MARAUDERS #1-3 (Gerry Duggan / Matteo Lolli)

Le panel Marvel Next Big Thing se déroule en ce moment même au San Diego Comic Con. C.B Cebulski, le scénariste Jonathan Hickman et les responsables éditoriaux Jordan White et Nick Lowe détaillent la prochaine phase de comics X-Men qui seront publiés dès la fin des mini-séries House of X/Power of X.

Six titres sont prévus. Le premier révélé est Marauders par Gerry Duggan (Deadpool) et Matteo Lolli (Asgardians of the Galaxy).

image-from-ios-28-1

La composition de l’équipe :

image-from-ios-31-1

Source : www.bleedingcool.com

La couverture du premier numéro par Russel Dauterman :

Source : https://www.cbr.com

A voir.

MARAUDERS #1
Written by Gerry Duggan
Penciled by Matteo Lolli
Cover by RUSSEL DAUTERMAN
On sale October 2019
THE X-MEN SAIL AT DAWN!
Even in this glorious new dawn, Mutantkind faces hardships and oppression from their human counterparts. Led by Captain Kate Pryde and funded by Emma Frost and the Hellfire Trading Company, Marauders Storm, Pyro, Bishop and Iceman sail the seas of the world to protect those hated and feared!

Le titre me semble de mauvais goût.

Je ressens la même chose (donnons nom d’un groupe de tueurs de masses à des super-héros. Brillante idée vraiment). A voir si cela se justifie correctement.

si ils veulent garder le nom en propriété exclusive ils sont obligés de le réemployer Marvel Disney ne fera pas de série glauque avec le cast originel donc ils le transfèrent

On parle pas d’un titre de comic qui s’appelait Marauders. On parle juste du nom d’un groupe au sein d’une autre série (Uncanny X-Men) donc si obligation de réemployer ce nom sous perte de perdre la propriété (ce dont je doute pour ce cas là), rien n’empêchait de les réemployer pour ce qu’ils sont

(c’est à dire des raclures de merdes à chiottes)

J’avoue être déçu;j’ai cru à un spin-off sur ce groupe…

Oui, c’est étrange …

Premier aperçu :

img_0508

img_0509

Source : www.bleedingcool.com

La couverture du #2 par Russell Dauterman :

Pas mal.

Jim

ça en jette !

Un aperçu du #2 :

d025102e-c3e8-496e-a714-16c4e6356e3b-e1567107845609

984e95c9-6f48-46be-8d59-a5b6dd017661-e1567107915595

Source : www.bleedingcool.com

L’interview de Duggan :

Mais serait expliqué des le premier nume5.

Even in this glorious new dawn, Mutantkind faces hardships and oppression from their human counterparts. Led by Captain Kate Pryde and funded by Emma Frost and the Hellfire Trading Company, Marauders Storm, Pyro, Bishop and Iceman sail the seas of the world to protect those hated and feared!

Writer
Gerry Duggan
Illustrator
Matteo Lolli
Cover Illustrator
Russell Dauterman
Release Date: October 23, 2019

Source : www.adventuresinpoortaste.com

Alors c’est simple, Kitty Pryde (ou plutôt Kate :wink: ) est mon personnage préféré de l’univers X-Men, et j’ai tout simplement adoré ce premier épisode de Marauders !

Déjà les dessins de Matteo Lolli sont superbes, c’est coloré, expressif, un régal !

Et puis les personnages sont tellement bien caractérisés ! C’est cool de retrouver une Kitty qui a grandi, mûri et sa situation (coincée hors de Krakoa) pose une base très intéressante ! L’épisode est rempli de moments très savoureux, notamment quand Kitty demande à Iceberg de rejoindre son équipage, et ses échanges avec Emma sonnent tellement juste !

Rarement le personnage n’a été aussi bad-ass (le look aide aussi ^^) et je ne crois pas l’avoir déjà vu utiliser son pouvoir de manière aussi… brutal :open_mouth:

Les autres personnages ont des voix très identifiables aussi, Duggan gère parfaitement son casting !

L’intrigue promet de belles choses également avec la perception de Krakoa dans le monde et le traitement des mutants dans des pays moins tolérants…

Pas vraiment fan du nom de l’équipe, j’espérai une justification à son utilisation mais pas grand chose à part Tornade qui exprime ses réserves là dessus, à part ça, quel plaisir de lire ce numéro !

