L'HYPOTHÈSE DU LÉZARD - Alan Moore / Cindy Canévet (ActuSf)

L’éditeur chambérien ActuSf se propose de commercialiser la novella L’Hypothèse du lézard d’Alan Moore, précédemment publiée par les éditions Les Moutons Électriques dans l’ouvrage homonyme, mais cette fois-ci illustrée par Cindy Canévet. Il s’agit d’ailleurs du lancement d’une collection de textes illustrés.
6f0364dcc7e406690c411f1cd5661894
Cette nouvelle éditions est subordonnée à un financement dit participatif [Pour en savoir +].

Dans un même élan, et tout aussi susceptible d’intéresser les mêmes lecteurs, ActuSf propose un “Guide Moore”. Ouvrage écrit par Laurent Queyssy et Nicolas Trespallé.
f6c7ac50c39803691fe3cb75b28094e0
Peu de renseignements sur ce qui est du contenu, ainsi il n’y a pas d’illustrations qui permettraient de se rendre compte du travail de Cindy Canévet. Hormis la précision qu’elle a dessiné les deux couvertures de la biographie de Lovecraft de ST Joshi, que l’éditeur a commercialisée par les mêmes voies de financement.
Un bien mince échantillon de son talent.

Idem pour le guide dont la pagination, pas plus que le sommaire ne sont connus.

J’ai demandé des précisions, mais si vous voulez vous rendre compte du projet, qui compte d’ailleurs d’autres ouvrages que ces deux-ci, vous pouvez aller voir par vous-mêmes [Pour en savoir +].

Merci Artie !

Le prix n’est pas très excessif pour le guide. Il ne doit pas y avoir beaucoup de pages.

Oui, c’est sûrement sur le modèle du Guide Howard de Patrice Louinet.

Je ne connais pas (mais pour le coup, ça m’intéresse). Faudra que je regarde, à l’occasion.

Un échantillon du travail de Cindy Canévet est visible sur la page du financement participatif du projet [Pour en savoir +].

En outre, javais posé la question de la traduction, voici la réponse :

Pour répondre à vos interrogations, la traduction est celle de Patrick Marcel, qui, pour l’occasion, sera révisée par lui-même.
Les illustrations arriveront au fur et à mesure de la campagne, de même que pour les informations sur le guide Moore. Nous avons hâte de partager tout ceci avec vous !

Les éditions ActuSF

Merci Artie.
Pour le moment, ça ne me parle pas trop, je préférerais avoir de l’intérieur.
Et pour les informations sur le guide Moore, c’est épatant de ne pas en savoir plus.

Oui, je suis à la fois étonné du peu d’information, s’agissant d’un financement participatif pour lequel j’aurais cru qu’il fallait motiver les acheteurs en leur promettant monts et merveilles ; et ceci expliquant sûrement cela, un réel engouement pour la campagne malgré ce manque d’infos.

L_Hypoth%C3%A8se_du_l%C3%A9zard_Moore Cindy_Can%C3%A9vet_Moore

À seulement 6% du financement nécessaire, la page Ulule nous renseigne un peu plus sur le projet concernant L’Hypothèse du lézard !

Le projet est financé ; pour ma part j’attendrai de voir l’ouvrage en librairie. Je n’ai pas été convaincu par le travail de Cindy Canévet. D’autant que j’ai déjà la novella en question.

Idem pour le guide, avec la nombreuse “documentation” que j’ai sur Moore, je ne crois pas que cet opuscule apportera quelque chose de nouveau.

Voilà, je crois qu’on est raccord !

L’hypothèse du lézard : l’interview de Cindy Canévet

Comment se construit le travail d’un illustrateur ? Comment s’approprier l’univers d’Alan Moore ? Cindy Canévet répond à nos questions concernant son travail d’illustratrice sur L’Hypothèse du lézard .

D’abord, quel regard portes-tu sur cette histoire d’Alan Moore ?

J’ai vraiment apprécié l’approche qu’Alan Moore a de cette intrigue psychologique, à travers un contexte médiéval, fantasy. Amenée de manière très belle en terme d’écriture, très « visuelle », l’histoire nous transporte dans une intrigue presque à huis clos, intime, en soulevant un problème de fond qui reste, finalement, actuel. Sa construction est forte, tout en laissant une variété d’interprétations possibles au lecteur.

Quel a été ton angle d’attaque en préparant tes illustrations ?

J’ai été interpelée par toutes ces références visuelles, ces touches symboliques qui ponctuent le récit. J’ai alors choisi de faire paraître dans mon travail ce que j’avais ressenti, en mêlant les illustrations de scènes aux compositions plus graphiques, symboliques. Si mes croquis préparatoires sont numériques, la réalisation des illustrations officielles sera en partie traditionnelle ; adepte de l’encrage, je trouvais que c’était une technique qui s’associait bien à certaines ambiances du texte, de par ses fausses imperfections. Le personnage principal ne perçoit pas le monde qui l’entoure comme nous, jouer de ces types de compositions et de cette technique me paraissait alors particulièrement intéressant.

