LITTLE EGO (Vittorio Giardino)

La critique par damss est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Décidément, le Little Nemo de Windsor McCay aura inspiré beaucoup de monde (on a déjà évoqué le Nic de Hermann). Et Vittorio Giardino se prête au jeu avec Little Ego.

Couv_3991

Quand elle s’endort, la jolie Ego part dans la contrée des rêves où se matérialise tous ses fantasmes coquins. Rapport à l’autre, à l’animalité, à soi-même, les différentes séquences profitent de la très pure ligne claire de l’auteur pour explorer des décors surréalistes toujours prétextes à dénudement.

C’est très joli, très gratuit également, très oubliable aussi. L’album sort chez Glénat en 1989 et connaîtra trois éditions dont la dernière en date, en 2011, paraît sous le label « Drugstore ».

Jim

Dommage que les découpages soient moins inspirés que chez McCay.
Sinon la récupération des dessins, teintes et ambiances de Little Nemo est très bien faite.

Les hommages sont nombreux, mais bien souvent largement inférieurs à la source.

Jim

La bd qui m’a fait découvrir Little Nemo…