LES TRADUCTEURS (Régis Roinsard)

Isolés dans une luxueuse demeure sans aucun contact possible avec l’extérieur, neuf traducteurs sont rassemblés pour traduire le dernier tome d’un des plus grands succès de la littérature mondiale. Mais lorsque les dix premières pages du roman sont publiées sur internet et qu’un pirate menace de dévoiler la suite si on ne lui verse pas une rançon colossale, une question devient obsédante : d’où vient la fuite ?

Voila une excellente surprise. Déjà le film met en avant et de belle manière une profession indispensable mais sous-estimée (que ce soit par le public que par les professionnels ce qui est bien rappelé ici à un point que cela en devient un des moteurs de l’intrigue). Ensuite le film a l’ingéniosité de savamment calculé ses effets et offre une belle conclusion (par ailleurs j’ai beaucoup aimé la façon de retomber sur ses pattes quand à une certaine justification du piratage qui me gênait sur les entournures).

Le film n’est pas parfait, tous les comédiens et personnages ne sont pas au diapason et il manque d’une réalisation plus audacieux pour élever le tout. En l’état ça reste quand même un chouette film qui pose un postulat intriguant et qui sait en sortir au moment nécessaire pour bien rythmer le récit

Quand même ça ressemble beaucoup au roman de Pablo de Santis, la traduction, ce qui ne m’empêchera de regarder le film en dvd dans quelque mois .

Je connais pas et à lire le résumé je vois pas trop le rapport.

Ça me fait penser aussi à l’article de Canard PC sur les traducteurs de jeux vidéos
https://www.canardpc.com/402/les-armees-de-lombre ( en VO payant )
https://www.canardpc.com/402/armies-shadows ( en VE gratuit )

Moi ça m’a fait penser à Jim, Jérôme Wikcy et Sieur Nikolavitch

(et Jérémy Manesse, Edmond, mon pote Alain et Mme Geneviève)

(je tiens un casting d’enfer pour la suite)

Ça me fait penser que les flics sont habitués depuis longtemps à ce que la représentation de leur profession à l’écran se compose de courses poursuites en bagnoles et d’échanges de coups de feu, mette en scène des criminels ingénieux et/ou retors…
Ils doivent être si déçus de ne pas voir la juste retranscription de leur quotidien quand ils entrent dans une salle de cinoche. :slight_smile:

Dans le roman plusieurs traducteurs de langues différentes sont réunis dans un hôtel pour tenter de traduire un texte énigmatique et les morts s’enchaînent. J’avoue que la comparaison ne se tient que sur l’accroche et que l’envie de voir le film ne repose que sur ça ^^’. Après je ne me fais pas d’illusion sur la chance de voir l’ombre de Borges apparaître sur un film français récent comme elle apparaît chez De Santis.

Vu c’est un whodunit sympa qui se laisse regarder et est fondé sur la traduction faîtes pour Inferno ou les traducteurs avait été enfermé dans un bunker pour éviter les fuites.