LONG JOHN SILVER t.1-4 (Xavier Dorison / Mathieu Lauffray)

N’est-ce pas.

Et tu noteras, dès cette étape, l’usage du « modeling paste », une sorte de gel acrylique transparent, qui sèche et conserve ses reliefs. Cela permet d’ajouter une texture à la couleur qu’on étale par-dessus (et ça ne ruine pas l’accroche du pigment sur le papier). C’est une technique que Mathieu a empruntée aux affiches de Drew Struzan. Et que tu retrouves aussi parfois sur certaines couvertures de Vatine, notamment celle qu’il a réalisée pour 500 fusils :

Jim

Nom de Zeus !
(mais ça parle pas de ça dans les livres de Monsieur Lainé ?)

Je sais pas, je sais plus, je suis perdu…

Plus sérieusement, c’est quand même très pointu, le « modeling paste ».
C’est comme le « drawing gum », une sorte de gomme liquide que tu peux étaler sur la planche selon les formes que tu veux. C’est transparent, ça sèche, tu dessines par-dessus… et ensuite tu gommes : le « drawing gum » se décolle du papier, laissant des zones blanches à la place. J’ai vu Mathieu utiliser cette technique afin de représenter des toiles d’araignées en premier plan, il avait dessiné tout l’arrière-plan puis gommé, et la toile d’araignée apparaît blanche, « devant » le décor.

Bon, à part ça, je viens de regarder le compte twitter de Dargaud et de remarquer des photos d’une rencontre « super-libraires » où Mathieu vient présenter son nouveau projet, Raven. Et j’ai bien l’impression qu’il s’agit encore d’une histoire de pirates…

(Et purée, il est chouette, le fil « super-libraires » : On y voit des morceaux de Blanc autour, par Lupano et Fert, de L’Homme qui tua Chris Kyle de Nury et Brüno, de Yojimbot de Sylvain Repos, tout ça en 2020…)

Jim

Punaise, il pleut tellement que même Albator est sur l’eau !

Usagit ?

Ils disent :

une série post-apocalyptique dans un Japon quasi désert… avec des robots samouraïs : des influences manga, comics, BD !

Jim

Il manque les fumetti ?
(entre toi et moi, cette description est un peu con pour de la BD d’aujourd’hui)

Comment tu parles de Dargaud, toi !!!

Jim

Disons que je mets la personne qui a écrit cette description dans le même paquet.
Et tant pis si c’est l’auteur, le dessinateur ou quelqu’un qui traîne ici.

(en gros, il nous explique que c’est la bande dessinée. Incroyable révélation)

C’est extrait du compte twitter de Dargaud.
:wink:

Jim

mouais, bon, un twittos … (encore la faute du stagiaire)

Edit : tu vas sur Twitter ???

Seulement quand je cherche des informations (genre : tiens, Lauffray fait une nouvelle série !!!)

Jim

La fin du monde s’approche …

Tous les collapsologues le disent.

Jim

Ou, plus simplement, le mélange d’un yōjinbō et d’un (ro)bot

Tori.

Ah oui, c’est simple … c’est quoi ?

Ben… Tu ne lis pas Usagi Yojimbo ? Tu devrais le savoir, donc ! ~___^

C’est un garde du corps.

Tori.

En fait, je ne me suis jamais posé la question de ce que voulait dire Yojimbo. Et si c’est précisé dans la BD, ça m’a totalement échappé, puisque je croyais que c’était son nom.

Son nom, c’est Usagi Miyamoto… Inspiré de Musashi Miyamoto.

Tori.

Donc, comme nous le disions en août dernier, la collection Barbe-Rouge a connu une prolongation, avec l’édition, dans ce format pour kiosque, de L’Épervier, de Barracuda et, enfin, de Long John Silver. Ça y est, le premier tome de cette saga en quatre parties est arrivé en kiosque :

Jim