LES PATIENTS D’ARKHAM (Dan Slott / Ryan Sook)

[quote]LES PATIENTS D’ARKHAM
*Scénario: Slott Dan – Dessin: Sook Ryan
Public: Ado-adulte – à partir de 12 ans
Genre: Super-héros
Collection: DC Nemesis
Date de sortie: 11 juillet 2014
Pagination: 160 pages
ISBN: 9782365774017
Prix: 15.00 €

Après avoir plaidé la folie pour échapper aux accusations d’escroquerie financière, Warren White, surnommé « le Requin Blanc », est condamné à purger sa peine entre les murs capitonnés de l’Asile d’Arkham. Alors qu’il fait ses premiers pas dans les couloirs de l’institut, White commence à comprendre la signification du sourire de ce juge malicieux qui accepta trop facilement son alibi de troubles mentaux. Que faire lorsque vos compagnons de cellule se nomment Killer Croc, Poison Ivy ou Humpty Dumpty ?
Contenu : Arkham Asylum: Living Hell #1-6*[/quote]

Liens:
Le site de l’éditeur : www.urban-comics.com
La page facebook de l’éditeur : www.facebook.com/UrbanComics

Très bon, très fin. Slott gère bien sa galerie de personnages, avec un dessin très beau. Dommage qu’il n’y ait pas eu plus.

Pareil j’avais beaucoup aimé cette mini

Le traducteur va avoir du fil à retordre avec Humpty Dumpty.

C’est pas lui le plus dur, bizarrement.

Jim

Jason Blood/Etrigan ? Je me souviens qu’à ma première lecture, j’étais surtout gêné par le monologue de Humpty.

[quote=“Jack!”]

Jason Blood/Etrigan ? Je me souviens qu’à ma première lecture, j’étais surtout gêné par le monologue de Humpty.[/quote]

Le monologue, c’est un peu une comptine pour enfant, ou une chanson un peu branlante, si on rime trop bien, ça perd de son charme, parce que ce qui est intéressant, c’est que, comme tout ce qu’il fait, c’est boiteux. Donc ça demande du temps, mais ça se fait.
Etrigan, c’est un plaisir : de l’octosyllabe, ce genre de choses, parfois c’est pas simple, mais en général, ça vient tout seul. Le truc, c’est que quand il cause comme ça sur cinq six pages, faut de l’endurance. Quand tu fais un bout d’Etrigan, tu vas prendre un café et marcher un peu pour reprendre ton souffle.

Non, le plus dur, en fait, c’est les polysémie, les champs sémantiques, tout ça. Slott utilise des mots qui sont comme des motifs, et qui reviennent au fil de l’épisode… ou parfois d’un épisode à un autre. Et parfois, faut rebidouiller l’expression pour que ça colle, pour avoir ce jeu d’écho d’une scène à une autre. Faut travailler sur des champs sémantiques, décaler des métaphores.
Avec l’éditeur, on a même discuté de point de détail, ou ils n’avaient pas la même interprétation que moi sur telle réplique laconique.
Et je compte même pas les jeux de mots (y a même un jeu de mot qui était dans le script de Slott, qui a été “corrigé” pour l’édition fascicule (le lettreur ou l’editor ayant cru à une coquille, par exemple), et qui a été rétabli dans l’édition TPB (y compris dans l’édition récente, avec le cahier graphique bonus).
Mais des trucs sur les champs lexicaux, j’en ai eu aussi sur les épisodes de Doug Moench pour Les Proies de Hugo Strange. Surtout sur le premier arc. C’est toujours casse-gueule, parce que les champs lexicaux, ça mobilise des métaphores, des figures de style, qui ne sont pas toujours traductibles directement, et donc ce qu’on perd ici, faut le remettre là, tout ça…
Le truc de Slott, c’est un vrai travail littéraire, au sens “roman” du terme. Le Deadshot d’Ostrander, c’est différent, c’est du dialogue, la difficulté est de trouver les voix des personnages, de restituer les non-dits, les ellipses, le ton laconique ou bavard, ce genre de trucs… Mais chez Slott (et un peu chez Moench), il s’agit davantage d’une approche littéraire, trouver le “niveau de langue”, dénicher les figures, tout ça… Les Patients d’Arkham, c’est sans doute le truc le plus éprouvant de l’année…

Jim

Pfff j’en ai marre que vous vendiez bien votre produit, j’ai envie de l’acheter maintenant…


C’est pô juste ><… dixit mon porte monnaie…

Et puis bon … Sook quoi ! Et inédit de surcroit !

Ah! Quand je disais à Blacki que chaque intervention de Jim Lainé pouvait faire un bon p’tit article.

Résultat, il faut que je le récupère dans une de mes bibliothèques pour vérifier un peu ça. Les chants sémantiques, tu fais référence à un passage précis ? Celui avec les morts (c’est floue), peut-être ?
Mais je dois avouer que la seule chose qui m’a pausé problème à l’époque, c’était Humpty. Très difficile à décrypter, et même en relecture, très très difficile de comprendre un propos cohérent.

Pas d’exemple en tête, non, mais des trucs par exemple sur le thème du visage, de la peau. Des petits trucs qui font que tu finis ton épisode, et tu reviens pour changer un mot, une expression, parce que c’est mieux, ça couvre mieux la polysémie, tout ça. Puis tu finis la mini-série et tu reviens dans certains épisodes pour changer un truc, parce que le mot que tu avais choisi, s’il était pas mal, pourrait être remplacé par un autre. Je sais pas trop, là comme ça au débotté, mais je sais que le personnage de Warren White m’a posé des problèmes.
Mais tiens, rien que la polysémie sur les poissons (j’en parle parce que Moench utilise la même). Le grand requin blanc, le menu fretin, le terme “fish”… Avec ça, Slott crée des jeux d’écho d’un mot à l’autre, des associations d’idées en gros. Hé bien faut trouver d’autres associations d’idées (je suis parfois passé sur le lexique de la boucherie, ou sur le lexique de “manger”).
Vraiment, c’est des trucs de rien du tout, des trucs qui ne se voient pas, mais parfois, ça m’a bien bloqué.

Quant à Humpty, son langage n’est pas compliqué en soi, mais ses enchaînements logiques ne s’emboîtent pas. Comme ce qu’il remonte ou ce qu’il répare. C’est pour ça que quand il fait des rimes, ça marche pas toujours. Et donc, qu’il faut pas le faire rimer de manière nickel en VF. Contrairement à Etrigan qui doit avoir des rimes plus… parnassiens, on va dire.

Enfin bon, tu me diras quand tu l’auras lu en VF.
:wink:

Jim

C’est inédit?

c’est “champs sémantiques”, pas chants.

ouaip :smiley: :smiley: :smiley:

ouep.

[quote=“Jim Lainé”]Enfin bon, tu me diras quand tu l’auras lu en VF.
:wink:

Jim[/quote]

Je ne prévoyais pas de l’acheter, mais je suis tenté. Je trouverais bien un moyen de l’offrir à quelqu’un. Je refourgue par carton, en ce moment.

[quote=“Jack!”]
Je ne prévoyais pas de l’acheter, mais je suis tenté. Je trouverais bien un moyen de l’offrir à quelqu’un. Je refourgue par carton, en ce moment.[/quote]

Y a des périodes comme ça.
Et en plus, j’aime offrir des livres.

Jim

Bon ben ça doit être la saison , j’en ai donné une dizaine ce week end à un pote

Nous sommes tous guidés par l’amour de notre prochain.

Jim

Ça, renouveller le lectorat ( et du coup avoir plus de choix dans nos contrées ) et gagner de la place dans mes étagères