J’aurais aimé approuver ce message, mais j’en suis très, très loin. En fait, passé la première moitié de sa première phrase — « mon personnage préféré de l’univers X-Men », je souscris ou au minimum je n’en suis vraiment pas loin —, je suis même carrément, strictement, à l’opposé de tout ce qu’a écrit Adanedhel. Au point que je redoute sérieusement, et tout à la fois espère… désespérément, que son message soit complètement ironique et que je sois passé à côté. :worried:

En tant que < premier titre mutant post-HoX/PoX non-écrit par Jonathan Hickman >, ce Marauders #1 avait un potentiel et une responsabilité : montrer ce que pouvait donner les évolutions apportées à la franchise hors du contrôle serré de leur principal maître d’œuvre. Mais on est tellement loin de ce but que je ne peux même pas compter ça comme une réponse. À la lecture des premières pages, un gigantesque « What — the — FUCK » a effacé toute autre pensée dans ma tête.

La première partie du numéro est juste un gag. Kitty Pryde, membre historique des X-Men et même leur leader à une date récente, étendard de la cause mutante, sauveuse de mondes à plusieurs reprises, se voit refuser le passage pour accéder à Krakoa. Je veux bien admettre, dans l’absolu, que cela aurait pu constituer une prémisse intéressante. Il aurait juste fallu en faire le sujet de l’histoire, que les personnages s’interrogent sur les raisons de cet acte improbable.

Sauf qu’il n’en est rien, personne ne semble en avoir rien à foutre, en fait — et les pages qui suivent sont juste une succession de moments où Kitty est écrite de façon complètement out of character : pour rallier l’île des mutants, elle vole un bateau pour se faire une croisière en solitaire (c’est vrai que se faire rapatrier d’un coup de Blackbird aurait été tellement plus prosaïque), fait un détour pour aller chercher les rations de binouze de Wolverine, se bourre la gueule en tapant dans le stock au passage.

Entre Kitty réduite à un ersatz de Vito la Déveine et les autres personnages du numéro dont la caractérisation est juste inexistante, je me demande qui je dois plaindre le plus.

La volonté comique semble assumée, à défaut de fonctionner. Témoin la façon dont Duggan parodie les pages de fiches informatives de Hickman, pour nous donner par exemple la liste de courses de Wolverine. Sauf qu’il en fait trop et que ça tombe à plat — pour rester sur le même exemple, en faisant écrire Wolverine comme il parle, c’est-à-dire avec les « fautes d’orthographe » qui sont là pour transcrire son accent à l’oral. :roll_eyes:

La deuxième moitié du numéro passe aux choses sérieuses… mortellement sérieuses… et c’est encore pire tant c’est nul. Avec une représentation caricaturale de la Russie qui semble droit sortie des années 80 (ce n’est pas que je porte le gouvernement russe dans mon cœur, mais là j’en suis à me demander si quelqu’un a prévenu Duggan que l’URSS n’était plus), et une Kitty Pryde qui tatane et mutile à tour de bras.

Quand on peut se retourner vers l’époque Bendis et dire que le personnage était mieux caractérisé alors, c’est un signe.

Comme dit plus haut, je suis assez fan du personnage. Je n’ai pas attendu qu’on me demande de l’appeler « Kate » pour la trouver respectable. Je n’ai pas attendu qu’elle porte un bandana au-dessus de son costume pour la trouver « badass ». Je ne vois pas en quoi on peut dire qu’on voit ici un perso qui a « grandi, mûri ». Par rapport à quoi ? Au personnage exemplaire face à la haine de Dieu crée, l’homme détruit de Claremont ? Au personnage qui se sacrifiait pour sauver la Terre dans les Astonishing X-Men de Whedon ? Au personnage revendiquant hautement sa judéité et sa « mutanité », sous la plume de Bendis, en réponse au malencontreux discours de Havoc sur le « mot M » sous la plume de Remender ? Au personnage qui ces dernières années s’est retrouvée à la tête de l’Institut Xavier, des X-Men et de la communauté mutante de façon assez générale, et s’est avéré un leader parfaitement capable ?

Quant à l’utilisation « brutale » des pouvoirs, je renvoie, au pif, à son affrontement avec Emma Frost là encore dans le run de Whedon (« You get in my head, the rock get in yours. »). Mais c’était une menace face à une mutante ennemie, alors qu’on a ici des actions face à des soldats humains.

Quant aux dessins de Matteo Lolli, je les trouve aussi moches que sur Asgardians of the Galaxy, avec en plus une colorisation par Federico Blee qui sur certaines planches n’est pas loin d’être à vomir.

Non, vraiment, après le plaisir retrouvé à lire des X-Men depuis cet été sous la houlette de Hickman, et avec le pitch prometteur de ces Marauders, je ne vois pas comment considérer ce numéro autrement que comme une catastrophe industrielle intégrale.