MUTINY IN OUTER SPACE (Hugo Grimaldi)

mutiny_in_outer_space_affiche-84bfa

REALISATEUR

Hugo Grimaldi

SCENARISTES

Hugo Grimaldi et Arthur C. Pierce

DISTRIBUTION

William Leslie, Dolores Faith, Pamela Curran, Francine York, Harold Lloyd Jr…

INFOS

Long métrage américain
Genre : science-fiction
Année de production : 1965

Obscur producteur/réalisateur italien à la carrière météoritique, Hugo Grimaldi fit une minuscule percée dans le domaine de la série B de S.F. en 1965 en tournant pour une bouchée de pain deux minuscules productions : La créature de Kolos (avec Richard Kiel) et Mutiny in outer space qui passeront toutes les deux totalement inapercues. Le bonhomme disparaîtra de la circulation après avoir produit deux films qui n’ont rien à voir avec le genre qui nous intéresse ici : Single Room Furnished en 1967, le dernier film de la planteureuse Jayne Mansfield, et Chastity en 1969, qui fut la première expérience cinématographique de la chanteuse Cher.

Hugo Grimaldi s’était infiltré un peu tard dans le filon de la science-fiction aux accents bis : la mode qui avait explosé dans les années 50, avec d’innombrables productions à plus ou moins petits budgets qui ont débarqué sur les écrans des salles de ciné et des drive-ins, s’était alors un peu ralentie au milieu des années 60. La télé allait sous peu reprendre le thème de l’exploration spatiale avec la série Star Trek et un certain Stanley Kubrick allait bientôt révolutionner ce genre de film avec son 2001, L’Odyssée de l’Espace.
Ce qui n’a pas aidé non plus Mutiny in outer space, c’est que la pelloche date de 1965…et qu’elle donne l’impression d’avoir été tournée trente ans plus tôt, tant les effets spéciaux avaient l’air déjà datés à l’époque…

mutinyinouterspace01

Après une expédition sur la Lune, une équipe d’astronautes retourne sur sa base orbitale. L’un d’entre eux ramène sur lui un virus propagé par un fongus qui va se transmettre aux habitants de la station. Les choses deviennent encore plus compliqué lorsque le capitaine, atteint du mal de l’espace, développe des accès de paranoïa et refuse d’avertir la Terre…

mutinyouterspace65

En mêlant plusieurs figures imposées du genre à une ambiance qui rappelle un peu une version spatiale des Révoltés du Bounty (toutes proportions gardées bien sûr), Hugo Grimaldi et son scénariste (ainsi que co-réalisateur non crédité) Arthur C. Pierce arrivent dans les meilleurs moments du métrage à fignoler un suspense assez prenant et à conctocter quelques péripéties bienvenues, notamment lorsque le fongus doué de vie s’infiltre dans chaque recoin de la station spatiale, ce qui donne lieu à quelques scènes dignes d’intérêt malgré l’étroitesse du budget (à peine 90.000 dollars).

À peine 90.000 dollars, ce qui n’est pas beaucoup et pourtant Mutiny in outer space donne souvent l’impression d’avoir été tourné pour beaucoup moins que ça. Les incrustations tremblotantes lorsque la fusée des héros quitte la Lune au début de l’histoire font peine à voir et donnent l’impression de sortir d’un serial des années 30 (et j’aime les serials de S.F des années 30, mais il faut se remettre dans le contexte et dans les sixties, les trucages photographiques étaient globalement et tout naturellement d’un autre niveau…mais pas dans le cas du long métrage de Grimaldi). La maquette de la station spatiale est assez sommaire (même si la vision de la construction envahie par le champignon lunaire arrive à faire illusion) et bien entendu, on a l’impression que les acteurs ne font que repasser inlassablement dans le même couloir…ajoutez à cela la love-story convenue et le charabia pseudo-scientifique, et touts les clichés sont au rendez-vous…

mutinyinouterspace06_1

Série B qui lorgne régulièrement vers le Z, Mutiny in outer space est sauvé de la médiocrité totale grâce aux rebondissements de son scénario (dont un final abracadabrant), mais reste assez quelconque à cause d’un flagrant manque de talent et de moyens à la hauteur de ses ambitions…