MANHATTAN GRAND-ANGLE - Shannon Burke (Gallimard)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/517wMDwdN-L.jpg

[quote]présentation de l’éditeur:
New York, 1990. Frank Verbeckas travaille comme infirmier de nuit. Son quotidien est une éternelle plongée dans la misère humaine et le chaos urbain d’un Manhattan à bout de souffle où le chômage et le crack se sont taillés la part belle de la Grosse Pomme. Mais Frank n’est pas qu’un simple infirmier, il est aussi photographe à ses heures. L’œil dans le viseur, il traque l’humanité abîmée qui se dévoile devant lui. Les laissés-pour-compte de tout poil, blessés ou morts, sont ses sujets de prédilection. Un soir, au détour d’une intervention mouvementée, Frank va croiser la route d’Emily, une jeune escrimeuse séropositive. Malgré les mises en garde de ses proches et de ses collègues, Frank va tomber amoureux. S’opère alors un changement, comme si le prisme sombre de ses clichés peu à peu s’estompait… [/quote]

le constat est simpe,Manhattan grand-angle est le digne prédécesseur de 911.
Autant dans la forme et la construction avec,déjà, ces chapitres courts qui se succèdent les uns aux autres comme un journal intime,une chronique de vie pour nous raconter une partie de l’existence de Franck Verbekas ; que le sujet avec cette image de moines-soldats qui se dégagent de ces ambulanciers/urgentistes et avec leur mélange de vocation et de je m’en foutisme pour leur métier,ils sont capables à la fois de sauver des vies et de rouer de coups un alcoolo pour qui ils doivent intervenir quasi-quotidiennement.
à cela Burke ajoute plusieurs thèmes qui s’entremêlent à travers Franck et Emily: la photo bien évidemment,l’escrime et surtout le sida avec les idées et clichés de l’époque (l’histoire se passe en 1990).
Le ton est très sombre,quasi-désespéré et d’une infinie tristesse par moment mais il y a une étincelle d’espoir,de lumière qui donne énormément de force et de dignité à cette histoire.
2 romans de Shannon Burke,2 très grandes claques