[MANGA]Otogi Matsuri

Dans la ville de Miyakono, surnommée la “petite Kyôto”, d’étranges créatures maléfiques apparaissent et attaquent les humains. A cette même période, Yôsuke un lycéen comme les autres, brise accidentellement un petit autel dans un sanctuaire shintô. Le jeune garçon se retrouve alors possédé par l’une des quatre divinités protectrices de la ville: en échange de ce qu’il a de plus cher au monde, son bras se voit doté d’une arme sacrée, l’arc de Suzaku le phénix rouge. Il se voit lors doté d’une mission, combattre les kenzoku, les êtres démoniaques.

Quelle claque ! Mais quelle claque !

Parlons tout d’abord des dessins: visuellement, Otogi matsuri est tout simplement l’un des plus beaux manga qu’il m’ait été donné de voir. Inoue Jun’ya n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il a travaillé sur plusieurs jeux vidéo et a réalisé le design des monstres d’un film. Et toute son expérience se ressent dans son coup de crayon: le design des personnages est vraiment agréable et personnel, celui des monstres est tout bonnement hallucinant, ça fourmille de détails, et le découpage ainsi que la mise en scène rendent le tout ultra dynamique. Otogi matsuri est visuellement tellement exceptionnel que je ne sais pas quoi dire d’autre.

Quant au scénario, il s’inspire avec brio du folklore japonais. S’il se présente comme une classique chasse aux démons, c’est petit à petit qu’il se dévoile. Ainsi, au fur et à mesure des volumes, on en apprend plus sur l’apparition des kenzoku, sur le terrible destin de Yôsuke, et on fait la connaissance de plusieurs personnages intéressants et attachants, qui seront de précieux alliés pour Yôsuke. Et les dessins, déjà magnifiques au début, ne cessent eux aussi de s’améliorer.
Si Otogi matsuri est avant tout un excellent seinen d’action et d’horreur, une place est faite peu à peu aux sentiments des protagonistes, qu’ils soient dotés de pouvoirs ou non. Cela crée à merveille des moments plus calmes et touchants et ne fait que rendre les personnages et le manga lui-même plus attachants.

Essayez Otogi matsuri, et vous ne pourrez bientôt plus vous en passer ! En ce qui me concerne, en l’espace de six volumes, ce manga s’est largement imposé au sommet de mes lectures préférées. Un coup de maître, merci Inoue Jun’ya !

Ravi que ca te plaise Joeharper. :smiley: . Otogi Matsuri est un vrai chef d’oeuvre. Je le conseille a tous. Je dois aller me chercher le tome 7 qui est sorti mercredi. Seul bémol, la parution française est assez lente. :frowning:

j’avais justement envie de me lancer dans une série “action fantastique” et j’hésitais… “Daydream” me semblait sympathique mais trop peu d’avis et ceux ci me semblent mitigés, du moins pour les premiers volumes… va pour Otogi Matsuri…

Heureusement que la parution française est assez lente car la parution japonaise est actuellement stoppée, il me semble qu’il ne fait qu’un tome par an…

Par contre j’ai bien aimé simplement je trouve cela assez convenu et très prévisible. Le design est magnifique mais je me suis un peu heurté aux yeux des personnages que je trouve ratés parfois. Le design des Kenzoku est magnifique par contre tout comme la totalité du manga.

Je rejoins les clans des fans de ce manga. C’est absolument ahurissant tellement c’est bon ! Des dessins superbes, de l’action à foison, une mise en scène percutante, des idées très bien trouvées, un environnement super interessant pour nous autres occidentaux, que du bonheur !

C’est à lire sans modération et fait sans conteste partie de mes meilleures révélations 2007 !

Ah!! J’avais pas vu cher Joe que tu avais dédié un topic spécialement pour Otogi Matsuri! Que du bonheur cette série. Graphiquement y a rien à dire, c’est très propre et beau.
@Oni : Le problème des yeux sans vie ne concerne que les deux premiers tomes, après ca s’arrange.
L’univers est riche sans être pour autant confus, les kenzoku sont superbes et très interessants.
Le seul bémol que je trouve à cette série, est la psychologie des personnages (confère critique que j’ai réalisé dans la rubrique du même nom). L’auteur bosse pas des masses dessus, et “tout y li monde” il est gentil et parfait (sauf Kenji, enfin un qui sort du lot). Heureusement que ca s’arrange.
Je trouve que Doki Doki ne met pas assez en avant cette série, qui pourtant a de quoi charmer bon nombre de lecteurs.