LONTANO / CONGO REQUIEM - Jean-Christophe Grangé (Albin Michel)

http://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/12006280_10205112343717423_1998760844319164106_n.jpg?oh=23d7a9dd01ff9b6278902bc5393770c3&oe=56AA4D3F

[quote]présentation de l’éditeur:
Éminence grise du pouvoir, Grégoire Morvan a connu ses heures de gloire en Afrique dans les années 80, en arrêtant au Zaïre « l’Homme clou », tueur en série au rituel atroce, inspiré des plus violents fétiches africains.
Quarante ans plus tard, en France, les cadavres mutilés, criblés de ferraille et de tessons s’accumulent : la marque de « l’Homme clou », totem de la folie meurtrière née au plus profond de l’Afrique.
Le passé trouble de son père – fantôme menaçant de sales affaires enterrées – rattrape alors Erwan Morvan, le meilleur flic de la crim’.
[/quote]

[quote=“barney stinson”]http://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/12006280_10205112343717423_1998760844319164106_n.jpg?oh=23d7a9dd01ff9b6278902bc5393770c3&oe=56AA4D3F

[/quote]

Un parent à Jean-David?
[size=50]Ou un parent à moi?[/size]

Un bon cru pour ce Grangé. L’histoire démarre doucettement,le temps de faire connaissance avec toute la famille Morvan,le récit se divisant en 4 avec plus ou moins autant d’importance accordé à chaque membre, et ensuite coup d’accélérateur jusqu’à la fin.
Évidemment beaucoup de sang,de tortures mais aussi d’action et de rebondissements…
et cette fois pas de fin plus faible que le reste puisque l’histoire se conclura dans un 2nd tome

Présentation de l’éditeur
On ne choisit pas sa famille mais le diable a choisi son clan.

Alors que Grégoire et Erwan traquent la vérité,jusqu’à Lontano, au coeur des ténèbres africaines, Loïc et Gaëlle affrontent un nouveau tueur à Florence et à Paris.

Sans le savoir, ils ont tous rendez-vous avec le même ennemi.L’ Homme-Clou.

Chez les Morvan, tous les chemins mènent en enfer.

Fallait-il vraiment un diptyque et 4 fils narratifs?
autant Lontano et le dernier quart de Congo Requiem rentre dans la catégorie des page-turner autant entre les 2 il y a 600 pages d’une longueur incroyable où l’on s’ennuie ferme. C’est lent,c’est lourd,c’est laborieux.
Heureusement Grangé retrouve le fil et surtout le rythme de Lontano sur la fin