MISTER MIRACLE : THE SOURCE OF FREEDOM #1-6 (Brandon Easton / Fico Ossio)

On gagne ici une intensité SF agréable, mais qui fait perdre, hélas, le volet social qui fait beaucoup la force de la mini-série.
Rien ici, donc, sur le fait que Shilo Norman, super-star de l’évasion, cache être afro-américain à son public, pour garder sa sympathie. Rien non plus sur Thaddeus Brown, lui aussi afro-américain ici, après ce superbe épisode antérieur montrant la difficulté à évoluer dans l’Amérique du XXe siècle comme homme noir ambitieux.
Ici, on a une course-poursuite en avant, avec Shilo et Oberon filant vers les étoiles, spécifiquement New Genesis où Orion repousse les troupes de N’Vir Free, l’étonnante fille de Scott Free et Big Barda… même si personne, pas même Orion, ne sait qui est Scott Free. Le scénariste Brandon Easton montre de la bagarre, des rebondissements cosmiques, une petite tentative d’explication d’Oberon sur pourquoi Shilo ne comprend pas qu’Orion le connaisse déjà (Orion connaît sa version future), et enfin une plongée dans le futur d’où N’Vir vient pour tout tirer au clair. Tout en montrant aussi une micro-origine de N’Vir, qui a créé le Free Galactic Imperium car Shilo Norman aurait fait disparaître de l’existence et de la mémoire ses parents, et N’Vir a donc créé son empire pour « forcer » l’univers à se rappeler d’eux.
Bon, c’est agréable et bondissant, mais le sous-texte social manque un peu, quand même. Brandon Easton n’est pas très bon sur l’imbroglio temporel sur Shilo, même si le reste demeure fluide et sympathique.
C’est bondissant, oui, ça va très vite, ça tape fort, et c’est assez cool à voir. Fico Ossio propose toujours des planches dynamiques et nerveuses, qui fonctionnent d’autant mieux dans ce rythme effréné. Son Orion a un gros côté Batman avec ce casque, c’est rigolo.

Je suis très curieux du final de cette mini-série réellement surprenante.

0821DC128

MISTER MIRACLE THE SOURCE OF FREEDOM #6 (OF 6)
DC Comics
0821DC128
0821DC129 – MISTER MIRACLE THE SOURCE OF FREEDOM #6 (OF 6) CVR B VALENTINE DE LANDRO CARD STOCK VAR – $4.99
(W) Brandon Easton (A) Fico Ossio (CA) Yanick Paquette
Final issue! Shilo’s Greatest Escape! Shilo returns to where the story started—the future! With the help of Oberon, Shilo travels to the revolution that sparked N’Vir’s mission in the first place, hoping to end this conflict with N’Vir once and for all. But there is more to this revolution than Shilo realizes. Who really sparked the revolution for the Miracle mantle?!
In Shops: 11/02/2021
SRP: $3.99

Mister-Miracle-The-Source-Of-Freedom-6-3-min

Mister-Miracle-The-Source-Of-Freedom-6-4-min

Pas mal.
Brandon Easton arrive à retomber sur ses pattes dans un grand barnum final, qui ne règle pas tout mais donne des solutions, pas forcément convaincantes mais qui existent.
C’est donc Shilo Norman, petit-fils de Thaddeus Brown, ici afro-américain ayant vécu en artiste de spectacle doté d’une MotherBox durant la lutte des droits civiques, contre N’vir Free, fille de Scott et Barda, dirigeante du Free Galactic Imperium, enragée contre Shilo qui lui volerait son héritage. Brandon Easton ne revient pas sur le mystère Scott Free, mais explique l’absence : en voulant revenir dans le passé pour empêcher Shilo de briller avec le nom Mister Miracle, N’vir a troublé le continuum espace-temps et l’existence de ses parents, « sources » du problème N’vir, ont été supprimés, alors que les parents de Shilo étaient téléportés dans le futur de N’vir. Pourquoi pas. Tout ça mène à une grosse bagarre, des retrouvailles familiales pour Shilo, et finalement N’vir en Super-Saiyan (oui, oui) vaincue par Shilo, et beaucoup du « pouvoir de l’amour » (de soi, pour une fois). Shilo revient seul chez lui, N’vir est évacuée mystérieusement, et Shilo retrouve sa future petite-amie et assume son identité publique.
C’est pas mal, oui. Les explications sont capillotractées mais « passent » dans le contexte SF, et les liens entre Shilo et N’vir sont pertinents. Shilo est bien construit ici, je tique un peu qu’il réagisse si peu par rapport à ceux qu’il laisse dans le futur, mais l’ensemble fonctionne. Surtout, le récit a une fougue, un souffle, un rythme très intense qui donne une belle dynamique.
Fico Ossio tire un peu la langue sur ces bagarres, c’est trop flou parfois, mais son style nerveux participe à l’intensité général. Imparfait mais intense.

Une mini-série surprenante, pleine de bonnes idées et d’ambitions. J’en reprendrais bien un peu.

Alléchant tout ça ! On a déjà des pistes pour une sortie VF ?

1 « J'aime »

Aucune idée. Mais le perso’ est présent dans des micro-intrigues Future State et dans une (mauvaise) back-up d’Action Comics.