LES MENSONGES - Karen Perry (Le Cherche Midi)

http://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpa1/v/t1.0-9/10407514_10203212437100945_91282045821697648_n.jpg?oh=1287e8f8125395c919f41c2c5b356670&oe=5513FD8D&gda=1427182645_9eb89bab81c682452c9482cb6ab886e6

[quote]présentation de l’éditeur:
Harry est peintre. Il vit un bonheur parfait à Tanger avec sa femme Robin, architecte, jusqu’au jour où un drame vient briser leur existence : leur fils Dillon, trois ans, disparaît dans un tremblement de terre. Son corps ne sera jamais retrouvé. Après des mois de doute et de recherches infructueuses, le couple décide de quitter le Maroc et de revenir vivre en Irlande. Cinq ans plus tard, Robin est de nouveau enceinte. Si Harry continue en secret à dessiner inlassablement des milliers de portraits de Dillon, essayant de s’imaginer comment son fils aurait vieilli, le couple semble néanmoins disposé à tirer un trait sur le passé. Mais celui-ci resurgit avec fracas le jour où Harry croit apercevoir Dillon tenant la main d’une manifestation. Dillon est-il bel et bien vivant ? Si oui, que s’est-il vraiment passé à Tanger ? La façade du couple commence alors à se
fissurer. Devant leurs secrets et mensonges, tout ce que l’un croit
savoir de l’autre est bientôt remis en question. Les voix de Robin et de
Harry alternent pour nous donner leurs versions des faits.
[/quote]

des qualités dans la forme et dans le fond mais j’ai trouvé que c’était des mensonges attendus et prévisibles. c’est un couple ordinaire et il n’y a pas 36 possibilités et,du coup,de ce côté c’est assez classique pour moi et je n’ai pas ressenti plus de tension que ça
mais pour autant c’était plutôt agréable à lire avec cette alternance de point de vue avec un des personnages qui perd pied et l’autre qui s’accroche pour continuer à vivre.
par contre ça se gâte vraiment sur la fin qui m’a laissé complètement de marbre parce que vraiment trop

ATTENTION POSSIBLE SPOILER!!!

j’aurais préféré une fin dans laquelle Harry perd pied totalement parce que complètement submergé par ses névroses et ses obsessions à la manière de Clarence Cooper dans Adieu Demain. là d’une certaine manière cette fausse fin heureuse annule tous les excès et mensonges de l’un et de l’autre

Je trouve le démarrage très mou, j’ai du mal à accrocher…