La couverture fait vraiment envie. Comment l’as-tu composée ?

Ici aussi, la question de la symbolique a été primordiale. Le demi-masque de porcelaine, central dans l’histoire, se devait de l’être également sur la couverture. Se sont ajoutés à lui le fameux lézard, la fiole en forme de crâne, le tissu rouge, les fleurs bleues ; tous des éléments marquants à certains moments du récit. Cependant, on reste bien dans la symbolique, et la composition est plus graphique que réaliste. Leur présence annonce l’ambiance, sans pour autant en dévoiler trop sur l’intrigue. Le choix des couleurs aussi s’est fondé sur des éléments du récit, l’esthétique construite autour des personnages. Le côté médiéval, légèrement oriental du contexte (l’univers de Liavek) impacte également certains détails (la tenue, la typographie).

Tu illustres et tu fais la maquette de l’intérieur du livre. Comment as-tu travaillé sur tes illustrations en rapport avec le texte ?

La fusion des illustrations et du texte était très intéressante à aborder. Cet univers graphique s’y prêtait bien, et avoir la main sur la maquette était l’occasion de renforcer la symbolique des compositions, d’autant plus que le nombre d’illustrations était limité en proportion du texte. Par exemple, à défaut de pouvoir illustrer la cour ronde et noire, jouer sur des codes de formes, soit par zones de fond en couleur, soit par la zone du texte même, permettait de donner malgré tout une dimension visuelle forte à une double page. Cela m’a permis de travailler à différents niveaux, quatre au total (trois pour les illustrations, un pour le graphisme), pour rendre l’ensemble aussi original et atypique que le fond du récit qu’il représente.

Comment as-tu choisi les passages à illustrer ?

À la lecture de la nouvelle, certains passages se sont matérialisés plutôt facilement dans mon esprit. Mais avant tout, il a fallu découper le texte pour le répartir de manière homogène dans la maquette, à savoir que la nouvelle est ici présentée sous quatre chapitres. Certains d’entre eux étant un peu moins « visuels », il y a eu un travail d’équilibrage, en tenant compte des illustrations « titres » en double-page, ainsi que des quatre illustrations couleur, placées de manière précise par rapport aux contraintes d’impression. J’ai alors noté les images que la lecture m’avait inspirées, puis ajusté et ajouté les visuels suivants en fonction des extraits, désormais fixés dans la répartition des pages. Pour certaines illustrations, ce sont plusieurs passages les entourant qui les nourrissent, elles les concluent ou les préviennent. Celles en couleur, notamment, sont des résumés des évènements principaux de chacun des chapitres. Parfois, il peut s’agir de portraits plutôt simples mais aux expressions ou attitudes significatives, ou alors d’ensembles oniriques à la limite de l’abstrait.

Le sommaire du Guide Moore !

Chers contributeurs, chers contributrices,

Comme vous avez pu le noter, pour accompagner les ouvrages de notre collection Graphic, nous vous proposons des contreparties qui s’éloignent de la ligne visuelle - pour qu’il y en ait pour tous les goûts, et toutes les curiosités !
C’est ainsi que nous avons mis comme contrepartie le Guide Moore, de Laurent Queyssi et Nicolas Trespallé. Les auteurs se sont penché sur le grand artiste pour vous proposer en avant première le sommaire !
Plan du Guide Alan Moore

1 – Introduction

2 – Biographie

3 – 20 œuvres à lire

Dr & Quinch

Halo Jones

V pour Vendetta

Miracleman

Bojeffries saga

Swamp Thing

Watchmen

From Hell

Supreme

1963

Small Killing

Voix du feu

Ligue des gentlemen extraordinaires

Lost Girls

Promethea

Tom Strong

Top Ten

Tomorrow stories

Providence

Jerusalem

4 – 6 œuvres de plus

Superman

Killing Joke

Lézard hypothétique

Brought to light

The Mirror of love

Crossed + 100

5 – De quoi Moore est-il le nom ?

Influences

Intertextualité

Les héros

La magie

Moore dessinateur

L’underground

Amis et ennemis (Moore vs DC, Moore vs Morrison)

Les deux Moore (Steve)

Le reclus de Northampton

L’arrêt de la BD

6 – Oeuvres inachevées

Big Numbers

Livre de magie

Twilight of the superheroes

7 – Adaptations

Cinéma

From Hell

La Ligue des Gentlement extraordinaires

Constantine

V pour Vendetta

Watchmen

Ah bah mince, j’aurais peut être participé pour le Moore, finalement.
ça va sortir en librairie, de toute façon ?

Si j’en crois les précédents projets d’ActuSf en matière de financement participatif, oui.

Merci Artie.