LES FABULEUX VAPEURS DÉTECTIVES t.1-5 (Kia Asamiya)

Discutez de Les Fabuleux Vapeurs Détectives

Je ne suis pas super grand fan de Kia Asamiya : les grands nez de ses personnages, un découpage parfois un peu confus (surtout quand il s’agit de l’apparition d’un intervenant nouveau…), et à bien y réfléchir, j’aime encore moins sa production « réaliste ».

image

Et c’est peut-être pour ça que j’aime bien ses Vapeur Détectives. Son approche est plus semi-réaliste, moins sérieuse, plus ludique, en somme. On suit les aventures du jeune détective Narutaki, dont la renommée est grandissante, et qui officie à Vapeurville, une métropole qui emprunte beaucoup au Londres de Sherlock Holmes et à la Gotham de Batman. Dans le premier recueil, qui comprend quatre histoire, il fait la rencontre de Clochette, une infirmière qui s’est alliée à un criminel afin de vaincre Narutaki, dans l’espoir secret que le bandit ramène à la vie son père, dont le cerveau est placé dans un robot géant. Trahissant son allié de circonstance, Clochette deviendra la complice de l’enquêteur pour les affaires suivantes.

image

Y a plein de choses que j’aime dans la série. En premier lieu, le fait que l’auteur ne se prenne pas au sérieux et nous propose un divertissement rapide, certes rempli de clichés et de passages obligés, mais tellement bourré de clins d’œil que ça en devient réjouissant. C’est prévisible, mais hautement divertissant. Ensuite, il y a le fait que les personnages ait des noms français (ou au moins francisés : je ne sais pas si l’allusion est présente dans le texte japonais) : le professeur Périmètre, le commissaire Huidieux… Dans le même esprit de clins d’œil et de références, les deux héros affrontent des savants fous, des génies du mal, des voleurs.

En filigrane, Asamiya fait sa série de super-héros à lui, son Batman adapté. D’ailleurs, l’un des ennemis, le Fantôme de la Nuit, est clairement une version négative de Batman. Narutaki a un valet appelé Alfred (là aussi, je ne sais pas si ça vient de la version japonaise, je l’imagine…), il est orphelin, et semble-t-il dispose de moyens. Là-dessus, le bédéaste fait des citations visuelles (un immeuble chipé à Anton Furst, un dirigeable en flamme recopié de l’Hindenburg, un ennemi piqué à Mignola…), tout cela fleurant bon la pochade, le plaisir de création…

Jim

C’est vrai que Kia Asamiya a beaucoup de défauts… Mais, ces Fabuleux Vapeurs détectives sortent vraiment du lot (d’ailleurs, frustré de ne pas en avoir la fin, j’ai acheté les volumes japonais… Il faudrait que je les relise, tiens.) !

Il faudrait que je vérifie, mais ça provient probablement de l’adaptation : Clochette s’appelle Ling Ling, par exemple (qui est l’onomatopée du tintement)… Et Huidieux me semble une transcription de Yagami, un nom de famille japonais qui s’écrit avec les caractères « 8 » et « dieu ».

Ce titre est un divertissement simple et sans prétention, mais qui atteint son but.

Tori.

Oui, c’est marrant comme tout, le mélange d’aventure et de drame fonctionne très bien, et l’auteur parvient régulièrement à renouveler son fond d’intrigue.

image

Dans le troisième tome, outre la référence à Stephen King, il y a un épisode très drôle où le Méca-Baron tente de voler le robot Goldrak pour sa collection personnelle. Mais il n’arrive qu’à en récupérer une vis. Complètement décalé et mené tambour battant.

image

Ce qui n’empêche pas l’auteur de creuser un peu ses personnages et leur passé : le souvenir du père de Narutaki, l’identité de la sœur de Clochette… Ça rajoute du drame, de l’émotion, c’est très sympa.

J’avais un bon souvenir de la série, mais m’y replonger est un plaisir. Plus qu’un tome.

Jim

Ah, oui, je me rappelle ce passage… Il faudrait que je regarde quelle était la référence en VO.

Tori.

J’imagine déjà l’extrait de ce message de Jim à la sauce Jodo.

ca-Baron !

~___^

Tori.

le Méta-Baron tente de violer le robot Tonto pour sa satisfaction personnelle. Mais il n’arrive qu’à récurer une vis.

J’aime beaucoup aussi mais des histoires de détective dans une ambiance steampunk y avait de grandes chances xD.

C’est le côté « je fais mon petit comic de super-héros à moi pour me marrer avec mes lecteurs » qui me séduit bien, personnellement.

Jim