MAGNUM P.I. (Saison 1)


(Le Doc) #1

La chaîne CBS a officiellement commandé une première saison de Magnum P.I., le reboot de la série à succès des années 80 qui a fait de Tom Selleck une star.

Jay Hernandez (Suicide Squad) succède au célèbre moustachu dans le rôle-titre. Dans cette nouvelle version, Thomas Magnum sera un ex-Navy Seal reconverti en détective privé à son retour d’Afghanistan. Et Higgins sera cette fois-ci une femme : la gestionnaire de la propriété du domaine hawaïen où Magnum pose ses valises sera incarnée par Perdita Weeks (Penny Dreadful).

perdita-weeks-cast-magnum-p-i-reboot-cbs-juliet-higgins

Le pilote a été réalisé par Justin Lin (la saga Fast & Furious). Début de la diffusion cet automne.


(victor newman) #2

Mais pourquoi ?


(Oncle Hermes) #3

Je me suis posé la même question…


(Fred le Mallrat) #4

Noooooooooooooooooooonnnnnnnnn

Je suis un fan absolu de l originale mais nonnnnnnnnnnnnn


(Lord-of-babylon) #5

Parce que les remakes fonctionnent, parce qu’il faut remplir les grilles de production, parce que c’est une “marque” qui rassure spectateur et producteur.

(et perso j’adore Magnum mais c’est un concept qui peut facilement être modernisé et donner une chouette série actuelle aujourd’hui)


(Oncle Hermes) #6

Le truc, c’est que le concept “peut facilement être modernisé et donner une chouette série actuelle aujourd’hui” sans réutiliser les mêmes noms pour les personnages. L’exemple qui me vient en tête est celui de Burn Notice (2007-13) qui à bien des égards pouvait être vu comme une version “années 2000” de L’Agence Tout Risque des années 80. Les similarités entre les deux sont frappantes dès qu’on y réfléchit deux secondes : le “pitch” – des agents du gouvernement U.S. sont trahis par leur hiérarchie, se retrouvent hors-la-loi, et quand ils ne cherchent pas à laver leur nom jouent les gentils mercenaires opérant sous le radar pour aider les humbles --, la répartition des rôles et des forces au sein de chaque équipe, le ton, la structure-type selon laquelle la plupart des épisodes progressait, le déluge d’action et d’explosions ne faisant pourtant presque jamais aucun mort, l’orientation idéologique, etc. ; pourtant ce n’était ni un remake, ni un relaunch, ni un reboot ; juste une reprise astucieuse et actualisée des éléments d’une recette éprouvée. Magnum aurait tout à fait pu se voir appliquer un traitement similaire.

Reste l’autre point que tu soulèves : la “marque”. C’est sûr que balancer Magnum ça indique tout de suite au public ce qu’il va voir, sans avoir à jouer au chat et à la souris. Mais le hic, s’agissant d’une série tout de même un poil culte, c’est que ça invite à la comparaison. Et ce n’est pas sûr que ça tourne en la faveur de la nouvelle mouture. Parce que pour détrôner Tom Selleck et John Higgins de l’esprit des gens quand on prononce le titre de la série (en tout cas parmi ceux qui connaissent la série, mais en tut logique ce sont justement ceux ciblés par la réutilisation du nom), va y avoir du boulot. Dans la pelletée de revivals, sous une forme ou une autre, de séries des années 80-90 qu’on se paye depuis quelques temps, les titres qui ont convaincu font plutôt figure d’exception que de règle.


(Jim Lainé) #7

Hélas.

Moderniser, ça veut souvent dire tout changer, et en moins bien. Drôle de conception.

jim


(Lord-of-babylon) #8

Pas forcément et autant en matière de film je suis sur la défensive concernant les remakes autant en matière de série j’ai eu suffisamment de cas d’excellents remakes (BSG, Sherlock, actuellement One day at the time) pour ne pas me braquer a priori.

Surtout que comme toujours, in fine, l’original existe toujours si ce nouveau truc est mauvais ca sombrera comme les centaines d’autres, tout le monde oubliera (j’imagine que pas grand monde se souvient du remake de Dragnet avec Ed O’Neil) et basta


(victor newman) #9

Comme Mcgyver ?


