cm

À l’instar de toute une génération d’auteurs bruxellois, Vincent Dugomier suit les cours d’Eddy Paape, à St-Gilles, au milieu des années 80. Il y fait la connaissance d’une bande de dessinateurs à laquelle il reste fidèle depuis plus de vingt ans. C’est également là qu’il développe son goût pour la bande dessinée jeunesse, goût qu’il a le loisir d’exercer dans les animations de « Spirou », qu’il écrit pour ses amis Ers, Mauricet, Gazzoti, Wurm ou Cornette. Il y lance également sa première série, « La Vie secrète des poubelles», avec Malik. Très à l’aise dans les univers qui ont bercé son enfance, il se fait ensuite remarquer en produisant nombre de gags du « Marsupilami » et en collaborant à l’écriture de « Benoît Brisefer ». Dugomier est doué pour ajouter une petite touche de surnaturel au monde de l’enfance - en attestent « Muriel et Boulon » au Lombard, ou, plus tard, « Les Démons d’Alexia », tous deux écrits pour son ami Benoît Ers. Il n’oublie pas pour autant son sens de l’humour avec la série « Les Campeurs » qu’il publie chez Bamboo, entre 2006 et 2010. Et avec la collection de prestige dédiée à Franquin chez Marsu Productions, qu’il dirige depuis 2005, il se découvre une nouvelle passion pour le travail d’archives rares. Un auteur éclectique ! Après avoir écrit l’excellent thriller pour adolescents « Hell School », Vincent Dugomier revient avec une série historique pour jeune public, « Les Enfants de la Résistance ». Depuis peu, il nous parle de son amour des vieilles mécaniques avec « Garage de Paris », « La Naissance de la 4CV » ou encore avec une bio de Jacky Ickx. Des récits nostalgiques mais historiquement rigoureux.

Déjà tout petit, Benoît Ers dessinait dans ses cahiers d’écolier. A 17 ans, il remporte le concours scolaire de BD à Angoulême. Après sa formation à l’école des Beaux Arts d’Epinal, il reçoit une proposition de Marsu Productions, chez qui il travaille pendant six mois, ce qui lui permet de s’installer à Liège comme illustrateur indépendant, et de commencer à dessiner pour le magazine « Spirou ». Un début de carrière plutôt facile et prometteur pour ce jeune auteur, qui rencontre très vite son complice avec qui il va collaborer pendant des années, Vincent Dugomier. A deux, ils créent « Muriel et Boulon » au Lombard, série humoristique, puis s’engagent sur la piste des « Démons d’Alexia », et laissent libre cours à leur envie d’explorer un univers plus menaçant, dominé par les forces du mal. Une belle collaboration, qui fait dire à Benoît Ers : « j’ai fait le scénariste qu’il est, et il a fait le dessinateur que je suis ». Ils ont travaillé ensuite sur « Hell School » où l’on découvre un univers fait de mystère et de suspense, dans une robinsonnade inquiétante, répondant admirablement bien aux normes du genre. « Les Enfants de la Résistance » présage à nouveau d’une belle collaboration!

https://www.ligneclaire.info/desobeir-95520.html

J’ai lu le tome 1 et j’ai trouvé ça très bon. Le sujet est fort (les débuts de la Résistance vus par les yeux de trois enfants), la reconstitution est soignée, c’est bien documenté et très joliment dessiné. Ces trois gamins se révèlent vite attachants et ce dès les deux premières pages où ils expriment à leur manière leur refus de l’occupation, contrairement à beaucoup d’adultes. C’est un geste simple, mais comme le petit François le dit, il faut bien commencer par quelque chose. Et le déroulement du récit, bien tendu dans sa dernière partie, ne manquera pas de faire changer les mentalités…