MÉTAL HURLANT #1-133 (1976-1987), #134-145 (2004-2006), #1-5 (2021-)

J’ai mis trois ou quatre jours à retrouver le numéro, perdu dans une des piles autour de mon bureau…

Ouais, c’est pas mal : très narratif, avec un dessin clair (même si formé d’innombrables petits traits qui l’inscrivent dans la tradition du mag). C’est l’histoire d’un explorateur en scaphandre qui trouve une sorte de monolithe flottant, mais ce dernier n’est pas constitué de minéral, mais plutôt de chair. Dans la tradition des nouvelles de Farmer, le cosmonaute entame une étreinte qui l’absorbera finalement. C’est alors que son casque et son ordinateur dialoguent, expliquant que l’appât a été posé. Ils le font exploser puis repartent planter un autre appât.
Bref, c’est pas mal, assez joli, mais complètement elliptique et lorgnant vers une sexualité étrangère mais explicite. Parfaitement dans la tradition de ce qui me touche le moins dans Métal Hurlant, pour faire dans l’euphémisme.

Jim

Métal Hurlant N° 4: L’homme est bien petit

Enki Bilal, Yves Chaland, Frank Margerin, Nicole Claveloux, Philippe Druillet, Jean-Claude Mézières, Chantal Montellier, Régis Loisel, Mœbius, les frères Schuiten… autant d’auteurs – et bien d’autres ! – dont les récits ont marqué l’histoire de la bande dessinée de science-fiction. Retrouvez des histoires mythiques qui ont fait la renommée du magazine, accompagnées d’un appareil critique concocté par des rédacteurs aussi spécialistes de Métal Hurlant qu’ils en sont passionnés.

Un nouveau numéro qui plaira autant aux nostalgiques qu’aux néophytes !

  • Éditeur ‏ : ‎ Les Humanoïdes Associés (24 août 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 304 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2731677686
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2731677683

Ah, 24 août, c’est bientôt.

Jim

Métal Hurlant n°5

Connaissez-vous la théorie de Nick Bostrom, selon laquelle nous vivrions dans une simulation informatique ? Comment savoir si notre réalité est bien LA réalité ? Les auteurs conviés pour ce numéro confronteront leurs visions de l’amour, la mort ou encore, de ja justice. Des interviews, des articles et des billets scientifiques consacrés – entre autres – aux progrès de la science grâce au virtuel, ou encore au métavers, viendront compléter ces récits. Vous l’aurez compris : ce nouveau numéro composé d’histoires 100 % inédites fera bouger les frontières, car du réel au virtuel, il n’y a qu’un pas !

  • Éditeur ‏ : ‎ Les Humanoïdes Associés (23 novembre 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 272 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2731628790
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2731628791

Plein de choses sympas dans cette quatrième livraison, cette fois-ci le versant « patrimoine » du magazine. Avec des découvertes et des redécouvertes.

Au rayon des redécouvertes, le sommaire s’ouvre sur « L’Homme est-il bon ? » (dans sa colo d’origine, car il me semble que les couleurs ont été refaites dans des éditions suivantes de l’album homonyme), une pochade de Moebius dont l’intrigue joue sur la polysémie du titre (sur le modèle de « Comment servir l’homme », si vous voulez). L’histoire courte est muette et ne comprend que des onomatopées, ce qui renforce le gag final.

Le sommaire comprend aussi un chapitre de Vuzz, par Druillet. Le dernier, en fait, dans le long périple du personnage de pillard errant incarnant le pessimisme lyrique de l’auteur. Personnellement, j’ai toujours eu du mal avec le travail de Druillet, si bien que je ne me suis jamais penché sur Vuzz, mais ce petit extrait me donne envie d’en savoir plus.

Même chose pour Exterminateur 17, de Dionnet et Bilal, qu’il me semble avoir lu au collège mais dont je ne retiens pas grand-chose. Bizarrement (et c’est sans doute mes lectures plus récentes de séries anglaises en provenance de 2000 AD, notamment Rogue Trooper, qui me font dire ça), je trouve des points communs avec des lectures que je connaissais mal voire pas du tout à l’époque. En effet, comme dans Rogue Trooper, on est dans un monde en guerre perpétuelle (malgré le traité de paix qui constitue l’axe narratif du premier chapitre reproduit dans ce numéro) où les fantassins sont des produits de la science (ici des androïdes, dont les dialogues nous apprennent qu’ils sont également nés de la génétique) éminemment sacrifiables. Et ce premier chapitre m’a donné envie de me replonger dans l’album… Faudra juste que je le retrouve.

