NEW YORK CANNIBALS (Jerome Charyn / François Boucq)

New York Cannibals

New York, 1990. Pavel tient toujours son salon de tatouage. Sa protégée, Azami, est devenue policière et culturiste. Lors d’une intervention, elle découvre un bébé abandonné dans une poubelle. Incapable d’enfanter à cause des traitements qu’elle a infligés à son corps, elle décide d’adopter l’enfant. Pour le protéger, elle va remonter la piste d’un trafic de bébés, et découvrir qu’il semble lié à un mystérieux gang de femmes qui dévorent leurs ennemis. Étrangement, les fantômes du goulag dans lequel Pavel a grandi semblent être à l’origine de ces atrocités. Comme si l’univers, les codes et la violence du goulag avaient pris pour nouveau territoire les rues de New York.

  • Broché : 152 pages
  • Editeur : Le Lombard (11 septembre 2020)
  • Collection : New York Cannibals
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2803672537
  • ISBN-13 : 978-2803672530
  • Dimensions du produit : 24,1 x 1,6 x 31,8 cm

L’oeuvre de Jerome Charyn, prolifique, impressionnante, et récompensée par de nombreux prix, offre une écriture unique et un univers fabuleusement personnel. Imprégnés par la ville de New York, où l’auteur est né en 1937, ses ouvrages mettent en scène une ville qui fourmille de rues mystérieuses, de coins secrets et de quartiers sombres… Originaire du Bronx, Jerome Charyn nous emmène là où on ne s’y attend pas, dans des ruelles de traverse, entre déséquilibre et chaos, vers des contrées souvent policières et parfois autobiographiques. Maître incontesté du polar (Zyeux-bleus, Marilyn la dingue, Citizen Sidel), il part à la recherche des rêves de l’Amérique, et de tous les individus qui la peuplent. Dealers, policiers, immigrés, politiciens véreux, âmes solitaires… Il raconte les condamnés et les réprouvés de la ville qui ne dort jamais. Il s’associe à François Boucq et écrit trois albums qui n’échappent pas à la règle. Avec Emmanuel Civiello, il signe à présent une épopée moyenâgeuse dans la France de Charlemagne. Écrivain humaniste et talentueux, Jerome Charyn est aussi l’auteur de nombreux romans (Darlin’Bill, Metropolis, etc.), essais et nouvelles. Considéré par certains comme l’un des écrivains les plus importants de la littérature américaine contemporaine, il n’a pas fini de nous impressionner.

S’il a commencé dans l’illustration de presse avec des caricatures pour des magazines aussi renommés que « Le Point », « L’Expansion » ou « Privé », c’est dans la bande dessinée que François Boucq explose véritablement. De son expérience passée, il retire un goût prononcé pour les visages expressifs et le dessin fouillé, magnifié par un sens peu commun du cadrage et de la mise en scène. Il se fait connaître pour ses récits humoristiques, où l’absurde le dispute souvent à la parodie. Il crée le personnage de Jérôme Moucherot, un agent d’assurances pas tout à fait comme les autres, parcourant la jungle de l’existence en costume léopard. Doué d’une capacité de travail peu commune (il lui est arrivé de dessiner jusqu’à deux planches par jour, sans jamais renoncer à la qualité qui a fait sa réputation), François Boucq délaisse volontiers l’humour pour se consacrer à des récits plus réalistes. Il adapte ainsi le romancier américain Charyn (« La femme du magicien »," Bouche du diable") explore le western avec Jodorowsky, dans les pages de « Bouncer », ou les services secrets du Vatican avec Sente dans « Le Janitor ». Héritier direct d’un Giraud, Boucq a ouvert des portes dans le dessin réaliste. Au fil des années, cette synthèse entre caricature et rigueur, lisibilité et précision du dessin a donné naissance à un style unique, qui lui permet de faire vivre tous les genres de récit avec le même brio. Style que l’on retrouve dans « Little Tulip », pour son retour avec Jerome Charyn aux Éditions du Lombard, qui rééditent parallèlement tous ses albums.