LOS ANGELES (Michel Vandam / Colin Wilson)

Discutez de Los Angeles

Trouvé à très vil prix dans un bac à solde parisien (en fouillant, on peut trouver des albums à un euro en parfait état : c’est parfois chouette, la capitale), ce Los Angeles m’a séduit à cause du dessin de Colin Wilson, que j’apprécie toujours autant, malgré plein de répétitions.

Wilson_Losangeles_cover1

Nous sommes dans un Los Angeles futuriste, cyberpunk et ravagé par une catastrophe naturelle (située en 2014 : l’album date de 1999) et par les conflits qui ont suivi. On suit un ancien militaire (de la guerre contre Mexico, ce qui nous amène à comprendre que désormais, les états sont des grandes villes, ou l’inverse) reconverti en pilote d’hélicoptère, qui vit grâce à un contrat par lequel il sert de taxi à deux savants. Ces derniers travaillent dans les domaines des neuro-sciences et de la chimie, et on comprend qu’ils préparent des nouvelles drogues. En filigrane, on nous laisse entendre qu’en fait, la “Company”, qui semble tout régimenter, prépare de quoi manipuler les masses.

LosAngeles-PlancheA

Ce résumé peut paraître flou, et si c’est le cas, tant mieux : en effet, le récit barbote dans des énoncés incomplets, avec des idées pas creusées, et une voix off qui donne des informations parcellaires à mi-mots. Ce qui pourrait passer pour une manière d’entretenir le suspense ressemble surtout à un travail pas finie, une vision bancale, un brouillon. On dirait que le scénariste ne sait pas réellement ce qu’il raconte, ou en tout cas ne prend pas le soin de le rendre accessible au lecteur.

losangeles-planche

Dommage, parce que la narration est plutôt bien foutue, les pavés de voix off étant disposés dans des blocs bleutés qui les distinguent bien du reste. Il aurait fallu avoir des textes intelligibles, ce qui aurait permis d’asseoir une progression dans le suspense.

Restent les dessins de Wilson, qui n’est pas au trait ici, mais à la peinture. Rien que la prestation graphique vaut bien l’euro dépensé. L’album est très beau. Hélas assez creux, malgré une chute intéressante, qui aurait sans doute gagné en efficacité si le lecteur ne perdait pas vingt pages à se demander de quoi on lui parle.

Jim

J’adore les trucs qui se passent dans un futur déjà passé.
Plus jeune, je jouais à un jeu vidéo sur CPC, qui se passait dans un monde futuriste : l’histoire se déroulait en 1991 !
Le jeu datait de 1986… Ils auraient pu situer l’action un peu plus loin dans le futur, pour limiter les risques que la date soit dépassée alors que des joueurs sont encore susceptibles d’y jouer.

Tori.

Une grande partie des futurs marquants de ma jeunesse (Days of Future Past, Terminator, Blade Runner…) sont déjà du passé.

Jim

Sans oublier Retour vers le futur… ~___^
Mais là, je parlais d’un truc auquel j’ai joué pour la première fois alors que le “futur” était déjà du présent ou du passé (je me souviens que la date m’avait marqué) : j’ai dû y jouer en 1991 ou 1992.

Tori.

Ah je n’avais pas tilté que tu y avais joué effectivement au moment du récit. Ça doit faire un sacré effet. J’ai récemment revu un film (le Terminator pourri de McG ? Sais plus…) et dans les dialogues, on apprend que “nous sommes en 2018”, ce qui m’a fait rire.

Jim

Tiens, je n’ai pas reconnu tout de suite le style de Colin Wilson…

Oui, c’est un peu différent de ce qu’il fait au trait, quand il a un coloriste (genre, comme dans Wonderball). Mais j’aime bien tout de même, malgré ma préférence pour une approche plus classique.

Jim