Meurtres sur la Madison - Keith McCafferty (Gallmeister)


(Fab) #1

Présentation de l’éditeur

La Madison River a beau être le Graal des rivières à truites du Montana, lorsqu’on y pêche un cadavre, c’est à l’intrépide shérif Martha Ettinger que la prise revient. L’homicide semble évident, et la Royal Wulff plantée dans la lèvre boursouflée de la victime a tout d’une macabre signature. Alors qu’elle mène son enquête, Martha croise la route de Sean Stranahan, lui-même pêcheur, peintre et ex-enquêteur privé venu s’installer dans les Rocheuses à la suite d’une douloureuse séparation. Lui aussi est impliqué dans une affaire : la jeune et mystérieuse sirène du Sud, Velvet Lafayette, est venue troubler le paysage et l’a persuadé de partir à la recherche de son jeune frère disparu dans le coin. Ensemble, Martha et Sean vont remonter une piste glissante qui débouchera sur les zones d’ombre du “big business” du Montana : la pêche à la mouche. Meurtres sur la Madison est le premier volet d’une nouvelle série dépaysante située en plein cœur des décors sublimes de l’Ouest américain.


(Fab) #2

Merci aux éditions Gallmeister d’avoir choisi de traduire les aventures de Sean Stranahan!!
Si vous aimez Craig Johnson et/ou William G. Tapply, alors vous allez aimer Keith McCafferty qui est l’héritier légitime de l’un et de l’autre.
McCafferty arrive à rendre parfaitement la passion pour la pêche à la mouche mais aussi la communion avec la nature, la Madison et le Montana avec une intrigue qui puise ses racines dans les gros business de l’état du « Big Sky » (la pêche donc et un autre que je ne peux aborder sous peine de trop en dévoiler).
Et même les quelques passages un peu plus techniques sur la pêche ne sont en rien rebutant
Les personnages sont très attachants, aussi bien les 2 principaux que les secondaires, et on ne peut s’empêcher de se demander si c’est une simple coïncidence ou un clin d’œil sympa d’y retrouver un Walt et une Martha?
En tout point c’est le vrai début d’une série,avec quand même la résolution de l’intrigue, et c’est un vrai coup de cœur