MULAN (Niki Caro)

Disney a dévoilé la première photo de l’actrice Liu Yifei dans le rôle de Mulan, jeune femme qui décide de se faire passer pour un homme pour rejoindre l’armée à la place de son père malade.

Le tournage de cette nouvelle adaptation en prises de vues réelles d’un Classique de l’Animation Disney (sorti il y a tout juste 20 ans) vient de débuter sous la direction de Niki Caro (La femme du gardien de zoo) . Aux côtés de Liu Yifei, il y aura notamment Donnie Yen, Jason Scott Lee, Gong Li et Jet Li.

Sortie prévue au printemps 2020.

mulan-disney-live-action-1128393

Pas mal.
Par contre, le filon de l’adaptation live des dessins animés par Disney, ça va vite devenir redondant… Cendrillon est d’un niais insupportable et long, Maléfique est un non-sens complet, Le Livre de la Jungle n’a rien compris au film animé de base, et il n’y a guère que La Belle & la Bête qui s’en sorte bien.

Je suis complètement d’accord avec toi pour ces adaptations Disney qui me sortent par les yeux.
Par contre, je pense qu’avec Mulan, il y a moyen de faire un bon film. Cette première image me donne envie, ils ont bien choisi leur Mulan.
Après avec Disney, j’ai bien peur que ça finisse tout pourri quand même… :confused:

Sinon, il y a la solution de regarder celui-là :

Tori.

A mon sens, c’est moins le souci que ça soit fait par Disney (qui, finalement, livre de très bonnes choses en dessin-animé, et ses autres films sont souvent très bons, même en dehors de Marvel), que le fait de vouloir absolument suivre le dessin-animé… qui, souvent, est très bien dans son format, mais s’adapte très mal au cinéma.
Le meilleur exemple est Cendrillon : déjà, en dessin-animé, c’est quand même très “innocent” et naïf, mais ça passe vu la poésie, le média, la nostalgie ; mais en film “live”, c’est juste complètement indigent.

En fait, je me demande si seuls les films à partir des années 90, le nouvel âge d’or de Disney, peuvent adapter vu leur qualité et leur modernité ; La Belle & la Bête, ça passe très bien (si on n’est pas réfractaire au produit). Cendrillon, non ; Le Livre de la Jungle, pas du tout (parce que c’est rempli de non-sens).
A voir pour Mulan, alors, oui. Même si je crains, surtout, Le Roi Lion (mon film culte d’enfance)…

C’est là qu’on voit les différences de génération : je n’étais déjà plus enfant quand il est sorti… Et, en plus, je connaissais déjà bien le Jungle taitei de Tezuka, en tout cas suffisamment pour que les ressemblances m’empêchent d’apprécier le film.

Ce n’est pas une question de qualité. Et je ne comprends pas ce que tu veux dire par modernité.
C’est simplement que certains trucs marchent en animation et pas en live, c’est tout. Tu cites Le Roi Lion qui te fait peur, je ne pense pas qu’on puisse adapter facilement non plus des films avec des animaux anthropomorphes (type Robin des bois, Bernard et Bianca ou Basil, détective privé).
Cela dit, d’autres plus anciens seraient adaptables (Peter Pan, par exemple)… Et un film live de Taram et le Chaudron Magique pourrait être sympa (mais, là, il y a peu de chances que ça arrive).

Tori.

Le Roi Lion est sorti quand j’avais 7 ans, j’en ai 31 ; tout ce qui touche au rapport à la filiation et à l’héritage me touche énormément. Mon pêché mignon.
(N’oublie pas qui tu es!)
Je ne connais pas, par contre, Jungle taitei…

Par “modernité”, j’entends un traitement moins cliché (pour notre époque) des personnages, et notamment des femmes. Dans Cendrillon, le personnage se bat pour survivre, mais rêve essentiellement du Prince charmant, et c’est lui qui la sauve ; dans La Belle & la Bête, Belle est bien plus proactive, déterminée, et autonome. Idem aussi pour d’autres : Pocahontas, qui a aussi un discours écologique ; Hercules, où Megara n’est vraiment pas unidimensionnelle ; et même Tarzan, où Jane a une existence propre.
Et, en dehors de cette place plus importante et pertinente pour les héroïnes, les films évoquent d’autres aspects que les éléments classiques, sur l’écologie, la nature, le rapport aux autres ; les films Disney se font plus profonds, se modernisent.

Le titre français est Le roi Léo. La série d’animation tirée du manga passa sur la 5 durant les années 90.

et le Roi Lion est en effet un plagiat honteux de cette œuvre majeure de Tezuka.

(et perso je trouve que son propos est particulièrement réac et clairement pas moderne pour un sou)

En fait, il y a eu plusieurs titres en France, c’est pour ça que j’ai laissé l’original. Il y a eu plusieurs séries animées : la première (qui fut la première série animée japonaise en couleurs) fut diffusée en France dans les années 90… et la deuxième série fut la première série animée japonaise à être diffusée en France (en 1972, sur l’ORTF)…
Surtout, Disney a mis du temps à reconnaître les nombreux emprunts…

Tori

Ils ont jamais officiellement reconnu d’ailleurs ? J’entends par là une mention officiel dans les crédits du film. Parce qu’a ce niveau c’est même pas de l’emprunt, c’est une adaptation au même titre que Blanche Neige ou Quasimodo.