Ah, et puis cette réédition dans l’album est en noir & blanc, et c’est quand même vachement chouette, le Bilal de l’époque, sans les couleurs. En me replongeant dans ces pages, notamment la scène de fauteuil volant dans le grand vide vertical et technologique, je me suis dit que Frank Miller connaissait déjà la série quand il a fait Ronin.

Le reste du sommaire est inégal mais il contient plein de choses intéressantes. Mes goûts personnels me dirigent vers « Paradise Lost », de Victor Mora et Carlos Giménez, « Les Chants de Maldoror » adaptés par Palacios, ou encore « Les Aventures d’Yrris », récit écrit par Druillet mais dessiné par Alexis dans une ambiance delafuentienne. Mais j’ai également bien apprécié « La Conquête de Pluton », parodie de Flash Gordon par un Frank Margerin débutant au style semi-réaliste : vachement chouette, dommage qu’il n’ait pas continué (à mes yeux). Le sommaire contient aussi d’autres curiosités, par exemple « L’Homme de sable », délire post-apo par Paringaux et Loustal que je ne m’attendais pas à trouver là. On trouve également une histoire sans titre d’Yves Chaland dans un style fortement inspiré de Caza et des comics américains.
Bref, un sommaire riche, rehaussé d’entretiens (dont Druillet) et d’articles (sur l’histoire de la revue, sur Catherine L. Moore…).

Jim

Y aura Thierry Martin dans celui-ci

Dans tout juste 23 jours sort le n°5 de @metal_hurlant_officiel et j’y serai avec une histoire qui a pour titre « la faille » 😎

Cool.
Je m’en doutais un peu, à force de relayer ici les images postées (chez lui depuis mars, ici depuis mai), mais je n’avais pas encore vu la confirmation.

Jim

Il est sorti ?
Il est sorti ?
Il est sorti ?

Jim

Il est sorti !

Je l’ai vu, ouais.
Je vais le prendre chez ma libraire samedi, avec 1629. Normalement, elle le reçoit depuis deux numéros, donc elle devrait l’avoir aussi.

Jim

Métal Hurlant n°5

Connaissez-vous la théorie de Nick Bostrom, selon laquelle nous vivrions dans une simulation informatique ? Comment savoir si notre réalité est bien LA réalité ? Les auteurs conviés pour ce numéro confronteront leurs visions de l’amour, la mort ou encore, de ja justice. Des interviews, des articles et des billets scientifiques consacrés – entre autres – aux progrès de la science grâce au virtuel, ou encore au métavers, viendront compléter ces récits. Vous l’aurez compris : ce nouveau numéro composé d’histoires 100 % inédites fera bouger les frontières, car du réel au virtuel, il n’y a qu’un pas !

  • Éditeur ‏ : ‎ Les Humanoïdes Associés (23 novembre 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 272 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2731628790
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2731628791
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 690 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 20.2 x 1.3 x 26.7 cm

Et apparemment, pour février prochain :

Métal Hurlant N°6

Mœbius, Jean-Michel Nicollet, Nicole Claveloux, Serge Letendre, Philippe Caza, Alias, Sergio Macedo, Serge Clerc, Denis Sire… autant d’auteurs – et bien d’autres ! – dont les récits ont marqué l’histoire de la bande dessinée de science-fiction. Retrouvez des histoires mythiques qui ont fait la renommée du magazine, accompagnées d’un appareil critique concocté par des rédacteurs aussi spécialistes de Métal Hurlant qu’ils en sont passionnés.

Un nouveau numéro qui plaira autant aux nostalgiques qu’aux néophytes !

  • Éditeur ‏ : ‎ Les Humanoïdes Associés (22 février 2023)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 272 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2731668083
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2731668087
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 505 g

Jim

Jim