(Oncle Hermes) #10

Ou Le Prisonnier

– Et je ne considère pas Sherlock comme un “remake” d’une autre série télé. C’est une nouvelle adaptation d’un matériau littéraire qui en a connu pléthore dans différents médias. BattleStar Galactica en revanche fait partie des exceptions que je citais (je ne connais pas One Day At A Time), mais statistiquement les chances sont quand même pas fameuses.


(Jim Lainé) #11

C’est clair que Battlestar Galactica, c’est une exception, mais c’est sans doute aussi parce que c’est une série à large casting, qui s’avère plus souple pour les réinterprétations. C’est le cas également sur Hawai 5-0, qui choisit le format “de groupe” afin de faire oublier la précédente incarnation de McGarrett.
Sur Magnum ou McGyver, c’est bien plus casse-gueule, parce que le concept repose sur un personnage unique et donc sur un acteur, qui souvent a été le seul à avoir incarné le héros (contrairement, par exemple, à Jeremy Brett pour Holmes ou à David Suchet pour Poirot, qui ne sont pas les premiers ni les derniers à prêter leurs traits à l’enquêteur). La comparaison, évoquée plus haut, est donc d’autant plus fatale.

Jim


(Fred le Mallrat) #12

Ils auraient pu suivre Lilly… j aurais préféré…


(Lord-of-babylon) #13

Comme Mcgyver ?

Ben oui. J’imagine que tu sais faire la différence entre un projet initial et le résultat final

Peut-être mais je pense qu’avant tout c’est que les ré-interprétations de l’histoire qui est pertinente et réfléchie. Parce que pensée dans un cadre moderne et arrivant au “bon” moment aussi. BSG c’est un excellent remake notamment parce qu’il s’inscrit dans l’époque post 11/09 (j’ai même envie de dire que c’est la 1ere a vraiment parlé de cela) et qu’il exprime la réponse à un essoufflement du genre. Certes le multi-casting permet d’être plus souple car se reposant moins sur un seul personnage (ce que n’est pas totalement le cas de Magnum au passage. La formule de Bellissario c’est de se baser sur un duo) mais ce n’est pas une garantie. Mission : Impossible - 20 ans après ou V c’est pas la panacée.

Statistiquement il y a moins de bonnes séries policières que de mauvaises (pareil pour les séries médicale, les procédural, les séries fantastiques etc) c’est pas pour autant qu’on condamne à l’avance tout projet de ce type.

Après perso je crois pas des masses au truc. Au mieux on aura une série sympatoche comme l’Arme Fatale. Je répondais juste au question du pourquoi de la chose et rebondissait sur la réponse de Jim avec qui je ne suis pas forcément d’accord pour le coup.

je ne connais pas One Day At A Time

L’original est un sitcom des années 70 mettant en scène (pour la première fois) une femme divorcée qui reconstruit sa vie avec ses deux enfants. Ce fut l’une des sitcoms les plus populaires de son époque. Le remake reprend la même idée en se basant sur une femme portoricaine (et ex-soldat). C’est très drôle (notamment grâce à Rita Moreno en grand-mère sulfureuse) et, malgré une certaine mécanique voyante à chaque épisode, prend de front le fait de vivre en tant qu’immigrés dans un pays gouverné par un enculé/raciste/trouducul/teubé de première accompagnée de ses séides.


(Jim Lainé) #14

Ah purée, à chaque fois que j’ai essayé, j’ai trouvé cette série consternante.

Jim


(Lord-of-babylon) #15

ou de faire de Thomas le gérant de la propriété de Marters


(KabFC) #16

ou un truc à la westworld.


(Oncle Hermes) #17

Un Magnum à la WestWorld ?


(KabFC) #18

je répondais à Lord, mais j’ai zappé la citation.


(soyouz) #19

Parce que c’est réussi, comme remake ?
(sinon, personne n’a évoqué le remake de Beverly Hills ?)


(KabFC) #20

C’est pas mal oui. Ca passe sur M6 le samedi soir.