Et ce n’est pas près de s’arrêter puisque le studio prépare aussi un “Belle et le Clochard” qui sera cette fois-ci directement diffusé sur la future plateforme streaming Disney…

Merci, je connaissais Le Roi Léo.
Par contre, pourquoi réac ?

Génial…

Euh… Par où commencer…
L’égalité des sexes ? Connaît pas.
L’égalité entre les espèces ? Non plus.
Il y a clairement les dominants et les dominés… Sans parler du régime politique qui est plus proche d’une monarchie absolue que d’une république démocratique… Et encore, je simplifie.

Tori.

Ha, oui.
Je comprends tes arguments, mais je ne les partage pas entièrement. C’est, clairement, une monarchie absolue, où le droit du sang compte plus que tout ; Simba est légitime et le héros, car il est le roi véritable. Comme dans quantité de sagas, d’histoires et de films, aussi. Simba est l’élu, non pas du destin, mais par le sang ; bon, perso’, j’accepte, même si je comprends.
Pour l’égalité entre les sexes, par principe, dans une monarchie absolue, c’est compliqué. :smiley: Mais je trouve que la mère de Simba ose se rebeller, exister, résister ; bref, elle n’est pas soumise. Idem pour Nala, qui quitte le territoire pour sauver son peuple, puis ramène l’élu. Bref, elles sont moins passives que beaucoup d’autres princesses anciennes (sérieux, La Belle au Bois Dormant, c’est gênant).

Pour qui ? Les spectateurs n’ont pas l’air du même avis vu les scores.

Il y a clairement les dominants et les dominés… Sans parler du régime politique qui est plus proche d’une monarchie absolue que d’une république démocratique… Et encore, je simplifie.

Il y a très longtemps j’avais lu une critique qui parlée de film Pétainiste et je crois que c’est le truc le plus vrai que j’ai lu sur le propos du film (malicieusement bien enrobé pour que personne ne tique Hakuna Matata bro). Travail, famille, patrie à fond.

Et c’est pas tant de montrer une monarchie qui pose problème (beaucoup de Disney le fond) que de l’appuyer par une philosophie gerbante à souhait ("l’antilope mange l’herbe, le lion mange l’antilope et le lion meurt peinard et nourri l’herbe c’est l’histoire de la vie mon petit, fuck yeah). Le grandiose La Belle au Bois Dormant évite justement ce genre de propos pour rester dans un classicisme autrement plus adéquat.

Et tout ce la est d’autant plus gerbant qu’il en pervertie le propos de l’oeuvre originale. Enfin non vu que c’est une histoire originale ^^

Au passage monarchie absolue et égalité des sexes n’ont rien à voir. L’un n’est pas la conséquence de l’autre.

Pour moi.

Wow, film pétainiste ? Okay. Du coup, les films des années 30 ou 40, qui valorisent clairement le schéma à l’ancienne et ces valeurs, c’est la même chose ?

J’ai carrément du mal à voir en quoi La Belle au Bois Dormant, où l’héroïne est une victime qui ne décide jamais de son destin, toujours choisi pour elle par d’autres, apparaît grandiose ou différent ; le personnage est encore moins bien traité et valorisé que Blanche Neige, qui était jusque-là le prototype de la victime.

Je ne suis pas choqué par le fameux cycle de la vie, qui reprend l’idée que tous les êtres vivants et la nature forment un tout. Je ne suis pas spécialisé dans ce domaine, mais je suis persuadé que quantité de philosophies reprennent cette idée…

Enfin, la monarchie absolue est un régime politique qui tire ses origines et fondements dans les plus anciennes et dures périodes humaines ; le chef, seul et unique, qui transmet sa légitimité à sa descendance. En ce sens, dans un régime qui suit cette dynamique, l’ouverture aux notions modernes, dont la place de la femme, ne me semble pas aller de soi.

Sa descendance peut être une femme (sauf si on invente a posteriori une loi pour empêcher une femme de monter sur le trône).

Tori.

Admets que le transfert du pouvoir du roi à la princesse n’a pas été une véritable habitude dans l’Histoire. :wink:

Wow, film pétainiste ? Okay. Du coup, les films des années 30 ou 40, qui valorisent clairement le schéma à l’ancienne et ces valeurs, c’est la même chose ?

Ca dépend des films. Tu penses auxquelles par exemple ?

J’ai carrément du mal à voir en quoi La Belle au Bois Dormant, où l’héroïne est une victime qui ne décide jamais de son destin, toujours choisi pour elle par d’autres, apparaît grandiose ou différent ; le personnage est encore moins bien traité et valorisé que Blanche Neige, qui était jusque-là le prototype de la victime.

Le problème c’est que tu axes ton discours sur un personnages féminin. Donc oui à ce niveau Aurore est un personnage très quelconque mais le fait que La Belle au Bois Dormant soit un des plus grands film de Disney ne tient pas à cela. C’est tout d’abord un récit bien écrit et surtout une beauté visuelle incroyable. Enfin si on reste au personnage il ne faut pas oublier le personnage de Maléfique. Méchante incroyable à bien des aspects.

Je ne suis pas choqué par le fameux cycle de la vie, qui reprend l’idée que tous les êtres vivants et la nature forment un tout. Je ne suis pas spécialisé dans ce domaine, mais je suis persuadé que quantité de philosophies reprennent cette idée…

Ce qui me choque c’est pas cette idée new-age joyeusement agréable avec un pétard dans la main c’est quand elle est utilisé pour justifier un système politique gerbant